Copé, comparse d’Hortefeux, au secours de l’arabe

Par Al-Kanz

Langue arabe. Jean-François Copé en défenseur de la langue arabe. Improbable posture d’un élu UMP qui, après avoir ri grassement à la blague raciste de son acolyte, aura du mal à convaincre.

Langue arabe. Alors que la foudre médiatique s’est abattue hier soir sur Brice Hortefeux, facétieux ministre de l’Intérieur, Jean-François Copé échappe aux critiques. Pourtant, le rire gras du meilleur ennemi de Nicolas Sarkozy après la lumineuse sortie d’une militante UMP (laquelle se félicitait que l’Arabe soit « catholique », « mange du cochon » et « boive de la bière ») semble témoigner sinon d’une adhésion tout au moins d’une complicité pour le moins douteuse. Evidemment, la solidarité gouvernementale ne pouvait faillir à cause d’une vulgaire blague raciste. Brice Hortefeux n’a insulté que les Arabes. Les ministres du gouvernement, François Fillon en tête, nous expliquent qu’il ne faut pas en faire tout un fromage : Brice Hortefeux est un chic type. Peu importe si le verbatim, publié par Le Monde, ne laisse aucun doute. Au fond, on n’insulte que les Arabes :

Des participants : Amine, Amine…
Un participant : Ah ça, Amine, c’est l’intégration, ça, c’est l’intégration.
Une participante : Amine, franchement…
Brice Hortefeux : « Il est beaucoup plus grand que nous en plus » [à propos du jeune homme].
Un autre participant : « Lui, il parle arabe ».
(Rires de l’assemblée)
Jean-François Copé : « Ne vous laissez pas impressionner, ce sont des socialistes infiltrés ».
Une participante : « Il est catholique, il mange du cochon et il boit de la bière ».
Brice Hortefeux : « Ah mais ça ne va pas du tout, alors, il ne correspond pas du tout au prototype, alors. C’est pas du tout ça. »
(Rires de l’assemblée)
Une participante : C’est notre petit Arabe.
Brice Hortefeux : « Bon, tant mieux. Il en faut toujours un. Quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes. Allez, bon courage… »

C’est ce même Jean-François Copé qui, surfant sur l’hystérie collective lors de la polémique autour du voile intégral, promettait d’en découdre avec les porteuses de voile intégral. L’averti nous expliquait doctement (sic)que « la burqa n’est pas une exigence coranique » et d’ajouter que « le port de la burqa ouvre un nouveau rapport de forces avec des extrémistes qui veulent tester la République ». Inutile de revenir sur l’ineptie et la démagogie de ses affirmations : M. Copé teste sa capacité à être présidentiable et à chasser sur les terres de son principal concurrent.

Profiter des pétrodollars

Aussi étonnant que cela puisse paraître, c’est toujours Jean-François Copé qui propose de réhabiliter la langue arabe dans les écoles. Le propos pourrait surprendre tant il tranche avec la famille politique de l’intéressé et le peu de cas que l’on a toujours fait en France de certaines langues longtemps allogènes. Qui n’a pas entendu ces institutrices, en maternelle, pestaient contre ces parents turcs ou maghrébins qui, à la maison, n’avaient pas transmis le français à leurs enfants ? Si votre enfant parle turc, arabe ou soninké à la maternelle, c’est une tare. S’il parle anglais, c’est merveilleux. Mais voilà qu’aujourd’hui le mépris laisse la place à un certain pragmatisme. La vigueur économique s’est déplacée vers l’Est, vers cet Orient aujourd’hui désiré. Les milliards, il faut pouvoir aller les chercher. L’homme fait preuve de pragmatisme, à l’instar du gouvernement qui n’hésite pas à changer la loi française pour accueillir la finance islamique.

Contenir la vitalité de l’islam

Seconde raison : l’apprentissage de l’arabe est en pleine forme dans les associations et mosquées françaises. Chassée des salles de classes, comme le rappelle un récent article du Monde, la langue arabe n’a jamais été aussi présente chez les enfants de la seconde et troisième génération. Français, autochtones, les musulmans n’ont plus de complexes à apprendre et à enseigner l’arabe, enseignement qui s’inscrit entre autres dans une réappropriation de l’enseignement islamique, longtemps confisqué. Bref, non, Jean-François Copé n’est pas devenu soudainement épris d’arabe. Comme il l’écrit lui-même, dans une tribune publié sur le site Slate.fr, sa démarche est cohérente.

Lire par ailleurs : Le système scolaire tend à exclure les enfants de migrants (merci Mourad)



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (9 commentaires)

  1. fat    

    C’est tellement ridicule, il n’avait mais alors vraiment rien de marrant: tous les arabes ne sont pas des musulmans!
    C’est quand même incroyable de voir comment la vision des arabes/français en France, est façonnée par les préjugés!
    Si l’arabe aurait été un juif on aurait crié au loup est l’affaire serait vite transformé en une affaire d’Etat car l’antisémitisme est le seul maux en France qui doit être condamné, tout le monde le sait!
    Et on nous sort que c’est de l’humour: ne confondez pas stéréotype et préjugé avec de l’humour car vraiment il n’y avait rien de marrant!

    Enfin bon je préfére prendre cette histoire avec légéreté pour ne pas tomber aussi bas qu’eux!

    1
  2. abulcacin    

    « Evidemment, la solidarité gouvernementale ne pouvait faillir à cause d’une vulgaire blague raciste ».

    Même fadela a sorti les cros pour défendre son copain auvergnat.

    2
  3. Al-Kanz    

    Dalil Boubakeur le défend aussi.

    3
  4. Abdurahman    

    Salam!

    Quand on voit dans la vidéo la réaction des intervenants au mot « arabe », on a presque l’impression qu’ils prononcent un mot aussi fort que « nazisme ». C’est choquant de voir ces réflexes stupides et complètement constipés. Dire que c’est des gens comme ça qui nous gouverne ou nous transmettent « l’information »!!
    De toute évidence, ils ne veulent ni de l’arabe, ni de l’Islam et ils seront prêts à toutes les bassesses possibles pour constamment nous refouler au banc de la société.
    Je suis écoeuré…

    4
  5. abou.3abdillah    

    Assalamou ‘alaykoum

    A mon humble avis, le motif économique et financier n’est pas le seul facteur de cet engouement de
    l’enseignement de la langue arabe dans le système éducatif français, même si celui çi est l’intérêt principal.
    L’autre intérêt, non négligeable, serait de « déislamiser » ces enfants de musulmans qui n’apprennent pas que
    l’arabe dans leurs mosquée, il y a aussi le Coran et autres valeurs islamiques qui sont considérées par cet
    état laïque comme incompatible avec leurs « valeurs » républicaines.
    Ils est bien connu, chez nos parents, que chez les « français » on apprendra mieux l’arabe que chez les « arabes », en plus
    c’est gratuit.. Ce qui aménera certains de nos parents à retirer leurs enfants de nos mosquées, un des seuls endroits
    où il vit son islam à plein poumons..
    Et Allah est plus savant.

    5
  6. mhamed    

    ils ne connaissent rien les pauvres moi je travail avec des coptes égyptien arabe ils parlent tres bien la langue arabe mange du porc boive de la biere … mais sont en aucun cas des musulmans

    6
  7. Miro    

    Salam alaykom,

    Merci Al-Kanz pour tout les « trésors » mis en ligne.

    Objectivement est ce qu’il ne serait pas intéressant que l’éducation nationale s’occupe de l’apprentissage de la langue arabe comme elle le fait pour les autres langues. Moi je pense que si.
    Ne serait-il pas plus utile pour nous (arabe ou aimant cette langue) d’encourager ce genre d’initiative pour « notre » propre intérêt, comme le fait Mr Copé pour le sien. Arrêtons de voir les choses uniquement sous l’œil de la suspicion et/ou sous l’effet de l’émotion, même si l’on sait que c’est un homme politique et qu’il a peut-être des calculs derrière tous ça, cela ne nous empêche pas de penser à notre intérêt et celui de nos enfants et des générations futures.
    L’apprentissage de la langue arabe (qui reste un simple outil; tous les arabes ne sont pas musulmans, et la grande majorité des musulmans dans le monde n’est pas arabe) déchargera les mosquées d’une très lourde tache (demander à tout ceux qui y travaille, dans les associations et mosquées !!!) afin de concentrer leurs efforts sur la transmission du message de l’Islam, qui est l’essence de leur mission.
    Ne soyons pas naïf mais pas non plus suspicieux et méfiant de tout et envers tous. Tout n’est pas blanc ou noir, il y’a une infinité de couleurs entre les deux, sachons choisir celles qui nous conviennent le mieux, objectivement et dans notre intérêt ainsi que celui de ceux avec qui nous vivons ; c’est aussi ça le message de l’Islam.

    Fraternellement

    7
  8. Justine    

    Assalâmou alaykoum wa rahmatoullâhi ta’alâ wa barakâtouhou,

    http://oumma.com/Lettre-ouverte-a-MM-Patrick

    8
  9. Avec Copé, interdiction de voile intégral même dans les mosquées    

    […] Tout cela paraît évident… après lecture. Une mosquée est un lieu public et non un lieu privé. Ainsi, si nous avons bien compris, même dans ces lieux, une femme ne pourra pas se couvrir le visage. Voilà donc que cette loi à venir clairement liberticide se dévoile « islamocide ». Qu’on ne se méprenne pas, le voile intégral n’est qu’un prétexte. Au-delà de ce morceau de tissu, c’est bien l’islam qui est visé. Copé en fait une affaire personnelle (Copé, comparse d’Hortefeux, au secours de l’arabe) […]

    9

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE