Oum Hilal : "Ne pas stresser inutilement en se comparant à ce que d’autres mamans font"

Par Al-Kanz

Education. Suite de notre série d’interviews sur l’école à la maison. Aujourd’hui, Oum Hilal.

Education. Nous poursuivons notre série d’interviews de mamans qui pratiquent l’école à la maison. L’objectif de ces interviews est de faire partager différentes expériences autour de l’instruction en famille. Les témoignages des mamans interviewées – nous n’avons pas encore trouvé de papas – n’engagent évidemment qu’elles.

Après Ariss, voici Oum Hilal, maman de deux enfants tous deux instruits à la maison.

Présentation d’Oum Hilal

Nombre d’enfants : 2 enfants
Enfants jamais scolarisés
Localisation : Belgique
Type de pédagogie : pédagogie Montessori

Al-Kanz : Depuis combien de temps pratiquez-vous l’école à la maison ?
Oum Hilal :
Cela fait un peu plus d’un an que j’ai commencé à avoir des activités avec Hilal, au moment où j’ai ouvert mon blog. Mais on a plus sérieusement commencé en novembre dernier quand il a eu trois ans.

Al-Kanz : Pourquoi avoir choisi cette voie ?
Oum Hilal :
L’école telle qu’elle existe aujourd’hui me pose problème : on est pas toujours bien vu en tant que musulman et ce qui est enseigné ne me convient pas toujours, religieusement parlant. Ensuite les méthodes scolaires actuelles ne permettent pas de s’adapter à chaque enfant, alors que moi je connais mes enfants et je prends en compte leur personnalité et leurs besoin pour définir les méthodes d’apprentissage à utiliser. C’est surtout cela que je voulais, une méthode adaptée à mes enfants.

Al-Kanz : Comment réagit votre entourage ?
Oum Hilal :
Plutôt bien. Ils ont été un peu sceptiques au début. J’ai eu droit à l’incontournable question sur la socialisation, mais, après quelques explications, c’est vite passé. Mais, à mon avis, il y aura sûrement des remarques quand Hilal aura six ans. On pense souvent que l’école est obligatoire à partir de six ans, alors que c’est l’instruction qui est obligatoire.

Al-Kanz : Qu’est-ce qui vous plaît le plus ?
Oum Hilal :
J’aime les avoir près de moi et surtout pouvoir les voir évoluer et apprendre avec eux. C’est merveilleux de voir les progrès qu’ils font, comme il est tout aussi merveilleux de pouvoir les suivre.

Al-Kanz : Qu’est-ce qui vous gêne quand même ?
Oum Hilal :
Rien. C’est vrai que cela demande du travail, de la patience et que ce n’est pas facile tous les jours. Mais al-Hamdu li-Llâh, les points positifs font vite oublier les petits tracas.

Al-Kanz : Pensez-vous qu’il faille avoir fait de longues études pour être capable de faire l’école à la maison à ses enfants ?
Oum Hilal :
Non pas du tout. On m’a déjà demandé si j’avais fait des études d’institutrice. Ce que l’on ne connaît pas, on peut justement l’apprendre avec notre enfant. De très nombreuses ressources sont aujourd’hui accessibles : Internet, livres, etc. Les études que l’on a suivies ou non, ce n’est à mon avis pas le plus important. Tant que la motivation est là, c’est le principal !

Al-Kanz : Si un établissement privé musulman de qualité venait à voir le jour près de chez vous, le scolariseriez-vous ?
Oum Hilal :
Je ne sais pas… Avant six ans, non ! Je n’en vois pas l’utilité. Après, je pense que j’en parlerai avec mes enfants.

Al-Kanz : Encourageriez-vous tous les lecteurs et les lectrices d’Al-Kanz à pratiquer l’IEF ou pensez-vous plutôt que l’IEF ne convient pas à tout le monde ?
Oum Hilal :
Si on en a envie, alors oui il faut se lancer c’est une merveilleuse aventure à vivre avec ses enfants. Et il ne faut surtout pas faire attention aux gens (entourage ou autre), mais s’écouter et écouter ses enfants.

Al-Kanz : un dernier mot ?
Oum Hilal :
Il ne faut pas se décourager si certains jours ça ne va pas … Et surtout ne pas stresser inutilement en se comparant à ce que d’autres mamans font.

Les bons plans d’Oum Hilal

Un site à conseiller : le blog Montessori en France : http://blog.montessori.fr
Un bon plan achat : Ebay, comme les magasins de seconde main et les brocantes, qui sont de vraies mines d’or !
Un bon plan sortie : l’incontournable sortie à la bibliothèque et la ludothèque

Blog d’Oum Hilal : La p’tite école de Hilal



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (10 commentaires)

  1. skander    

    salémou alykom
    allahou akber
    sister en avant….on a tous dans cette courte vie…je vous le jure mes fréres, allah nous a donné tous mais malheuresement, on laisse tomber et on s’orienta vers d’autrui..le plus pire et que ces autruis sont des ennemis et leur ultime objectif est de nous faire disparître de cette planète. alors que ça ne va pas être réaliser même s’ils s’unissent. c’est la promesse de notre prophète salla alahou alayhi wa salém.
    la femme muslumane, son affaire principale est de nous construire une génération saine et partiquante. Prête pour vaincre l’islam et dévoiler la vérité ( l’islam c’est pas le terrorisme comme l’affirme les juifs)
    en avant en avant en avant fréro s
    l’islam passe avant tous
    salémou alykom

    1
  2. Ariss    

    As salam alaykum

    Baraka’Llâhu fiki pour ton témoignage oum Hilal ! Tu l’as dit, c’est tout simplement exceptionnel de pouvoir être avec eux dans leur apprentissage. Les mes grands commencent un peu à s’envoler entres guillemets, et je pense souvent à tout ce qu’on a pu faire ensemble….El hamduli’Llah.

    2
  3. oummy sabiha    

    salam alaykoum,

    je suis ravie que cette soeur est pu apporter son temoignage concernant ief … je partage le meme avis qu’elle … j’encourage toute celles veulent faire ief de se lancer sans trop paniquer … l’apprentissage se fait progresivement chaque jour un petit peu …parfois des jours c’est pas facile mais on se rattrape apres … c’est pas toujours facile mais hamdouliLLAH lorsqu’on voit les progres on est ravie et on garde la motivation …

    qu’ALLAH nous facilite l’education de la génération islamique de demain …amine

    3
  4. Oum Firdaws & Selsabila    

    Salam alaykoum
    Mashaallah oum Hilal tu as super bien résumée.
    Qu’Allah ta’ala nous facilite et nous fasse comprendre l’importance de cette effort (amine).

    4
  5. une soeur    

    Salam o aleykum

    Au collège, il y’avait une collègue qui avait était scolarisé pour la 1ere foi en 6ème avant cela c’était sa maman qui lui faisait les cours à la maison et honnêtement c’était une fille très intelligente et a pu bien s’intégrer au sein de ma classe à l’époque, c’était une française mais cela ne change rien a l’expérience… Personnellement je ne sait pas si j’aurai le courage de faire la même chose, bien que je me pose des questions sur l’enseignement que l’éducation national propose aux enfants mais inshaALLAH cela sera une richesse pour eux mais si une école musulmane ouvre près de chez moi alors je me poserai plus de question!

    Khir inshaALLAH, k’ALLAH guide la communauté

    5
  6. Musmos    

    Salamalaykoum
    Elle a raison, et je compte bien l’instruire moi même mon futur enfant et lui apprendre à lire à 4ans (l’arabe et le français)

    les ressources sont à notre dispositions, on est intelligent, allons-y.

    Ce serait bien que l’activité s’organise un peu. (par exemple, un groupe de quatre soeurs s’occupe de leur enfants à tour de rôles, par exemple, une semaine de cours chacune.)

    6
  7. lebron    

    Salem aleikum

    Je comprends parfaitement ce qui peut conduire un père ou une mère à chercher à préserver ses enfants, je comprends parfaitement les réserves qui sont émises à l’endroit d’une institution qui au final n’est que l’exact reflet de la société. Parler de l’école au singulier n’a pas beaucoup de sens. Il faut pouvoir sortir un temps de l’abstraction pour aller y voir de plus près. D’abord oui l’école populaire, l’école pour les masses n’a jamais eu vocation à former des élites, ce n’est que subséquemment qu’il arrive à intervalles réguliers que des enfants échappent à une programmation perfide pour se hisser à des niveaux d’excellence, et encore leur chemin de croix (si j’ose ici l’expression) ne fait que commencer, jamais ils ne seront véritablement perçus pour ce qu’ils sont, et jamais ils ne seront traimtés à églaité.
    Ceci nous le savons, je ne dis pas qu’un complot serait organisé par tous les représentants d’une école à 2 vitesses, je dis juste que le modèle économique n’a que faire des milliers d’esprits critiques, scientifiques et créatifs, la machine productive a besoin de bras et de suffisamment d’esprits assevis, point final. La reproduction sociale a toujours joué à plein et sous des registres et des nuances infimes elle continue largement à imprimer sa marque.
    Mais là où je voulias en venir c’est que le témoignage de cette soeur est sincère et touchant, certes, mais il est aussi d’une naïveté terrible. Sachant tout ce que je disais précédemment, vous pensez réellement que le peu de qualification, l’abscence de connaissance en des domaines qui nécessitent une expertise réelle, vont pallier aux insuffisances de l’école ??? Ou alors vous empêcherez nos petits musulmans de se battre et de se hisser à leur tour aux niveaux d’exigence que l’on attend pas d’eux, ou alors vous les préparez à occuper encore et toujours de petits postes sublaternes (pour ceux qui trouveront du travail), les autres finissant de compléter les longues listes des demandeurs d’aide sociale.

    Je me montre peut-être dur, mais je pense qu’en matière d’instruction il ne faut pas se manquer, c’est trop important, c’est aussi la chance et l’avenir qu’on laisse à nos enfants, c’est notre responsablilité en tant que parents.

    Pour finir je soumets cette idée simple et oh combien opérante : « comment puis-je donner ce que je ne possède pas ?  » En matière de culture, de science et de savoir, c’est exactement la même chose, comment transmettr ce que je maîtrise à peine, un peu comme si j’acceptais une opération à coeur ouvert à la maison…Non, quand je suis malade je vais voir le médecin, quand ma voiture tombe en panne je fais appel à un mécanicien, à chacun sa spécialité. L’école est critiquable, certes, mais elle est aussi une nécessité, nous sommes en train de monter nos projets, mais en attendant l’expertise d’un enseignant, sa pédagogie, et sans doute aussi le choix de certaines écoles plus « fréquentables » doivent être au coeur de nos stratégies de parent, au final c’est ALLAH qui pourvoie.

    Faites attention : se dire « je peux » me parait un peu limite en ce domaine, croyez moi je sais de quoi je parle, sans cela je ne serais pas intervenu.
    Qu’ALLAH nous aide tous dans ce difficile et délicat travail, pour ceux qui ont fait ce choix qu’ALLAH les aide et les soutienne, il n’y a pas d’ambiguité pour moi, je respecte profondément cela, mais la méthode coué montrera vite ses limites, a peur n’évitant pas le danger, apprenons à raisonner et à composer.

    7
  8. Oummsheyma    

    As salam aleykoum,

    Toute est une question dobjectif. Vous parlez d’élites et quant à moi je préfère que mes enfants n’aient aucune qualification mais que leur croyance soit préservée. Même si je compte bien leur donner la meilleure instruction possible.

    Par rapport à la qualification, pour rentrer à l’IUFM, il faut avoir une licence ou …3 enfants. C’est un peu de la formation continue ou de la validation des acquis professionnels, non?

    8
  9. Makimura : « l’instruction en famille s’est imposée à moi comme une évidence »    

    […] Après Ariss et Oum Hilal, et Oum Ilyes, c’est au tour de Makimura, maman de 3 enfants, de répondre à nos questions […]

    9
  10. Oumm Yâssir : « Il n’existe pas un seul chemin vers une bonne éducation »    

    […] Après Ariss et Oum Hilal, et Oum Ilyes, et Makimura, voici l’interview d’Oumm Yâssir, une maman qui a choisi […]

    10

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE