Des écoliers musulmans exemptés de cours de musique

Par Al-Kanz

Des écoliers de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys à Montréal sont dispensés de cours de musique parce que la pratique de certains instruments de musique contreviendrait à leur interprétation du Coran, a rapporté lundi Radio-Canada. La décision de la commission scolaire vient nourrir le débat sur les accommodements raisonnables qui fait rage dans les médias québécois […]

Des écoliers de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys à Montréal sont dispensés de cours de musique parce que la pratique de certains instruments de musique contreviendrait à leur interprétation du Coran, a rapporté lundi Radio-Canada.

La décision de la commission scolaire vient nourrir le débat sur les accommodements raisonnables qui fait rage dans les médias québécois depuis quelques mois.

L’interprétation du Coran interdisant de jouer des instruments de musique n’est pas endossée par la majorité des musulmans, pour qui la pratique musicale ne cause pas de problème, a précisé l’iman Komé à Radio-Canada.

Même s’ils ne participent pas aux cours de musique obligatoires, les écoliers exemptés sont sollicités d’une manière différente.

« On demande à l’élève de faire une recherche sur un auteur ou un compositeur », a indiqué en entrevue à la télévision publique le secrétaire général de la commission scolaire, Alain Gauthier.

« On ne lui demande pas de pratiquer de la musique, on lui demande de faire une recherche. » La télévision publique n’a pas précisé combien d’élèves sont exemptés des cours de musique.

La Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys s’était retrouvée au coeur d’un débat semblable en 2004, lorsqu’un écolier d’origine sikh s’était fait refuser le droit de porter un kirpan à l’école. La Cour suprême du Canada lui avait finalement donné raison en mars 2006.

Source : Matinternet

Commentaire Al-Kanz :
S’agissant du statut de la musique selon l’islam, il faut lire l’article de Mouhammad Patel publié sur son site http://www.muslimfr.com :

La musique est-elle permise en islam ?

En ce qui concerne la position de l’Islam par rapport à la musique et les chants, une excellente étude a été rédigée en arabe par l’un des plus grands savants pakistanais de l’école hanafite de ces dernières années, en l’occurrence Moufti Chafi’ r.a. (père du non moins illustre savant contemporain, Moufti Taqi Ousmâni). Cette étude, intitulée « Kachfoul Anâ ‘an wasfil Ghinâ » et qui est en fait un chapitre de l’ouvrage « Ahkâmoul Qour’aane lit Thânwi » (Pages 203 à 260 / Volume 3), a le mérite de regrouper plusieurs dizaines de Hadiths portant sur la question, ainsi que de nombreux avis émis par les Compagnons (radhia allâhou anhou) et les savants des différentes écoles de jurisprudence. Comme il ne m’est malheureusement pas possible de traduire ce texte dans son intégralité, je me contenterai d’en faire une petite synthèse et surtout, de citer les conclusions de Moufti Chafi’ r.a.

Dans son introduction, l’auteur reconnaît lui-même que certains aspects de cette question a fait (et fait encore) l’objet de nombreuses controverses. Ces divergences entre les savants tiennent surtout du fait que les références religieuses présentent des contradictions apparentes à ce sujet: Tandis que certains textes interdisent clairement la musique et les chants, d’autres, au contraire, laissent supposer que cette interdiction est seulement partielle.

Dans un premier temps, on va donc voir quelques passages du Qour’aane ainsi qu’un certain nombre de Hadiths portant sur la musique et les chants. On débutera par les textes faisant allusion à leur interdiction.

Lire la suite : la musique est-elle permise en islam ?



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE