Abattage rituel halal et casher : "Et à présent ?", par Dialrel

Après la mise au point de l’organisme de certification AVS, c’est au tour de Dialrel de nous faire parvenir un communiqué de presse au sujet des débats en cours sur l’abattage rituel. Communiqué de presse sur l’atelier Dialrel Stakeholders ‘, Istanbul, 15 à 16 de Mars, 2010 Et à présent ? Le “Dialrel Stakeholders’ Workshop” […]

Après la mise au point de l’organisme de certification AVS, c’est au tour de Dialrel de nous faire parvenir un communiqué de presse au sujet des débats en cours sur l’abattage rituel.

Communiqué de presse sur l’atelier Dialrel Stakeholders ‘, Istanbul, 15 à 16 de Mars, 2010

Et à présent ?

Le “Dialrel Stakeholders’ Workshop” s’est tenu dans la charmante capitale turque d’Istanbul les 15 et 16 Mars 2010. Organisé avec le soutien important de l’équipe locale de l’association vétérinaire d’Istanbul, dirigée par Tahsin Yesildere, cet événement réussi a vu la participation de plus d’une centaine de délégués de nombreux pays européens ainsi qu’Israël, l’Égypte, le Pakistan et la Turquie. Il devait être la dernière réunion avant la fin du projet Dialrel, mais il représente finalement le début d’un nouvel ensemble d’activités ayant ouvert des perspectives pour de futurs développements. « Maintenant que les activités préliminaires de recherche spécifiques ont été conclues, un véritable dialogue peut commencer, je pense que nous sommes au milieu d’une rivière, nous allons rassembler nos énergies pour atteindre le côté ensemble » a expliqué le rabbin Bruno Fizson (Grand Rabbinat de France), au cours de la discussion générale.

Cet atelier avait pour objectif initial de communiquer les résultats du consortium, et de promouvoir un dialogue entre les autorités religieuses, les ONG, l’industrie et autres intervenants dans la chaîne d’approvisionnement de produits halal et kasher. L’objectif de l’atelier était double : il était l’occasion de présenter les résultats de la recherche effectuée au cours des trois dernières années. Un accent particulier a été donné aux « recommandations pratiques pour améliorer les pratiques d’abattage religieux » dans un premier document communiqué aux membres du comité consultatif pour recueillir leurs commentaires. Ces recommandations contenaient une liste de suggestions. Il est important de rappeler que DIALREL est un consortium scientifique qui n’a pas d’objectif de modification de la réglementation, mais travaille à l’intérieur du cadre légal européen actuel qui accorde une dérogation à l’étourdissement en cas d’abattage religieux. Le consortium DIALREL traite donc de l’abattage religieux avec et sans étourdissement. L’atelier se voulait être également un forum de discussion où les participants aient l’occasion de donner leurs feedback sur les résultats présentés aussi bien que leurs propres suggestions aux auteurs du document rassemblant les « recommandations ». Le débat animé mais toujours courtois a conduit à inviter les participants et les membres du comité consultatif de Dialrel à envoyer par écrit leurs « commentaires sur les recommandations » à la coordinatrice du projet Mara Miele. Ces commentaires seront utilisés pour réviser les recommandations proposées. De plus, le dialogue se poursuivra au cours d’autres réunions avec les autorités religieuses, l’industrie et des représentants des ONG sur la base d’une consultation aussi ample que possible.

Le déroulement de l’atelier d’Istanbul
L’atelier a débuté avec un accueil par le coordinateur du projet, Mara Miele, de l’université de Cardiff, qui a donné un aperçu de la structure du projet, de sa justification et de ses objectifs. Sa présentation a été suivie de trois exposés sur les résultats des enquêtes menées par différentes équipes du consortium. Le premier matin, trois grands thèmes ont été abordés : Lill Vramo (SIFO, Norvège), Rossella Bottoni (université catholique, Italie) et Joerg Luy (Freie Universität Berlin, Allemagne) ont présenté leurs résultats concernant les débats publics, la législation sur l’abattage religieux et les différents outils éthiques pour aborder la question de l’abattage et des dérogations religieuses au sein de l’Union européenne. Ces communications ont été suivies par des exposés concis sur les règles religieuses islamiques présentées par Haluk Anil (Cardiff, Royaume-Uni) et Ari Zivotofsky (Bar Ilan University, Israël). James Kirkwood, HSA, Royaume-Uni, a présidé cette première session et a dirigé de façon dynamique et polie la discussion de synthèse.

Après le déjeuner sur la merveilleuse terrasse de l’Hôtel Taxim Hill, la session d’après-midi, présidée par Bo Algers (SLU, Suède) abordait les thèmes de la consommation et des marchés halal et casher. Florence Bergeaud-Blackler (IREMAM, université de la Méditerranée, France), a présenté les résultats d’une enquête menée auprès de consommateurs de France, du Royaume-Uni, de Belgique, des Pays-bas, d’Allemagne, d’Israël et de Turquie, en insistant particulièrement sur les opinions et préoccupations des consommateurs halal et casher concernant le bien-être animal et la question de l’étourdissement. John Lever (Cardiff University, Royaume-Uni) a ensuite donné un aperçu du développement récent de la chaîne d’approvisionnement halal et casher au Royaume-Uni, en France, en Allemagne et en Norvège. La discussion a été suiviepar les présentations d’Antonio Velarde (IRTA, Espagne) et de Haluk Anil (université de Cardiff, Royaume-Uni) qui ont donné aux participants un aperçu des résultats de l’enquête sur les pratiques d’abattage actuelles dans plusieurs pays européens. La discussion très animée qui a suivi était axée sur les aspects techniques de bien-être animal et a donné la possibilité à un grand nombre de participants doté d’un bagage technique (experts en protection animale, vétérinaires, médecins) de faire des commentaires. Le premier jour de la réunion s’est terminée par une excursion en bateau sur le Boğazı Istanbul le long des côtes magnifiques du Bosphore, occasion de partager opinions et idées dans un environnement détendu et informel.

La séance du matin du deuxième jour a débuté par une présentation par Beniamino Cenci Goga (université de Pérouse, Italie) qui a présenté les résultats d’une consultation avec une communauté musulmane locale en Italie sur l’acceptabilité des différentes pratiques d’abattage. Beniamono a également montré comment l’organisation des abattoirs peut parfois affecter négativement les pratiques d’abattage et la sécurité des employés. Karen von Holleben, BSI Schwarzenbek, Allemagne, Antonio Velarde, IRTA, l’Espagne et Haluk Anil, université de Cardiff, Royaume-Uni, ont par la suite illustré les données scientifiques recueillies lors des visites sur place dans les abattoirs dans plusieurs pays d’Europe et la Turquie. Ils ont présenté une première version des « recommandations pour l’amélioration des méthodes d’abattage ». Claudia Terlouw, l’INRA, en France, a présidé cette session. Elle doit être félicitée pour avoir maintenu le débat dans les délais, étant donné le nombre extrêmement élevé de questions, de commentaires et de critiques constructives.

Certains des membres du Conseil consultatif (Bruno Fizson, Grand Rabinat de France ; Achnnmed Yarecy, European Certification halal ; Nancy De Briyne, FVE ; Zeev Noga, UECBV, Cees Vermeeren, AVEC, Michel Courat, Eurogroup for Animals) ont ensuite pris la parole. Tous ont montré grand intérêt dans les résultats produits et donné une grande contribution au débat, tant en soulignant les différentes exigences religieuses que leur volonté d’explorer les stratégies possibles pour améliorer le bien-être des animaux au moment de l’abattage. L’après-midi fut consacrée à une discussion en plénière, admirablement présidé par James Kirkwood. De nombreux membres du conseil consultatif ont souligné la nécessité d’une plus grande transparence dans les chaînes d’approvisionnement en viande et d’une meilleure information aux consommateurs et au grand public sur l’abattage rituel et les processus de certification. La réunion s’est terminée par l’allocution de Denis Simonin (DG-SANCO) qui a félicité le consortium pour les résultats obtenus et les données intéressantes fournies.

La réunion s’est terminée par une invitation de la coordinatrice Mara Miele à envoyer leurs commentaires sur les recommandations fournies par l’équipe Dialrel et annoncé des réunions à Bruxelles avec les membres du conseil consultatif, des experts externes et des autorités religieuses.

Une note sur le projet Dialrel
Dialrel est un projet européen financé par la Commission européenne (N °: FP6-2005-FOOD-4-C). Il est coordonnée par Mara Miele de l’université de Cardiff avec la collaboration de onze partenaires en Europe, en Turquie, en Israël, au Pakistan et en Égypte. Le projet vise à promouvoir les meilleures pratiques d’abattage, à la fois conventionnelles et religieuses, et d’établir un dialogue entre les autorités religieuses et les opérateurs des marchés halal et casher (voir www.dialrel.eu).
En Europe il existe des différences notables dans les pratiques d’abattage (tant en termes réglementaires et des pratiques effectives), et le nouveau règlement UE 1099/2009, qui s’appliquera en 2013 rencontrera d’importants défis pour une mise en œuvre homogène. L’abattage religieux est un sujet complexe qui englobe le bien-être animal, la liberté de religion et des questions de souveraineté nationale dans les États membres de l’Union européenne. Il a récemment pris une place plus importante dans les débats publics en raison notamment de l’expansion considérable de la demande pour les aliments halal en Europe et mondialement. Ce thème a donné lieu à un débat public sur les processus de certification pour les produits obtenus par des moyens d’abattage religieux. Toutefois, les données sur les animaux abattus selon les règles religieuses sont limitées et pas systématiquement collectées. L’un des objectifs du projet Dialrel est de fournir un aperçu des règlements et des pratiques actuelles dans un échantillon de pays d’Europe ainsi que d’identifier quelques-uns des grands changements des chaînes d’approvisionnement halal et casher, mais aussi la demande des consommateurs pour ces produits.

Le projet Dialrel vise à recueillir cette information, mais plus important encore, il vise à encourager un dialogue entre les autorités religieuses, les autorités vétérinaires, en Europe, et les intervenants des chaînes d’approvisionnement pour aborder le problème du bien-être des animaux au moment de l’abattage.

Le projet Dialrel se compose de cinq domaines d’investigation : le premier rassemble l’ensemble de travaux visant à examiner les informations concernant le développement de la législation actuelle, les règles religieuses et les préoccupations de bien-être animal. Le second est dédié à l’évaluation de l’état actuel des pratiques d’abattage, aussi bien conventionnelles que religieuses, et plus précisément à l’examen, l’analyse des et la discussion sur les techniques d’abattage religieux casher (schechita) et halal. Le troisième est dédié aux enquêtes sur les préoccupations et le niveau d’information sur l’abattage rituel des consommateurs de produits halal et casher dans quelques pays de l’Union européenne et des pays associés. Le quatrième ensemble de travaux est consacré à la gestion des préoccupations, des connaissances et l’information du grand public en Europe en matière de pratiques d’abattage religieux. Il propose une évaluation des degrés de transparence dans le système de distribution de la viande halal et les produits shechita. Enfin, un dernier ensemble est consacré à la promotion d’un dialogue entre les parties concernées et à l’identification des stratégies de communication entre les participants. Un élément-clé de cette activité a été la mise en place d’un comité consultatif avec les intervenants et autres parties intéressées.



N'attendez-plus. Rejoignez-nous sur Twitter en cliquant sur le bouton suivant :

Téléchargez l'application Al-Kanz sur votre smartphone et votre tablette !

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (3 commentaires)

  1. pp    

    salam
    pour approfondir, communiqué publié par Shechita UK, qui a fait parti de DIALREL, qui a soulevé des problèmes sur les données scientiiques (d’après le communiqué, Antonio Velarde a reconnu que certaines données de la bibliographie avaient été mal lues, mais ils n’ont pris en compte les remarques, et Shechita UK s’est officiellement plaint à la CE pour diffamation de l’abattage rituel… ).
    http://www.shechitauk.org/news-resources/newspress-releases/news-resources/article/is-slaughter-study-of-any-real-use.html

    Deuxième lien, exemple de l’exploitation des travaux de DIALREL pour critiquer l’abattage rituel dans la presse spécialisée vétérinaire, alors que c’est même pas fini… ça promet…
    http://www.wk-vet.fr/actualites/detail/25139-publication-1/abattage-rituel-inventaire-de-pratiques-croyances-et-regulations.html

    wa salam

    1
  2. frédéric FREUND    

    Et à présent ?
    Et bien nous allons continuer à discuter, faire des réunions, se prélasser sur  » la merveilleuse terrasse de l’Hôtel Taxim Hill » et puis dans 10 ans, nous en serons toujours au même point à discuter sur la douleur animale, l’étourdissement ou non, bref on cause on cause mais c’est tout.
    Les plus optimistes diront que ce n’est déjà pas mal.
    Personnellement, je ne trouve pas que cela soit suffisant pour les bêtes qui agonisent pendant plusieurs minutes après avoir été égorgées.

    2
  3. Al-Kanz    

    Frédéric, qu’est-ce qui serait suffisant selon vous ?

    3

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés