Qui ne sert pas la main n’est pas français, çais

Par Al-Kanz

En islam, Monsieur ne touche que Madame et Madame ne touche que Monsieur. Comme dans le judaïsme d’ailleurs – on se souvient de ce portrait dithyrambique dans un célèbre hebdomadaire, Le Point ou L’Express, du grand rabbin de France, Joseph Sitruk, dans lequel l’auteur racontait avec admiration comment ce dernier ne serrait pas la main […]

En islam, Monsieur ne touche que Madame et Madame ne touche que Monsieur. Comme dans le judaïsme d’ailleurs – on se souvient de ce portrait dithyrambique dans un célèbre hebdomadaire, Le Point ou L’Express, du grand rabbin de France, Joseph Sitruk, dans lequel l’auteur racontait avec admiration comment ce dernier ne serrait pas la main au sexe féminin. Le rapport physique d’un sexe à l’autre ne peut se faire légalement que dans le cadre du mariage. Refuser tout contact physique avec le sexe opposé, ne serait-ce que lui serrer la main ou faire la bise, ne relève jamais ni du mépris ni d’une quelconque forme de rejet, mais d’une conception particulière des rapports humains, conception qui aussi insupportable qu’elle puisse être pour certains doit être respecté. Ne pas vouloir serrer la main au sexe opposé n’est jamais une attitude contre le sexe opposé.

La courtoisie, la bienveillance, l’amabilité et le savoir-vivre peuvent s’exprimer tout autrement que par une poignée de mains. En vertu de quoi, ce qui n’est qu’un code social parmi tant d’autres devrait-il avoir un caractère obligatoire ? Vaste question, qui trouve parfois réponse dans l’humeur d’un ministre qui décide de sanctionner un barbu, toujours musulman. Après avoir refusé en février dernier de signer un décret permettant la naturalisation d’un étranger avec une française sous prétexte d’intégrisme, Éric Besson récidive pour les mêmes raisons.

On se permet pas mal de choses avec les musulmans. Cette histoire rappelle le cas de cet autre étranger expulsé il y a quelques années pour avoir dit que la république et la démocratie n’étaient pas de bons régimes. Le malheureux n’avait pas le droit de dire cela, quand bien même cela relève de l’opinion politique. Sa barbe, sa nationalité allogène et sa religion lui interdisaient de penser comme un royaliste, un monarchiste ou tout autre individu qui a le droit de considérer que tel ou tel régime politique n’est pas le meilleur qui soit. Le délit d’opinion politique existe en France… si t’es barbu. Inutile d’aller jusqu’à Cuba.

Pour finir, on ne voudrait pas cafter, mais y paraît que Domenech a refusé de serrer la main à un individu de sexe mâle et étranger. Ça mérite au moins une enquête préliminaire pour homophobie et xénophobie, non ? Tant qu’à faire.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE