72 % des Français contre l'abattage rituel. Et alors ?

Par Al-Kanz

Halal. Profitant du climat délétère et douteux sur la question de l’identité nationale, des organisations ont commandé un sondage sur l’abattage rituel. Les résultats publiés lundi sur le site de la fondation Brigitte-Bardot ne devraient pas changer la donne.

Rappel préalable. L’abattage des animaux ne peut se faire sans étourdissement préalable, sauf dans le cas de l’abattage rituel où il est permis d’abattre les bêtes sans les étourdir préalablement. La loi stipule en effet que « l’étourdissement des animaux est obligatoire avant l’abattage ou la mise à mort, à l’exception des cas suivants :

a) Abattage rituel ;
b) Mise à mort du gibier d’élevage lorsque le procédé utilisé, qui doit être préalablement autorisé, entraîne la mort immédiate ;
c) Mise à mort d’extrême urgence. »
Article 8 du décret du 1er octobre 1997.

Qu’est-ce à dire concrètement ? Dans l’abattage traditionnel (entendre par là « non religieux »), une bête est endormie, plus exactement étourdie, avant d’être tuée. L’objectif serait de lui éviter toute souffrance inutile et d’assurer ainsi son bien-être jusqu’au dernier souffle. A contrario, dans l’abattage rituel, juif et musulman, mais aussi chrétien dans des pays comme la Roumanie, l’animal est conscient quand il est abattu. C’est précisément le décret cité plus haut qui permet d’abattre en toute légalité un animal conscient à condition qu’il s’agisse d’abattage religieux.

Qu’en pensent les Français ? Lundi 14 décembre, la fondation Brigitte-Bardot a publié les résultats d’un sondage commandé à l’IFOP. Selon cette étude, 72 % des Français désapprouveraient la dérogation citée plus haut, celle qui permet l’abattage sans étourdissement préalable. Nous apprenons par ailleurs que 43 % des Français ne sont pas disposés à consommer de la viande issue d’un animal abattu sans étourdissement préalable et qu’ils sont 59 % à être opposés aux abattages rituels d’animaux pour les fêtes religieuses, car ils jugent « inutile de faire souffrir des animaux ».

Que penser de ce sondage ? Premier élément : l’enquête a été menée du 8 au 10 décembre, dans un climat délétère où les amalgames vont bon train, et quelques jours à peine après la fête de l’Aïd al-Adha. Second élément : l’abattage rituel concerne autant les musulmans que les juifs, même si la fondation Brigitte-Bardot se garde bien de viser explicitement la shehita (abattage rituel juif). Troisième élément : il n’existe pas d’études scientifiques définitives qui attesteraient que l’abattage rituel soit plus cruel que l’abattage non rituel. Il y a deux écoles qui s’opposent sur ce point : l’une affirme que l’abattage rituel ne doit plus avoir cours, l’autre défend l’idée selon laquelle l’abattage rituel est préférable à l’abattage conventionnel. Joe Regenstein, spécialiste américain du casher et du halal, va jusqu’à affirmer que non seulement que « l’abattage rituel n’est pas plus cruel que l’abattage non rituel »), mais que « l’abattage rituel ferait moins souffrir l’animal, car il permet la sécrétion d’endorphines, d’opiacés naturels, qui font que l’animal meurt dans une sorte d’anesthésie naturelle » (Table ronde autour de l’abattage rituel, mardi 1er avril 2008, Paris).

Quel avenir pour l’abattage rituel ? Malgré les coups de butoir contre l’abattage rituel et le lobbying assumé des associations telles la fondation Brigitte-Bardot ou l’OABA, la dérogation autorisant l’abattage des animaux sans étourdissement préalable ne devrait pas être remise en cause de sitôt. Le 13 mai 2008, Mme Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur et des Cultes déclarait, en plein Grenelle de l’animal, lors de la conférence des rabbins européens : « L’Etat doit protéger les traditions cultuelles : je pense à l’abattage rituel que rien ne doit pouvoir remettre en question, même au nom de droits reconnus à la protection animale ». Début 2009, alors que l’Europe s’apprêtait à statuer une nouvelle fois sur cette question « des représentants communautaires [juifs, ndlr] se sont lancés dans un lobbying actif pour contrer les campagnes des défenseurs des animaux » (source Chiourim.org). Comme le rappelait en 2008 le rabbin Fiszon, si l’on devait imposer l’abattage non rituel en France « les juifs ne consommeraient plus de viande, et ce serait une véritable catastrophe. On se trouverait dans une situation comparable à celle de la Suisse, dont les motivations de l’interdiction de l’abattage rituel en 1894 étaient plutôt destinées à limiter l’entrée des juifs sur le territoire helvétique qu’à limiter la souffrance animale. » Plus puissant encore, le lobby agro-alimentaire qui a pesé de tout son poids lors du Grenelle de l’animal contre l’interdiction de l’abattage rituel verrait d’un très mauvais œil que l’on scie la branche sur laquelle il repose (et s’enrichit).

Cela étant, au-delà de cette question épineuse sur laquelle anti et pro-abattage rituel ne réussiront pas à se mettre d’accord, dans le contexte d’hyper-industrialisation actuel, les religieux, juifs et musulmans, et les défenseurs de la cause animale sont des alliés objectifs. Tous sont contre la maltraitance animale, les uns par conviction religieuse, les autres par empathie. De fait faudrait-il qu’ils dépassent cette divergence, certes profonde, pour travailler conjointement à un meilleur traitement de l’animal face à des industriels peu soucieux du bien-être animal.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (18 commentaires)

  1. Mayer    

    Votre dernier paragraphe est une conclusion remarquable (ce qui n’enlève rien à la qualité des autres paragraphes !).

    1
  2. Abd'ALLAH    

    Salam o aleykum

    Mayer ma devancé, très belle fin. Je pense qu’on devrait serré nos coude avec nos frère juifs pour combattre ensemble sur les choses qu’on a en commun!!!

    2
  3. fat    

    Merci Al kanz pour votre travail remarquable: Souvent décrié jamais égalé!

    3
  4. fat    

    et je rajoute même qu’on ( nous citoyen musulman) peut être tranquille sur sujet là, quand il s’agit de d’argent nous sommes les bienvenue

    4
  5. PP    

    Salam,

    Concernant l’aspect scientifique, vous avez aussi des travaux vétérinaires français. Pour ceux qui sont intéressés,vous pouvez consulter le rapport bibliographique sur l’abattage rituel réalisé par l’association de consommateurs musulmans ASIDCOM. Ce rapport a été publié par le ministère de l’agriculture à l’occasion des rencontres animal et société de 2008.

    http://www.asidcom.org/spip.php?article41

    C’est vrai aussi que les juifs sont plus rigoureux et ne pratiquent pas l’étourdissement. Tandis que beaucoup d’organismes de certification halal tolèrent parfois la pratique de l’étourdissement, avant ou après la saignée rituelle, donnant ainsi des espoirs à certaines associations de protection animale…

    Wa salam

    5
  6. siana    

    As-salâmu’alaykum

    Très belle conclusion:

    « De fait faudrait-il qu’ils dépassent cette divergence, certes profonde, pour travailler conjointement à un meilleur traitement de l’animal face à des industriels peu soucieux du bien-être animal. »

    6
  7. muslim    

    ‘salam’aleikoum et merci à tous les frères pour ce site précis et bien informatif.
    Malheureusement,au sujet de l’abbatage rituel, nous ne sommes protégés que par la shehida.
    Dans le contexte actuel de stigmatisation de l’islam,il finira par être interdit comme le voile intégral,le voile à l’université,les minarets parce ce qui est visé,c’est l’islam.
    Je souhaite me tromper.

    7
  8. Abdallah    

    Assalam ‘alaykoum,

    Abd’ALLAH tu voulais surement dire : nos cousins.

    Les juifs défendent LEURS intérêts : la Shehida. Et c’est par simple coincidence, que la défense de leurs intérêts nous rend service. Ce n’est certainement pas une volonté de leur part que d’aider les musulmans. Il ne faut pas être naifs.

    Nous ferions mieux de nous allier entre nous pour commencer.

    Wa salam

    8
  9. muslim    

    @Abdallah,’salam’aleikoum, c’est bien ce que je voulais dire; les musulmans doivent être comme les doigts de la main.

    9
  10. Abdallah    

    Assalam ‘alaykoum,

    Frère muslim, en fait mon message s’adressait à l’auteur Abd’ALLAh du commentaire N°2.

    Amîn

    Wa salam

    10
  11. PP    

    Salam

    Il y a de plus l’aspect des équipements des abattoirs qui sont souvent pas adaptés pour l’abattage rituel. Les équipements sont adaptés pour l’abattage conventionnel où l’étourdissement est pratiqué. Si on n’a pas d’équipements adaptés et on pratique l’abattage rituel, cela peut donner des choses catastrophiques comme la pratique de la saignée alors que l’animal est suspendu.

    A l’occasion de l’Aïd cette année, l’association de consommateurs musulmans ASIDCOM a interpellé les Préfets sur le sujet en posant notamment la question des équipements non adaptés.

    http://www.asidcom.org/spip.php?article49

    Wa salam

    11
  12. Abd'ALLAH    

    Salam o aleykum,

    Abdallah:

    Nan khoya j’ai écris ce que je voulais dire et je ne me suis pas trompé, les juifs sont bien nos frères, l’islam nous apprend qu’on est tous frères et soeurs malgré nos divergence de croyance nous descendons tous d’Adam et c’est cela que j’ai voulu souligné…
    Vous avez dit: « Les juifs défendent LEURS intérêts : la Shehida. Et c’est par simple coincidence »je ne vis pas dans un monde merveilleux et je ne suis pas naifs mon frère seulement ce n’est pas une coincidence comme vous avez dit, simplement Le DIEU qu’ils adore a descendu les mêmes obligations pour nous les musulman car leur DIEU c’est aussi le notre (je parle bien évidement d’ALLAH qui a descendu La Thora)

    Vous avez dit aussi: « la défense de leurs intérêts nous rend service. Ce n’est certainement pas une volonté de leur part que d’aider les musulmans » J’imagine bien, mais justement on a beaucoup de point en commun avec nos frères juifs et je regrette que ces point commun ne nous ai pas réunit dans un seul et même combat

    « Nous ferions mieux de nous allier entre nous pour commencer. » Je suis d’accord mais regarde simplement la réaction de certain musulman quand Al Kanz nous informe sur une chose comment « nos allier » se transforme presque en adversaire !

    12
  13. Abdallah    

    Assalam ‘alaykoum,

    Ok, dans ce cas Adolphe Hitler était ton frère. Faut-il que je rajoute Rahimou Lah ? au nom de la fraternité Adamique ?

    Je t’invite à revoir la notion de fraternité en islam et surtout à relire al Qur’an al Karim.

    Wa salam

    13
  14. Abd'ALLAH    

    Salam o aleykum

    Barakolah o fik pour ton conseil qui m’a vraiment blesser!
    Mohim oui on es tous frères et malgré ta remarque stupide qui vise à toujours prendre les cas extrèmes je te conseil a toi de revoir la fraternité en Islam tu verra que je me trompe peut être mais que tu n’as pas raison non plus

    Wa starfilah!

    14
  15. Abd'ALLAH    

    Abdallah

    De plus, Lorsque le Coran parle des êtres humain, Le Coran dit toujours « o fils d’Adam » il n’es nulle part précisé si les fils d’Adam que mentionne le Coran s’adresse aux musulmans aux juifs ou au aux athées car Le Coran a été révélé pour l’humanité toute entière, mais sur ce point je t’apprend rien. Sa me désole vraiment de lire ta réaction, mais c’est pas grave khoya je te pardonne.

    Après, qu’est ce que tu entend par fraternité? c’est peut être sur sa qu’on c’est mal compris wal’ALLAH o a3lam…
    Wa starfilah

    15
  16. Abdallah    

    Assalam ‘alaykoum,

    Akhi mon but n’était ni de te blesser et ni d’avoir raison.

    L’exemple que je t’ai donné, était là pour montrer jusqu’où on pouvait aller si l’on suivait ton raisonnement. C’était surtout pour souligner que la fraternité islamique se doit d’être différenciée d’autres « fraternités ». Je n’appelle mon frère que celui qui dit et pratique ou tente de pratiquer au mieux « La ilaha ila Lah wa Muhammad rasula Lah ».

    En relisant le Qur’an tu verras que les juifs sont loin d’être nos frères et ni les chrétiens d’ailleurs, même si l’on descend tous d’Adam(as) , ça ne fait pas de nous des frères au sens islamique du terme.

    Il ne faut pas être blessé pour si peu akhi, vraiment c’était plus de l’humour que de la méchanceté.

    Wa salam

    16
  17. muslim    

    Le judaïsme est respectable et doit être respecté;mais le fait sioniste nous sépare radicalement d’eux; nous pensons à nos frères palestiniens chaque jour.

    17
  18. Abd'ALLAH    

    Wa aleykum salam

    Bon déjà tu m’appel moi « Akhi » ce qui prétendrai peut être que j’essaie à tes yeux de « pratique ou tente de pratiquer au mieux « La ilaha ila Lah wa Muhammad rasula Lah ». » Sa va déjà mieux…

    Ok, je comprend ce que tu as voulu dire et c’est sur la compréhension du therme qu’on se trompe tout les deux parce qu’enfaite je suis toute à fait d’accord avec toi sur le faite que je vais appelé « mon frère » une personne qui mérite d’être appelé comme sa… Seulement, ALLAH 3azawajel a voulu qu’on descende tous d’Adam, alors qu’IL es capable de faire un père pour les juifs un père pour les musulman ect… ect… Mais on a tous le même père et tous la même mère. Après est ce qu’être frère c’est s’aimer dans la descendance d’Adam? Je suis d’accord je ne considère pas frère celui qui abat les palestiniens ou encore celui qui es islamophobe.

    Maintenant pourquoi là j’ai appelé les juifs « nos frères » pour dire qu’on a des points commun et juifs ne veux pas forcément dire sioniste on es bien d’accord… Pas de souci pour ton « humour » c’est oublié

    18

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE