Rebondir après l’échec

Notre première idée, lorsque nous avons décidé de nous installer à Agadir, était de créer une société de services à domicile, secteur qui rencontre un certain succès en France à travers des sociétés comme O2 ou encore Shiva. Nous avions tout préparé. Notre projet était sur le point d’être finalisé. Il ne manquait plus que […]

Notre première idée, lorsque nous avons décidé de nous installer à Agadir, était de créer une société de services à domicile, secteur qui rencontre un certain succès en France à travers des sociétés comme O2 ou encore Shiva. Nous avions tout préparé. Notre projet était sur le point d’être finalisé. Il ne manquait plus que le site Internet. Mais nous avons compris, grâce à notre étude de marché que le fait de vouloir transposer un tel modèle à Agadir, s’avérait être une erreur stratégique de notre part.

Le secteur souffre en effet d’une trop grande concurrence informelle (travail au noir) et le concept ne convient pas tout à fait aux attentes des Gadiris (les habitants d’Agadir) qui restent dans l’ensemble très attachés à des habitudes de consommation et de services plus traditionnelles. Les CSP (catégories socio-professionnelles) moyennes ou élevées – notre cœur de cible – disposant déjà, pour la plupart, d’une bonne à tout faire.

Notre business plan nous a clairement démontré que pour atteindre notre seuil de rentabilité il nous faudrait appliquer des tarifs moyens bien trop excessifs en comparaison des prix pratiqués par la concurrence informelle. Les coûts des prestations trop élevés incluant les assurances, le matériel, la formation du personnel, le logement et le transport du personnel ainsi que les risques de vols, de casse ou encore d’absentéisme constituent tout un ensemble de facteurs qui nous ont conduits à renoncer à ce projet. Cependant ce concept reste intéressant et j’engage donc les musulman(e)s qui souhaiteraient s’installer dans cette ville à étudier et développer activement l’idée, de façon à pouvoir proposer ce service dans les 2 ou 3 ans à venir avec l’arrivée de l’autoroute et l’afflux de la population qui s’en suivra…

Petite parenthèse, d’autres concepts « novateurs » ont récemment vu le jour à Agadir, malheureusement certains d’entre eux, à l’instar du magazine Agadir Première sont en sommeil depuis quelques mois maintenant ou encore des taxis écologiques Cyclama (http://www.cyclama.com) – que nous avons vu circuler dans les rues d’Agadir pendant tout juste deux mois – ont disparu faute d’avoir séduit les habitants d’Agadir. Une fois encore, les tarifs pratiqués semblent avoir eu raison d’eux.

Certes, les habitudes de consommation sont en train d’évoluer, mais à un rythme peu soutenu. Les Gadiris aiment prendre leur temps et sont peu adeptes des prises de risques inconsidérées. Fin de parenthèse.

Il nous fallait donc reprendre une activité rapidement, sous peine de voir notre motivation disparaître. Nous avons d’abord pensé à ouvrir une crêperie (là, encore idée à exploiter…), mais notre expérience dans le domaine de la restauration étant relativement limitée, nos efforts se sont alors concentrés sur la location de voitures, secteur certes très concurrentiel également (environ 400 agences de location à Agadir), mais plus en phase avec le marché local et surtout rentable plus rapidement. Carsalis est ainsi né au mois de juin 2008.

Parallèlement à la constitution administrative de la société, nous avons commencé notre campagne publicitaire : distribution de flyers sur place, mais également en France dans les zones où la population originaire de la région d’Agadir est importante, campagne de mailing, encarts publicitaires dans les journaux locaux, lancement de la première version de notre site internet, certes peu esthétique mais fonctionnelle. Aujourd’hui 99 % de nos réservations sont effectuées via notre site. La refonte complète de ce dernier est d’ailleurs en prévision.

Nous n’avons pas encore atteint nos objectifs mais nous sommes à ce jour satisfait des résultats al Hamduli-Llâh et comptons poursuivre tranquillement le développement de notre société in cha’a-Llâh, bi idni-Llâh. Et nous demandons à Allah de continuer à nous assister.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Nadia, créatrice de vêtements islamiques spécialisée dans la confection de jilbabs et abayas. J’ai créé la marque Sianat afin d’offrir à la femme musulmane plus de choix tout en restant dans la simplicité et la sobriété.

Vos réactions (2 commentaires)

  1. Ariss    

    As salam alaykum

    Masha’a’Llâh, la détermination que voilà et qui prouve qu’avec la patience on arrive !

    Qu’Allah 3azawajal vous assiste ton époux et toi, et bénisse votre entreprise Emîn.

    Pensez à distribuer dans les aéroports, hôtels… (pardon géographiquement je ne sais pas du tout ce qui en est).

    1
  2. sianat    

    As-salâmu’ alaykum,

    Amîn oukhti.
    Il faut en effet beaucoup de patience, de motivation et toujours s’en remettre à Allah3azawajal.

    2

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE