Le halal, une histoire bien française

Par Al-Kanz

Pour la petite histoire, c’est sous le ministère de Charles Pasqua, durant le règne laïc de François Mitterrand et d’Edouard Balladur, que la première exclusivité en France sur la certification halal, a été attribuée à la Grande Mosquée de Paris le 24 décembre 1994. Privilège, cadeau de Noël pour la GMP, que celui de pouvoir […]

Pour la petite histoire, c’est sous le ministère de Charles Pasqua, durant le règne laïc de François Mitterrand et d’Edouard Balladur, que la première exclusivité en France sur la certification halal, a été attribuée à la Grande Mosquée de Paris le 24 décembre 1994. Privilège, cadeau de Noël pour la GMP, que celui de pouvoir exclusivement distribuer des cartes de sacrificateurs, d’imposer une taxe (à l’époque car aujourd’hui elle n’existe plus) par kilo de viande aux abattoirs et aux boucheries. Il n’a pas fallu attendre longtemps avant que les Moquées d’Evry et de Lyon obtiennent ce même privilège.

Pour lire la suite : Halalisation de la France : Chut Zemmour, pas trop fort

Mais aussi

[…] au moment où éclate la guerre civile en Algérie, Charles Pasqua le ministre de l’Intérieur chargé des cultes, tente de mettre en place un monopole national de la certification halal. Il organise avec le ministère de l’Agriculture une rencontre entre la fédération nationale des exploitants d’abattoirs prestataires de service (FNEAPS), une puissante organisation représentant les intérêts de l’industrie d’abattage, avec le recteur de la mosquée de Paris, la plus ancienne institution islamique en France. Cette initiative débouchera sur la signature d’une convention de certification halal mais qui ne sera jamais appliquée. Cependant, elle agira comme un signal positif sur les acteurs économiques du secteur des viandes bovines et ovines lesquels parieront alors sur l’existence d’un marché halal national prometteur et lucratif. Nombreux sont les abattoirs qui investissent dans de coûteux box de contention pour abattage rituel et dans l’emploi de sacrificateurs habilités.

et

Le plan Pasqua aura permis également la production de deux arrêtés ministériels. Le premier daté du 15/12/1994 désigne la Mosquée de Paris comme unique organisme religieux agréé pour habiliter des sacrificateurs rituels. Le second date du 27/06/1996 et élargit ce privilège offert par l’Etat à la mosquée historique, à la Grande mosquée de Lyon et à la Mosquée d’Evry. Ces deux arrêtés ministériels n’auront pas de réelle incidence sur la bataille pour le monopole du marché de la viande halal, en revanche ils marquent le début de la bataille pour le contrôle du marché de la certification halal.

Source : De la viande halal à l’halal food, Florence Bergeaud-Blackler

Pour le décryptage de tout cela lire un commentaire éclairant en cliquant le lien suivant : le cadeau empoisonné



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (1 commentaires)

  1. Marché du halal : reportage de RFI    

    […] Hormis une confusion fâcheuse, mais répandue, le reportage est de bonne facture. Cette confusion, c’est celle qui veut qu’il y ait autant de définitions du halal que d’organismes de certification. Ce qui est faux. Tout le monde est d’accord, à quelques nuances près, sur ce qu’il faut entendre par halal. L’apparente divergence n’est en fait que l’incessante rivalité entre les organismes de certification, rivalité alimentée par la mainmise des trois grandes mosquées, seules habilitées par l’État à délivrer des cartes de sacrificateurs. […]

    1

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE