Au Québec, on s'accommode irraisonnablement des stratégies commerciales

Nous rapportions il y a quelques jours un fait divers qui fait grand bruit au Québec. Le propriétaire d’une cabane à sucre a permis à une cinquantaine de clients musulmans (faisant partie d’un groupe de quelque 260 musulmans venus déjeuner dans son restaurant) de prier sur place. Alors que cette décision relève de la sphère […]

Nous rapportions il y a quelques jours un fait divers qui fait grand bruit au Québec. Le propriétaire d’une cabane à sucre a permis à une cinquantaine de clients musulmans (faisant partie d’un groupe de quelque 260 musulmans venus déjeuner dans son restaurant) de prier sur place. Alors que cette décision relève de la sphère totalement privée – un patron avec des citoyens dans un établissement privé -, la province canadienne crie au scandale et les opportunistes de tout bord libèrent une parole aux relents particulièrement xénophobes. Certains journaux en font leur choux gras et se font l’écho de cette islamophobie qui ne demande qu’à se répandre : qu’un patron de restaurant décide en son âme et conscience de satisfaire une clientèle n’est autre que le résultat d’une « tentative de provocation » de la part d’individus malintentionnés, le but final étant de tester les droits québecois, comme l’écrit toute honte bue un éditorialiste. On sait bien que le péril vert commence par la suppression du jambon dans la soupe de pois.

Les musulmans concernés en premier chef, à savoir ce groupe de 260 personnes venus déjeuner dans la cabane à sucre dans le cadre d’une excursion organisée par l’association Astrolabe à laquelle ils appartiennent, ont décidé de donner leur version des faits. Nous reproduisons leur communiqué.

Communiqué

[Montréal, le 19 mars 2007] L’association ASTROLABE a organisé sa 4e édition de la sortie familiale à la cabane à sucre le 11 mars 2007. Cette année, l’établissement « L’érablière aux sous-bois » a été choisi. Lors de la réservation, il a été convenu avec le propriétaire de la cabane à sucre, de prévoir un espace privé pour la prière de la mi-journée. Le propriétaire, Mr Luc Gladu, et le président de notre Association, Mr Adel Larabi, avaient convenu que la salle à dîner, qui nous a été réservée, était un bon choix car la prière allait être célébrée juste après la dîner.

Le dimanche 11 mars a été une journée exceptionnellement ensoleillée. Ceci a eu comme effet un grand achalandage au niveau de la cabane à sucre. Afin de répondre à la demande au niveau des salles, le propriétaire nous a proposé de libérer la salle à dîner et en contrepartie nous aurions la salle commune sans musique pendant quelques minutes, le temps de finir notre prière.

Comme convenu, le propriétaire a demandé l’arrêt de la musique et nous avions célébré notre prière dans le respect des quelques quinze personnes non musulmanes qui étaient assises dans la salle. La musique a repris juste après la prière. Avant et après la prière, nous avions eu des discussions très sympathiques avec plusieurs, sinon la plupart, des personnes présentes et qui tenaient à s’informer sur la prière en Islam. Nous les remercions pour leur ouverture et compréhension.

Durant la prière, une dame qui était assise à proximité a commencé à jouer de l’accordéon après que les gens aient eu commencé leur prière. Nous ne questionnons nullement son intention. Un bénévole, qui ne participait pas à la prière de groupe, l’a approchée et lui a demandé gentiment si elle pouvait patienter le temps que la prière finisse au plus tard dans cinq minutes. La dame était très compréhensive et a consenti, ayant compris que cela faisait partie de l’entente avec le propriétaire.

Tout semblait paisible et agréable au sein de la cabane à sucre et ce durant toute la journée. C’est avec étonnement et tristesse qu’on soit rendu aujourd’hui à proférer des contrevérités qui ne font qu’alimenter l’incompréhension des gens, l’exclusion et la stigmatisation de toute une communauté. Nous espérons que la suite du débat soit plus sereine et plus calme sur des bases de vérité et de compréhension mutuelle.

Par ailleurs, nous déplorons l’empressement des médias à tout qualifier d’Accommodements Raisonnables. Ce qui était arrivé ce jour là n’était en aucun cas un Accommodement Raisonnable mais il s’agissait d’une entente commerciale entre un fournisseur de services et ses clients.

Nous tenons à remercier le propriétaire pour avoir relaté, honnêtement, les faits et pour son service.

Ce communiqué est émis pour lever toute équivoque concernant cette prière qui s’est faite dans un endroit privé et qui a été permise par le propriétaire des lieux.

ASTROLABE
Tél : 514-223-6455

Gare aux entrepreneurs qui daigneront à l’avenir de satisfaire les requêtes de leurs clients…



N'attendez-plus. Rejoignez-nous sur Twitter en cliquant sur le bouton suivant :

Téléchargez l'application Al-Kanz sur votre smartphone et votre tablette !

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (4 commentaires)

  1. Me    

    Islamophobie? LOL!!! (psychose collective…)

    Non.

    Stupidophobie! Et là, je vise le tenancier de ce restaurant d’avoir mal géré sa journée. Mais, mais, mais … Tout le monde a droit à son opinion.

    1
  2. 2
  3. Al-Kanz    

    Les propriétaires de la cabane à sucre acculés font leurs excuses :
    Ils s’excusent

    3
  4.   Accommodements raisonnables : QCM pour tout le monde ! par Al-Kanz, le blog - Hajj 2007, on s’y prépare : Blog Archive    

    [...] avoir choisi de satisfaire une requête formulée par des clients musulmans (lire notre billet : Au Québec, on s’accommode irraisonnablement des stratégies commerciales). Son établissement est privé, mais face à la déferlante de propos racistes, de menaces et [...]

    4

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | ADABéo | Oumzaza | Aïd moubarak | Ramadan