Des cantines avec du halal et casher : des fois oui, des fois non. Mais des fois oui.

Par Al-Kanz

Cantine sans viande, cantine « laïque » ou cantine « oecuménique », les repas dits « confessionnels » ne font pas l’unanimité.

cantine halal /><br /><a href=© sfj

Cantine. A Lyon, depuis octobre 2007, la cantine est « laïque » et « oecuménique », c’est-à-dire ni halal, ni casher. A Grenoble, la cantine est sans viande, mais les repas sont étudiés pour satisfaire aux besoins calorifiques et diététiques des enfants. A Villefranche-sur-Saône, une élue menaça d’exclusion les enfants refusant de manger de la viande non halal. Et à Illkirch-Graffenstaden (Alsace), la semaine dernière, il a été décidé d’introduire des repas halal dans les cantines scolaires dès la rentrée prochaine. Faut-il, doit-on, peut-on permettre ces repas d’exception ?

Un non-problème régulièrement monté en épingle

Repas communautaires, atteinte à la laïcité, ségrégation, menace sur le vivre-ensemble, etc. les mots ne manquent pas quand il s’agit de condamner toute initiative permettant à des enfants de manger halal à la cantine. De même lorsqu’un maire se refuse à ce genre de particularisme se voit-il affublé de bien des noms : islamophobie, racisme, intolérance, laïcité de combat, etc. C’est dire si le sujet passionne. A tort.

Car au fond c’est bien là un non-problème : qui y a-t-il de scandaleux à permettre à un enfant de manger halal ou casher ? L’assiette deviendrait-elle le lieu de tous les dangers, de toutes les menaces ? Par ailleurs, viande de porc ou viande non halal, c’est du pareil au même. Or, ne pas servir de viande de porc pour des raisons religieuses ne pose aucun problème. Pourquoi donc servir de la viande halal, toujours pour des raisons religieuses, devient-il si problématique ? A contrario, pourquoi exiger mordicus qu’un service municipal, qui plus est non obligatoire, se conforme à ses exigences personnelles ? Mettre son enfant à la cantine n’est pas obligatoire. Si l’on décide de l’y faire manger, on le fait en conscience. Certes, on peut demander un régime d’exception, qui on le sait peut être accordé. Mais pourquoi s’indigner lorsque cette faveur est refusée ?

De l’appréciation personnelle à la dérive idéologique

Si l’on agite souvent les dangers d’une laïcité menacée, il apparaît que les raisons avancées pour refuser ou accepter des repas confessionnels sont surtout d’ordre pratique. Préparer quelques repas halal ou casher complique le travail des cuisiniers. On peut comprendre que certaines municipalités ne soient pas disposées à accepter ce genre de contraintes… comme on doit accepter que d’autres s’appliquent à satisfaire la demande des parents.

Servir des repas confessionnels dans une cantine municipale n’est en soi pas un problème. Les faits le démontrent : tel maire les refuse catégoriquement, tel autre propose à la place des repas adaptés aux besoins calorifiques de l’enfant, tel autre les accepte. Cela semble devenir un problème qu’à partir du moment où d’aucuns – les pour comme les contre – s’emparent de la question à des fins idéologiques. Ou lorsque ces aménagements mènent à des dérapages comme celles rapportées dans le reportage suivant (à partir de 1 min 35).



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (9 commentaires)

  1. Iki    

    Il y a qu’une solution à tous ces pseudos problèmes de laicité, c’est d’ouvrir beaucoup plus d’écoles musulmanes de qualité comme en Angleterre.

    1
  2. lulu    

    pourquoi ne pas proposer du porc, de la viande , un peu de tout ? C’est le religieux qui s’exclue lui-même, pourquoi chercher à imposer telle ou telle nourriture ? Qui peut le plus peut le moins, ainsi proposer systématiquement du poisson résoudrait le problème, et ne coûterait pas plus cher, il me semble. Car c’est aussi un problème : s’il faut un menu pour chaque religion, ça coûtera trop cher, d’autant que c’est illégal : on est dans un pays laïc, le religieux n’a plus sa place dans le public.

    2
  3. Al-Kanz    

    Lulu,

    Tout parent qui fait la demande d’un repas particulier ne cherche pas nécessairement à imposer telle ou telle nourriture.

    3
  4. #12    

    Ce qui n’est pas dit dans le reportage, c’est qu’à Villeurbanne la municipalité est une des rares en France à ne pas faire appel à une centrale (style Sodexo) et qui prépare ses menus tout seul. Ce qui n’est pas le cas à Vénissieux…

    Ce qui n’est pas dit dans le reportage, c’est que Villeurbanne est une des villes au monde où le ratio nombre de juifs/nombre d’habitants est le plus élevé et que ce sont ces derniers qui ont un très fort lobby sur la ville et qui ont demandé, et obtenu, des menus casher…et donc halal ! Ce qui n’est pas le cas à Vénissieux…

    4
  5. Marie-Aude    

    Une vision équilibrée.

    5
  6. Simon-Pierre    

    D’un côté, l’école se doit d’être laïque, elle ne peut s’adapter aux convictions religieuses de chacun de ses usagers. L’enseignement est laïc, pourquoi devrait-il en être différent au niveau des cantines ?

    Si des parents se retrouvent gênés par ces pratiques, la solution reste des écoles juives ou musulmanes, bien que les écoles musulmanes soient relativement rares comparées à l’Angleterre, je vous l’accorde.

    6
  7. ak    

    et oui car les parents payent le meme prix que pour les autres enfants qui eux ne mangent pas hallal
    car sinon ils ont obliges d’aller à la canitne et de ne pas manger la viande mais ils paient le meme prix !!!! pas juste donc c’est juste de faire des plats hallal!!!!
    et de toute facon ya pas que la viande qui doit etre hallal
    car il y as des soupes faites avec du lard , on voit pas le porc mais c’est fait avec
    et les omelettes , on graisse la poele avec du lard!!!!!!!!

    7
  8. Benmouss    

    Salam alikoum,

    Habitant dans le 91 vers les environs de Melun (Banlieue Sud de Paris), dans mon lycée, comme je suis étudiant et je bénéficie de la bourse pour la cantine, bien lorsqu’il y a du porc, je ne prend pas bien sûr, sinon je demande plus d’entrée ou de désert que de repas, ce qui m’arrange là où je suis avec mes camarades, c’est qu’ils me disent parfois de prendre la viande non-halal afin que eux la mange à ma place, mais bon chaque vendredi nous avons le droit à tous « une journée poisson ».

    C’est pas les parents qui payent, mais l’établissement, donc ce qui fait j’ai le choix d’y aller ou pas. Enfin, pour moi la chance que j’ai, il y a un Leader Price et Intermarché pas loin du lycée, comme il existe une grande communauté musulmane, ça leur arrivent de ne pas manger à la cantine, puis de s’acheter des sandwichs tout prêt, encore de s’acheter 2 ou 3 baguettes avec des boites de conserve aux thons.

    Il y a quelques mois de cela, le maire de la ville est venu inspecter notre cantine, comme nous avons fait une pétition contre l’hygiène des produits, car il arrivé par exemple : que les yaourts étaient périmés d’une semaine, que les légumes étaient trop cuits à l’eau, ce qui donner aucun goût… Moi-même j’ai parler au maire, et je lui dit : s’il serait possible d’imposer de la viande halal pour tous, comme ça, tous iraient manger à cette cantine, il m’a répondu que : que les produits halal sont trop cher, même si je lui avait dit : qu’il y a une grande communauté musulmane et juif dans mon lycée.

    Et finalement le maire n’a pas tord, oui, c’est cher les produits halal, à l’inverse des produits non-halal qui sont à bas prix, comme on peut le voir dans les supermarché ou les hypermarché… Vous savez chrétiens, musulmans, juifs, athées se sont mis à s’acheter « halal », alors j’y vois pas le problème d’instaurer la viande halal dans les écoles publiques, après ceux des privés ça restent entre eux !

    Wa alikoum salam.

    8
  9. Strasbourg : 15 % des repas servis à la cantine sont halal    

    […] nous l’écrivions en 2008, mettre son enfant à la cantine n’est pas obligatoire. Si demander qu’on serve de la viande halal aux écoliers musulmans ne constitue pas (encore) […]

    9

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE