Halal Sélection : une police mal à propos

Par Al-Kanz

Communiquer auprès des consommateurs musulmans ne demandent pas d’adopter une stratégie particulière. Il convient néanmoins de soucier du détail.

Halal Sélection est la marque de la société Monier Viandes, située en Haute-Loire. Comme de nombreuses sociétés qui ont compris que le marché des consommateurs musulmans constitue un véritable relais de croissance, Monier Viandes a choisi de commercialiser ses propres produits halal, certifiés par l’ARGML, organisme de certification de la grande mosquée de Lyon.

Sur la photo ci-dessus, prise dans le rayon boucherie d’un hypermarché, on remarquera que Monier Viandes a choisi une police de caractère bien marquée. On est là dans un cas banal de stratégie marketing. On adapte un tant soit peu le produit à la cible que l’on veut toucher. Mais faut-il encore ne pas se tromper.

Halal Selection

La police utilisée semble être la bien mal nommée Arabian Onenightstand.

Halal Selection
Capture d’écran du site Dafont.com

Mal nommée, car elle s’inspire non pas de l’arabe, mais de l’hindi, langue officielle, avec l’anglais, de l’Inde. On pourrait nous rétorquer que l’Inde compte des millions de musulmans. Certes, mais l’hindi n’évoque pas l’islam, le halal, les musulmans, mais bien l’Inde, et partant l’hindouisme, les hindous. Il y a donc là, selon nous, une petite erreur d’appréciation, qui fait un petit peu (un petit peu seulement, entendons-nous) tache. Cela dit, mieux vaut une étiquette mal pensée qu’une viande non halal. Chacun en conviendra, n’est-ce pas ?



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (8 commentaires)

  1. Bidar    

    En ce qui concerne l’etiquette je regrette ce manque de concertation entre l industriel et l’organisme certificateur
    c’est dommage.
    L’abattoir a tendance a sous estimer la valeur du sacrificateur, des controleurs mais cela est un peu de la faute des responsables des associations halals (pas tous bien sur ) qui sous estiment eux meme le travail de leurs collaborateurs.

    Au dernier salon du halal nous avons discuté longuement avec l’abattoir Gourault sur un probléme de marketing similaire, Le nom de leur marque qu’il s’apprêtait a lancer sur le marché dont j’ai oublié le nom mais qui était inapproprié pour des consommateurs francais musulmans.

    1
  2. Saïd Elftou7    

    Si on lit le halal à l’envers, ca ressemble à lahou lahou en arabe, non?

    2
  3. Rose    

    Salaam ‘alaykoum

    Bientot on nous servira des produits sur fond de danse du ventre et patisseries au miel pour faire plus « arabe », et partant de la plus halal.
    En tout cas de telles choses montrent l’idée du halal que se font les industriels: quelque chose d’islamique (normalement) qu’on cache sous un gros (gras?) vernis folkorique pour faire glisser et lui donner un visage sympatique.

    3
  4. Adam Chaabane    

    j’ajouterai que la langue du Benglasdesh (le Bengalî : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bengal%C3%AE ), pays de 150 millions de musulmans, ressemble beaucoup à cette présentée.

    4
  5. Elsevillano    

    Ce qu’il faut comprendre je pense dans cet article c’est le manque de marketing et donc d’étude de la population visée. Ici On voit clairement que les concepteur de l’étiquette ont un image fantasmée des musulmans qu’ils visent. Pour ma part je pense que si Charal, par exemple, reprenait le même emballage affublé d’un Halal, cela me conviendrai parfaitement.

    Les musulmans sont des français comme les autres…

    5
  6. halalovore    

    C’est avec la même légerté que Kertel présente le Maghreb sur ces cartes téléphoniques avec un touareg et son chameau dans le désert.

    6
  7. mat    

    Salam,

    C’est vraiment pitoyable comme article… Qu’est ce que ça apporte comme information? La critique à tout crin a ses limites. Creusez vous un peu les méninges pour proposer des analyses un peu plus robustes. Là ça fait vraiment bouche trou

    7
  8. Al-Kanz    

    Elsevillano,

    Oui précisément. C’est dans la même veine que la boulette de Reghalal, sauf qu’ici ça ne porte pas à conséquence. On veut faire du halal, mais on ne recrute pas les personnes aptes à comprendre la cible que l’on veut toucher.

    8

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE