Hajj : une mosquée n'est pas une agence de voyage

Par Al-Kanz

Hajj. Dans quelques jours, la préparation au hajj (pèlerinage à La Mecque) préoccupera tous ceux qui ont décidé de partir cette année remplir ce pilier de l’islam. Comme chaque année, la vigilance s’impose.

Hajj. Dans quelques jours, la préparation au hajj (pèlerinage à La Mecque) préoccupera tous ceux qui ont décidé de partir cette année remplir ce pilier de l’islam. Si on observe depuis deux ans une amélioration des pratiques chez les professionnels du hajj, tout n’est pas rose. France-Hajj revient sur une pratique répandue et pourtant illégale, mais surtout source de bien des problèmes ces dernières années : la prise en charge du hajj par les mosquées non agréées.

Nous sommes aujourd’hui face à un problème de taille tant au niveau régional que national : certaines mosquées créent le trouble chez les fidèles en se substituant aux agences de voyage et en laissant croire qu’elles ont aussi le droit d’organiser le pèlerinage à La Mecque.
Or c’est FAUX !

Seules les associations titulaires d’une autorisation préfectorale comme l’exige la loi française (articles L.211-1, L212-1, L213-1, L213-3, I, II, du code du Tourisme) peuvent organiser des voyages. Il y a en outre obligation de faire figurer le numéro d’agrément ou de licence sur les documents qui sont remis au moment de la signature du contrat.

Pour lire l’intégralité de l’article, cliquez sur le lien suivant : Hajj 2009 – Les mosquées ne sont pas des agences de voyage !


Crédit photo : Flickr – Citronate



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (4 commentaires)

  1. PELERIN    

    Salam,
    Merci pour votre mise en garde. Mais ce ne sont pas toutes les mosquées. Les arnaques, il y en a toujours. Quand l’un d’entre nous achète un bien ou un service, au-delà du prix, il demande des renseignements : qualité, guarantie, une facture…et plus le prix est elevé, plus on se renseigne d’avantage…c’est pareil pour le Pèlerinage ! Au final, c’est au pèlerin de se renseigner avec quel agence il voyage, de demander un contrat bien détaillé (nom de la compagnie aérienne + dates du vol, noms + distances + qualité des hôtels, nombre de personnes par chambre, les transferts, les tentes, l’accompagnement administratif et religieux, etc…).
    D’autre part, il existe des mosquées « relais » (en contact direct avec des agences agrées) qui font très bien leur travail depuis des années : un contrat par pèlerin, communication sur les conditions du voyage avant,/pendant/après le Pèlerinage, séances consacrées aux rites du Hajj, etc…Enfin, partir avec la mosquée facilite le voyage : en effet, les fidèles d’une mosquée partent avec leur imam ou responsable de l’association, le fait qu’ils se voient toute l’année facilite les relations entre les pèlerins, les guides et l’agence.
    L’agence Amen que vous mettait en avant sur Al Kanz et sur le site de France-Hajj fonctionne de la même manière avec certaines mosquées en France. D’ailleurs, c’est curieux qu’en tant que « portail des consommateurs musulmans » et association « france-hajj », vous ne proposez qu’une seule agence ? !

    1
  2. Al-Kanz    

    as-salâmu ‘alaykum

    1- Merci pour ces précisions.
    2- En quoi est-ce bizarre ? Les agences n’ont jamais donné suite à mes prises de contact. Mais que maintenant qu’Al-Kanz commence à être un peu connu, l’intérêt soudain se manifeste. C’est vrai, je vous l’accorde. On daigne pas répondre et quand on y trouve son intérêt, on change de posture. Je vous rassure, elles ne sont pas les seules à agir de la sorte.
    3- Ce serait bien de préciser en quelle qualité vous vous exprimez.

    2
  3. France Hajj    

    Assalam ‘alaykoum,

    Ce ne sont pas toutes les mosquées qui sont pointées. Malgré tout le côté positif que vous soulignez à savoir l’apport concret d’une mosquée et de ses responsables aux pèlerins, il n’en reste pas moins que la loi interdit cela. Que la mosquée se transforme en agence de voyage, que les mosquées récupérent des passeports, de l’argent, et délivrent des contrats ou autres documents de voyage comme les visa par exemple.

    Alors qu’en vérité il suffirait à ces dernières de se mettre en règle sur le plan juridique et administratif en demandant une autorisation préfectorale de voyage. C’est ce point précis que l’on relève concernant les mosquées.
    Au contraire France Hajj milite pour que les mosquées puissent devenir des points centraux de formation (manasik al hajj) d’information et de prévention (contre les arnaques).

    Il est également possible dans le cadre d’un partenariat avec une agence agrée, que la mosquée puisse travailler plus efficacement, cependant il faut expliquer aux pèlerins que la structure organisatrice n’est pas la mosquée mais l’agence.
    Quand il n’y a pas de problème, en effet cela parait anodin qu’une mosquée fasse le travail d’une agence de voyage, mais en cas de pépin, croyez moi l’agence n’hésitera pas à essuyer le couteau dans le dos de la mosquée.

    Il faut que l’agence qui travaille en partenariat avec une mosquée non agrée, puisse embaucher au moins un responsable de la dite mosquée pendant la durée du hajj et de sa préparation. De cette façon les formalités de voyage pourront être traitées au sein de la mosquée.

    Passer par la mosquée n’est aucunement primordial pour réussir son hajj, il est rare qu’un groupe de 20-30-40 se retrouve sans un imam en son sein. Il y a plus d’imams que de mosquée. Sans compter que à Madina et Mecca, ils y a de nombreux imams encore plus qualifiés qui se feront un plaisir de vous assister pour manasik ul hajj.

    D’après mon expérience de terrain, la plupart des lieux de culte en France ont déjà du mal à bien gérer leurs associations (manquement au niveau des bilans, peu de transparence, erreurs de gestion, amateurisme etc…) alors que dire de la gestion d’une organisation complexe que représente celle du pèlerinage.

    France hajj a décidé pour son lancement d’accompagner (y compris sur le terrain saoudien) deux agences (une agrée et l’autre non) dans le cadre d’un partenariat clair. Ces agences ont choisies elle-mêmes d’être cobaye des nouveaux services et des nouvelles méthodologies de travail que proposent notre association, et elles se sont associées à l’objectif de définir et créer à moyen terme un label pèlerinage qui serait un gage de garantie et de sécurité en matière d’organisation.

    L’année prochaine inshaa Allah, nous accompagnerons d’autres agences. Nous sommes ouvert à toutes les agences de voyages qui sont dans le domaine du hajj ou de la omra. Notre vocation n’est point de faire de la simple promotion.

    France Hajj – http://www.france-hajj.fr

    3
  4. PELERIN    

    Salam,

    1/ Al kanz : si vous avez fait des annonces et qu’une seule agence vous a répondu…autant pour moi ! Ce que je voulais dire, c’est qu’il aurait été intéressant pour le pèlerin d’avoir d’autres choix, c’est tout ce que je souhaite pour le pèlerin. Sinon, je m’exprime en qualité de pèlerin qui connait bien ce secteur du Pèlerinage.

    2/ France Hajj : Merci pour vos éclaircissements.
    Je suis d’accord avec vous sur la désorganisation malheureuse de plusieurs mosquées dans la gestion des affaires courantes. Mais alhamdoulillah, il y a d’autres mosquées qui sortent du lot.
    La loi interdit l’organisation de voyage, cad que la mosquée n’a pas le droit elle-même de conclure avec des fournisseurs (avion, hôtel…), d’inscrire des pèlerins en son nom, et de les faire voyager. Par contre, la mosquée a le droit de transmettre les dossiers des pèlerins à l’agence afin de recevoir de cette dernière un contrat + une facture. On appelle cela un « groupe » au même titre qu’une assocation ou un établissement public qui souhaite organiser un voyage pour ses adhérents, ses élèves, etc…via un « contrat de voyage groupe » avec une agence de voyage.
    Tant qu’il n’y a pas – dans ce secteur du Pèlerinage – de statut officiel de « guide accompagnateur », l’agence a le droit de choisir – sous le statut de « bénévolat » – parmi des imams et des guides expérimentés.
    Pour résumé : il faut davantage professionnaliser ce secteur du Pèlerinage, surtout en responabilisant les agences au niveau de l’organisation + communication avant/pendant/après le Pèlerinage. A ce sujet, je suis assez optimiste.
    Les imams saoudiens arabophones constituent un frein à la bonne compréhension des rites du hajj et du bon déroulement du Pèlerinage, il est donc indispensable d’avoir des guides-accompagnateurs francophones.
    En tout cas, merci d’avoir effectuer votre devoir d’information, je vous souhaite une bonne continuation, mon souhait principal est que chaque pèlerin puisse effectuer son Pèlerinage dans les meilleurs conditions spirituelles et matérielles.

    4

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE