Egypte : Jeune Afrique et les râteliers

Par Al-Kanz

Que fait un musulman barbu juché sur un char ? La révolution, pacifiquement, comme ses compatriotes ? Non, évidemment.

Dans un article court, mais percutant, Florence Beaugé, journaliste au Monde et spécialiste du Maghreb, revient sur les accointances entre Ben Ali et une presse qui a une certaine idée du journalisme. Les Cahiers de l’Orient d’Antoine Sfeir, chouchou d’Yves Calvi qui est à l’islam ce que les morpions sont au corps humain : très attaché ; et Jeune Afrique, un hebdomadaire qui doit plaire au nouvel ambassadeur de France en Tunisie, un certain Boris Boillon, star des médias sociaux depuis deux jours. Surtout en Tunisie (voir la vidéo : Scandale de Boris Boillon dès son arrivée en Tunisie).

Parmi les ardents défenseurs du dictateur déchu : le député Eric Raoult. « Plus on attaquait Ben Ali, plus j’avais envie de le défendre », dit-il en guise de justification. L’hebdomadaire Jeune Afrique, ou encore les Cahiers de l’Orient d’Antoine Sfeir, ont eux abondamment contribué à empêcher de faire connaitre le vrai visage du régime de Zine el-Abidine Ben Ali.

Source : Le Monde, « Ces VIP qui profitaient des charmes de la Tunisie étaient les VRP de Ben Ali »

Eh bien, Jeune Afrique, qui ne perd pas le Nord, n’a rien perdu de ses bonnes vieilles habitudes. L’hebdomadaire a choisi une photo douteuse pour la couverture de son dernier numéro. gratifie d’une photo qui dit le contraire de ce qui a été la réalité de la place Tahrir en Égypte. On y voit un Égyptien, barbu, sur un tank dont le canon se fait agressif. Qui ne sait rien de la révolution égyptienne imagine immédiatement le si médiatique islamiste-terroriste-intégriste appelant à la guerre contre l’axe du Bien, cet affreux barbu aux portes de l’Occident que l’on entend déjà mugir férocement dans nos campagnes. Qui a suivi la libération du pays n’en pensera pas moins tant la photo choisie est tendancieuse. Or, on se rappelle que ces tanks, sur la place Tahrir, protégeaient les manifestants contre les sbires de Moubarak pendant la révolution égyptienne. Cet Égyptien manifeste comme des centaines de milliers d’autres. On observe d’ailleurs sur la même couverture deux autres manifestants, là, juchés comme lui sur le char. Pas barbus pour un sou.

Jeune Afrique et les râteleirs

A l’intérieur du magazine, une autre photo montre un autre barbu en qamis, les mains levées et la bouche grande ouverte. Un barbu, ça hurle. Rien à voir avec la quinzaine de manifestants – jeunes gens sans barbe — qui l’entourent et qui, comme lui, ramassent des pierres pour, on le devine, en découdre avec les milices pro-Moubarak.

Jeune Afrique et les râteleirs

Jeune Afrique arrange la réalité à sa propre sauce et démontre concrètement que les prêcheurs de haine ne sont pas nécessairement là où on croit qu’ils sont.

Merci à Florence Beaugé pour son article de qualité, loin de ce journalisme de circonstances qui se nourrit à tous les râteliers.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (11 commentaires)

  1. said    

    Les dirigeants de JA sont connus pour avoir l’indignation sélective et faire des publi-reportages complaisants au possible avec des régimes peu recommandables..

    1
  2. abulcacin    

    Je ne serais pas étonné si j’apprenais que c’est une photo qui n’est pas en relation avec le contexte.
    Car la tête floutée est plus de type asiatique et le le barbu plus un pakistanais qu’un egyptien.

    Je ne sais pas si on peut faire une recherche sur une base de données de photo à partir de cette photo mais le résultat m’intéresserai bien.

    2
  3. Al-Kanz    

    Précisément, il ressemble à un Pakistanais et non à un Egyptien.

    3
  4. Sando    

    Ce journal finira par connaître la même déconfiture que les dictatures qu’il a toujours soutenus.

    4
  5. abulcacin    

    C’est comme les « faux » barbues d’Antenne2 à une certaine époque.

    Un montage photo journalistique.

    5
  6. Majarrah    

    Salam alaykum,

    La photo a bien été prise en Egypte, par Mohammed Abed (un photographe palestinien de l’AFP) :

    http://www.imageforum-diffusion.afp.com/ImfDiffusion/Search/visuMediaImage.aspx?hashDocID=C41123FFAA76578FD321D6E7FE0366241020000BE06BF31324014570B4123CB0AED1555A4A87F2B79FC000D42F5BB67F

    Ce qui n’enlève effectivement rien au coté tendancieux du choix de cette photo par Jeune Afrique.

    Salam alaykum

    6
  7. musulman franchouillard    

    salam,
    il est connu que les dirigeants de ce journal preferent les gens bien propre sur eux et surtout rasés de prés,il suffit d’écouter les declarations de certain lorsqu’ils sont invités sur les plateaux télévisés en tant que « spécialiste » pour décrypter les evénements actuels.

    7
  8. Justine    

    Assalâmou alaykoum wa rahmatoullâhi ta’alâ wa barakâtouhou,

    Les vrais méchants, rasés de très très près… :

    http://www.dailymotion.com/video/xa636d_john-perkins-confessions-dun-corrup_news

    Wa salâm

    8
  9. Al har    

    Assalaamou alaykoum,

    Il s’agit de la même personne sur les deux photos.

    9
  10. soukounette    

    salam alaikum wa rahmtullah

    normal ya peut etre qu un musulman en egypte ^_^

    10
  11. agen    

    Vous pourrez lire la chronique de BHL sur la Lybie dans le dernier numero de Jeune afrique qui a laissé publié cette insulte envers les peuple et qui demontre sa soumission à l’orde de la pensée unique

    11

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE