Anaam.net : de la bonne gestion des noms de domaine

Par Al-Kanz

Ne pas renouveler son nom de domaine peut avoir de graves conséquences.

De la bonne gestion des noms de domaine

Vous vous souvenez d’Anaam.net, ce site de vente de moutons par Internet dont nous vous parlions dans un précédent billet. Eh bien, le nom de domaine vient de changer de propriétaire.

Lire : Anaam.net : Mouton cherche acheteur sur Internet

Des prédateurs à la recherche de noms de domaine

Changement certainement pas souhaité par Nabil Al Alami qui a eu l’idée géniale de lancer la première plateforme de vente de moutons par Internet. Le nouveau propriétaire n’est autre que…

… un de ces nombreux sites vautours qui parcourent le web à la recherche de noms de domaine non renouvelés. Vous achetez un nom de domaine pour une période définie (un an). Si vous n’êtes pas vigilant, si vous êtes négligeant ou si, encore, vous confiez la gestion de votre site et de votre nom de domaine à une société tiers, le risque de voir votre nom de domaine vous passer sous le nez est grand. Les conséquences peuvent être alors particulièrement fâcheuses : perte du nom de domaine, certes, mais perte aussi du référencement sur les moteurs de recherche et, pire encore, perte de tous ses clients, quand il s’agit d’un e-commerce.

Anaam.net victime

Prenons le cas du site Anaam.net. Un internaute a découvert le site il y a quelques mois. Aujourd’hui, il a besoin d’acheter deux moutons pour le repas qu’il donne à l’occasion de la circoncision de son fils. Il se souvient d’Anaam.net qu’il compte utiliser. Pour retrouver le site, dont le nom de domaine lui a échappé, il tape « anaam » dans Google. Et sur quoi tombe-t-il ? Sur ceci :

Anaam

A la place de cet excellent site, on trouve aujourd’hui un vulgaire parking de noms de domaine. On peut légitimement penser que, pour une raison ou une autre, le nom de domaine n’a pas été renouvelé et que le nom de domaine a été acheté immédiatement après l’échéance. Le rachat de noms de domaine expirés est un véritable business : un parking de nom de domaine est une façon simple d’exposer une liste de noms de domaine que l’on possède. C’est à la fois une vitrine et un moyen de se faire de l’argent, puisque y figurent des liens publicitaires qui rapportent à chaque clic.

Un rachat possible, mais souvent hors de prix

Plus dramatique encore, quand on perd son nom de domaine, le montant exigé par le nouveau propriétaire : ce dernier demande très souvent beaucoup d’argent pour revendre à son ancien propriétaire le nom de domaine nouvellement acheté. Un nom de domaine peut ainsi s’avérer être une véritable poule aux oeufs d’or.

Pour l’anecdote : nous avions trouvé un nom de domaine particulièrement accrocheur et prometteur. Nous avions fait une recherche pour savoir s’il était pris. Bien mal nous en a pris, puisque lorsque nous avons voulu l’acheter (environ 8 euros pour un an), nous avons découvert qu’il venait d’être acheté. Nous avons alors contacté le nouveau propriétaire qui nous a demandé… 10 000 dollars. Rien que ça. Le malin utilisait un logiciel sniffeur à l’affût des requêtes formulées sur les sites de nom de domaine.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (5 commentaires)

  1. Aymeric Jacquet    

    Bonjour Al Kanz,

    La guerre des noms de domaine est une vraie plaie actuellement sur internet, dans certains cas, comme celui énoncé dans votre article, nous avons clairement affaire à un système d’extortion de fond organisée.

    Quelques conseils rapides :

    – Si votre nom de domaine est celui de votre business, déposez là dans les extentions les plus communes : .com, .fr, .eu et autres en fonction des spécificités du site (le .net par exemple initialement réservé aux sites « technos » est de plus en plus utilisé pour palier aux achats de beaucoup de .com). Si vous vous faites voler votre nom de domaine principal, vous pouvez plus aisément vous rabatre vers le meme nom mais dans une autre extention (l’age des noms de domaine a une importance).

    – Ne pas hésiter à acheter pour de longues périodes à l’avance (3 ans au minimum), le cout est minime comparé aux incidents comme celui que vous décrivez.

    – Déposez toujours vos noms de domaine en nom propre (ou d’entreprise) et vérifiez que vous joussez dés le début du total contrôle (1and1 par exemple achète les noms de domaine en masse en son nom et il faut faire une demande pour en prendre le contrôle total).

    – Utilisez un compte mail de confiance comme mail de gestion de vos noms de domaine, un compte que vous consultez souvent (tous les jours ou presque).
    – Demandez à ce que vos coordonnées ne soient pas diffusées par la base whois.

    – Si vous faites une recherche pour un nom de domaine qui vous semble « bien » et que celui-ci est libre, achetez le tout de suite, sans hésiter, il vaut mieux perdre 15 euros qu’une bonne idée.

    Pour la petite histoire, je me suis fait voler un nom de domaine sous le nez, moins d’une heure après avoir effectué ma recherche. Un client m’avait demandé de vérifier la possibilité de dépot d’un nom de domaine spécifique, le nom de domaine est libre, je contacte mon client (pas disponible tout de suite) poru avoir son aval pour l’achat, le temps qu’il prenne sa decision, le nom avait été acheté… par un de ses concurents.

    Hélas, ce genre d’histoire arrive tous les jours. :(

    1
  2. redhad    

    Salam ‘alaykoum,

    Ou tout simplement peut être que le site n’a pas marché et que le propriétaire a décidé de le lâcher ?

    Ceci dit, il y a des gestionnaires de domaines qui renouvellent automatiquement l’achat du nom (par exemple lycos).

    2
  3. Al-Kanz    

    as-salâmu ‘alaykum

    Redhad (avec un peu de retard),

    D’après ce que j’ai pu lire sur cette société, ça marchait très bien.

    3
  4. Sylvain    

    Petit commentaire sur le commentaire d’Aymeric :
    1and1 n’achète pas les domaines en masse en son nom. Faites un who.is sur un nom de domaine, vous obtiendrez le registry, le registrar et le titulaire du nom. Cette pratique est d’ailleurs théoriquement interdite. Mais effectivement, elle existe encore sur le marché… mais pas chez 1and1 :-)

    4
  5. La mosquée de Paris perd son nom de domaine    

    […] Lire – Anaam.net : de la bonne gestion des noms de domaine […]

    5

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE