Quand Ken devient Jamil

Par Al-Kanz

On connaissait Fulla, l’alter ego voilée de Barbie. On découvre Jamil, le pendant arabe de Ken. Jamil veut dire « beau » en arabe. Quand Ken devient Jamil Il y a quelque chose de terriblement pathétique dans ce mimétisme niais. On ne peut s’empêcher de penser à la formule de la sociologue Florence Bergeaud-Blackler au sujet du […]

On connaissait Fulla, l’alter ego voilée de Barbie. On découvre Jamil, le pendant arabe de Ken. Jamil veut dire « beau » en arabe.

Quand Ken devient Jamil
Quand Ken devient Jamil

Il y a quelque chose de terriblement pathétique dans ce mimétisme niais. On ne peut s’empêcher de penser à la formule de la sociologue Florence Bergeaud-Blackler au sujet du champagne breuvage halal Cham’halal : « on singe les dominants ». Et peu importe au fond que ces dominants soient réels ou fantasmés.

Source : Twittpic – farrukhnaeem



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (2 commentaires)

  1. NEB    

    Salam,

    L’affirmation « on singe les dominants » est une simple constatation. L’intérêt de cette observation est d’essayer de comprendre le pourquoi. En clair, le but est de démonter les mécanismes conscients et inconscients qui nous (nous consommateurs mais aussi « commerçants ») poussent dans cette malheureuse voie… L’aliénation culturelle a certainement encore de beaux jours devant elle. A nous d’être vigilants pour l’éducation des futures générations incha Allah.

    1
  2. Abdurahman    

    Salam Aleikum,

    Un début de piste inch’Allah pour comprendre ce mimétisme. Il ne faut pas croire qu’il ne soit que la conséquence de la communauté musulmane. En effet, chaque groupe culturel est confronté à l’affirmation de son identité dans un système de valeur qui tend à se mondialiser. Le débat nauséabond sur l’identité nationale en est un exemple tout chaud. Mais pour revenir plus particulièrement aux figurines, chaque culture possède ses héros, réels, légendaires, historiques… Ces héros possèdent des caractéristiques appréciées au sein de la culture et peuvent servir de modèle. Nous avons des modèles en islam, Sayfollah pour n’en citer qu’un en dehors de notre Prophète (saw). A nous donc de réhabiliter ces figures de l’Islam en les déclinants de manière intelligente en jouet par exemple si la demande se manifeste. N’oublions pas que la culture, selon Hofstede, est un construit social spécifique à un groupe d’individus qui repose lui même sur un système de valeur. La culture n’est pas innée, c’est un acquis. A nous, adulte, parent etc… de repenser les fondements de notre culture islamique, d’interroger nos valeurs et de faire notre propre auto critique pour permettre aux générations futures inch’Allah de reposer sur des bases saines et solides en accord avec notre foi. Wa’Allahou Alam.

    2

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE