Débat sur "la laïcité" : un musulman répond à Jean-François Copé

Marwan Muhammad du collectif contre l’islamophobie en France a tenu à répondre au maire d’une ville de Seine-et-Marne. Jean-François s’est fendu d’une lettre publique à un ami musulman, qu’on devine imaginaire, pour tenter de lui expliquer l’évidence. Le débat contre l’islam, c’est pour son bien que J.-C. veut l’organiser. Juste deux heures, le 5 avril, […]

Marwan Muhammad du collectif contre l’islamophobie en France a tenu à répondre au maire d’une ville de Seine-et-Marne. Jean-François s’est fendu d’une lettre publique à un ami musulman, qu’on devine imaginaire, pour tenter de lui expliquer l’évidence. Le débat contre l’islam, c’est pour son bien que J.-C. veut l’organiser. Juste deux heures, le 5 avril, dans un « hôtel parisien ». Marwan Muhammad lui répond donc.

Cher Jean-François,
J’ai lu avec grand intérêt la lettre que tu m’as adressée dans L’Express et, puisque nous sommes désormais amis, permets-moi de te tutoyer et de te dire les choses en toute franchise.

D’abord, je dois te confier que chez moi (en France, avant que tu demandes), ce n’est pas comme ça qu’on traite ses amis. On ne fait pas un débat pour savoir comment nos amis devraient s’habiller ou s’exprimer. On ne se mêle pas de leur vie religieuse et on ne se permet pas de dire à leur fille que sa robe est trop longue. Ce serait très déplacé, tu en conviendras.

On ne se sert pas de ses amis pour gagner des élections. On ne salit pas leur dignité et on ne leur porte pas préjudice, même si ça fait monter l’audimat au radio-crochet du coin… Tu dis vouloir m’aider à combattre les préjugés à mon sujet, mais c’est toi qui les alimentes à chaque fois que tu prononces les mots « islam », « menace » et « laïcité » dans la même phrase.

Je ne t’ai rien demandé et je n’ai pas besoin de ton aide. Je veux juste que tu me laisses en paix. Le jour où tu auras vraiment envie d’avoir une conversation avec moi, retrouve-moi autour d’un bon repas, sans caméras si possible, comme ça tu pourras me regarder dans les yeux te dire le fond de ma pensée. D’ici là, si vraiment tu t’ennuies et qu’il te reste de l’énergie, je peux t’indiquer un certain nombre de problèmes qui requièrent toute ton attention dans le quartier : à commencer par le fait qu’il manque du travail à beaucoup de nos voisins et que les gens ne se parlent quasiment plus depuis que toi et ton équipe tenez le micro. J’aimerais aussi répondre point par point à un certain nombre de remarques que tu fais dans ta lettre et qui, si l’un de nos amis la lisait, risqueraient de l’induire quelque peu en erreur.

Quand tu dis que notre foi, l’islam, est « défigurée dans l’opinion par des comportements ultraminoritaires », ce serait bien de rappeler que cette « opinion » se construit moins à partir de la réalité que du discours politique et médiatique auquel, il me semble, tu participes un peu (note ce doux euphémisme que l’amitié t’offre en privilège). Toi qui as depuis fort longtemps renoncé à la langue de bois et à la stratégie politique, tu devrais savoir qu’il ne convient pas de dire une chose et son contraire d’une interview à la suivante. On pourrait t’accuser de tenir un double discours ce qui, par les temps qui courent, reviendrait à te bannir de la sphère publique où tu sembles t’épanouir.

Plus loin dans ta lettre, tu parles de mon grand-père mais tu confonds probablement. C’est celui de Djamel qui est mort à Verdun. Le mien a combattu à Al-Alamein en Egypte, dans une guerre qui n’était pas la sienne. Du côté de maman, ils étaient plutôt vers Alger, où ils ont pu découvrir les joies de l’électricité dans les années 50. C’est vrai que tout ça fait partie du passé… mais je suis bien content que tu fasses avec moi ce devoir de mémoire qui nous rappelle d’où nous venons et ce qui nous unit, tout en nous permettant de tirer des enseignements qui nous éviteront de répéter les mêmes erreurs. Comme de stigmatiser une partie de nos concitoyens à des fins politiques.

Tu voudras bien m’expliquer aussi pourquoi dès que tu parles d’islam, tu te sens obligé d’invoquer la laïcité pour dire quelque chose de pas sympa juste après. Si tu n’aimes pas les barbes et les foulards, libre à toi d’exprimer ton opinion. Nul besoin de faire comme tous ceux qui, pour exprimer leur rejet des formes visibles de l’islam, se drapent sous la cape de la laïcité en espérant y trouver une respectabilité à leur racisme d’autrefois. Je sais bien que tu n’en fais pas partie, toi qui poursuis des objectifs « emprunts de paix et de respect », mais c’est tout de même dans ton camp qu’on entend des gens parler de « croisades », de la « France [qui] doit rester la France », et du jeune musulman dont on veut « qu’il travaille, qu’il ne parle pas verlan et qu’il ne mette pas sa casquette à l’envers ». Si c’est toi le chef de cette équipe, je te souhaite bien du courage.

C’est bien d’avoir une opinion. C’est mieux d’avoir la vérité. Or notre vérité commune est dictée par la loi de notre pays et il se trouve justement qu’en 1905 une loi a été votée pour établir le principe de laïcité que les polémistes (contre lesquels tu fais bien de t’insurger) ressassent à tort mais surtout à travers sans vraiment l’avoir lue.

Et que dit-elle cette loi ?
Elle dit que nous sommes libres.
Libres de choisir en conscience notre religion et de la vivre comme bon nous semble, sans faire de prosélytisme et sans devoir la cacher ou la nier dans la sphère publique.
Libres de s’habiller comme il nous plaît, de porter une barbe ou de se couvrir la tête si on le souhaite.
Libres de prendre notre place au sein de la République comme nous l’avons fait jusqu’ici en l’enrichissant de notre travail, de nos idées et de nos espoirs.

Aucune instance musulmane n’a réclamé le changement de cette loi. Aucun musulman n’a demandé un privilège dont serait exclu l’un de ses concitoyens. Nous demandons, et la majorité de nos concitoyens avec nous, le strict respect de la loi de 1905. Sans cadres ni contraintes supplémentaires et sans polémiques pour venir, chaque jour un peu plus, restreindre nos libertés et nos droits fondamentaux.

Mon cher Jean François, à trop vouloir nous aider, tu risques de nous causer du tort en faisant croire qu’il y a une spécificité islamique qu’on aurait jusque là ignorée. Il n’en est rien. Nous sommes des citoyens comme les autres, acteurs anonymes des changements et des sacrifices que doit concéder notre pays aujourd’hui. Ta famille politique n’est pas étrangère à cette situation (mais bon, on ne choisit pas sa famille…). Ce serait malheureux de donner ainsi raison à ces mauvaises langues qui disent déjà qu’avec des amis comme toi on n’a pas besoin d’ennemis.

Pour ces raisons, tu comprendras que je ne souhaite pas venir à ta petite fête du 5 avril. Je préfère vous laisser laver votre linge sale en famille. Fais-moi signe quand tu auras repris tes esprits et que les choses se seront un peu calmées vers chez toi.

Je termine en te disant que le respect, c’est d’accepter l’autre tel qu’il est et non tel qu’on voudrait qu’il soit, avec ses différences. Il serait bon que tu t’en souviennes désormais, avant d’invoquer une idée de fraternité que tu piétines chaque jour.
Bien amicalement,
Marwan Muhammad
Collectif contre l’islamophobie en France

Soutenez le CCIF, dont l’engagement permettra avec votre soutien, d’éviter in cha’a-Llah des drames. Puisque nous attendons évidemment les premiers morts. Adhérez, tout de suite.

Robert Badinter dénonce la

Collectif contre l’islamophobie en France
contact@islamophobie.net
09.54.80.25.93
http://www.islamophobie.net.



N'attendez-plus. Rejoignez-nous sur Twitter en cliquant sur le bouton suivant :

Téléchargez l'application Al-Kanz sur votre smartphone et votre tablette !

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (20 commentaires)

  1. Oum Hilal    

    Macha Allah !

    Tout est dit, rien à rajouter.
    Je n’ai pas lu la « lettre » de Copé mais je m’en passerai.

    BarakAllahu fik akhi Marwan pour ce magnifique texte.

    Wassalam

    1
  2. Ahmed Rédissi    

    Marwan, tu cartonnes ! Que Dieu te récompense de la meilleure des récompenses dans cette vie et dans l’au delà.

    2
  3. Abou Ibrahim    

    assalmou ‘alaykoum,

    Je reproduis le message que j’ai posté sur Ajib.fr :

    Ya plus qu’a envoyé la lettre à M.Copé (copé/collé) en précisant son identité. J’ai eu aucun mal à mettre mon nom de famille dans la rubrique Nom :

    http://jeanfrancoiscope.fr/wordpress/contact

    3
  4. Najat    

    Assalamu aleykoum

    Excellent mashaAllah, rien a dire! BarakAllahoufik Marwan pour la lettre, et fik al kanz pour le partage… Si seulement il pouvait VRAIMENT comprendre. Qu’Allah nous donne la guidée!

    Wessalam aleykoum.

    4
  5. F3lf3l    

    Bravo pour cette lettre elle exprime si bien tout ce que je pense.

    5
  6. mamodea    

    mashallah!! qu Allah fasse qu il y ait plus de personne pr nous representer ainsi et nous aider a nous exprimer!!!

    6
  7. Justine    

    Assalâmou alaykoum wa rahmatoullâhi ta’alâ wa barakâtouhou,

    J’ai lu cette réponse dans la newsletter du CCIF et n’ai pas manqué de la transférer.
    Marwan : +1000…
    Lorsque l’on voit le niveau moral des hommes et femmes poliliques, on ne s’étonne plus de l’absence de respect qu’il nous inspire. La réalité est là : dans tous les domaines, ce sont les moins que rien qui sont mis en avant comme modèles de cette civilisation occidentale mondialisée décadente. Leur Dieu est le bas monde et les superficialités qui vont avec.

    Wa salâm

    7
  8. ben    

    les faits sont là, comment agir maintenant ?

    la question est cruciale est force est de constater que ni vous ou qui que ce soit, êtes présent sur le terrain, pour éduquer les jeunes, aider les familles à comprendre les enjeux globaux au delà des petits tracas de la vie quotidienne que chacun rencontre.

    s’inscrire sur les listes electorales est chose simple en théorie, mais avant d’en arriver jusque là un travail considérable est à mener, et j’invite chacun d’entre nous à être actif utile dans sa famille, son entourrage, ses proches, ses amis, son quartier.

    si chacun fait cela, les choses changeront car Allah  » ne change pas l’état d’un peuple tant qu’il n’a pas changer ce qui a de mauvais en lui même (sourate le tonnerre) », la preuve en est avec les peuples arabes.

    Donc j’invite chacun d’entre vous à s’activer, car d’après un hadith du prophète rapporté par ibn abbas : « le prophète a dit que celui qui soulage son frère d’une peine, est meilleur auprès d’Allah qu’une personne qui effectue une retraite spirituelle d’un mois dans la mosquée du Prophète » ! On peut comprendre que l’action le terrain est la mise en pratique de la compréhension de notre foi, et cela est plus méritoire que celui qui s’occupe égoistement de sa pratique personnelle, dans son coin.

    Qu’Allah nous vienne en aide, amine

    wa salam

    8
  9. Al-Kanz    

    as-salâmu ‘alaykum

    Ben,

    Vous peut-être pas. Mais ill est des soeurs et des frères qui sont sur le terrain depuis des années.

    9
  10. Mourad    

    salam alaykoum

    - Un débat sur l’emploi en France
    - Un débat la ré-industrialisation de notre pays et la compétitivité de nos entreprises
    - Un débat sur le monde de la finance
    - Un débat de fond sur la fiscalité
    - un débat sur les services publics et leur avenir
    - Un débat sur la sécurité sociale
    - Un débat sur l’hôpital et la santé
    - Un débat sur l’école et l’avenir de nos enfants
    - Un débat sur la recherche
    - Un débat sur l’énergie
    - Un débat sur les dérives de notre démocratie
    - Un débat sur la corruption de nos « élites »
    - Un débat sur les hommes politiques et leur intégrité
    etc. etc.

    10
  11. MuHammad    

    as-salâmu’alaykum

    [C’est mieux d’avoir la vérité. Or notre vérité commune est dictée par la loi de notre pays et il se trouve justement qu’en 1905 une loi a été votée pour établir le principe de laïcité que les polémistes (contre lesquels tu fais bien de t’insurger) ressassent à tort mais surtout à travers sans vraiment l’avoir lue.]

    Ca ne choque personne ça ?
    Alors c’est ça notre vérité à nous musulmans ? C’est sur cette base que nous sommes censé débattre avec des non-musulmans, quel qu’ils soient. Je me désavoue de cette démarche et de cette posture, par Allâh.

    Ca serait bien que les musulmans lance un débat sur la leur d’identité. Pas la national , mais la dogmatique. Celle qui implique un désaveu de ce qui contredit clairement notre croyance. Et la laïcité la contredit clairement, ne soyons pas dupe.
    Quelle a été l’attitude de ja’far (ra) face Négus d’Abyssinie. Qu’a t-il mis en avant pour expliquer leur position ? A t-il hésiter à rejeter clairement la croyance païenne faisant de Jésus le fils de Dieu ? Et ce, devant tout les évêques et les cardinaux. Autant dire que lui et les compagnons ne risquaient pas juste d’être « stigmatisé ». Et pourtant, en entamant la discussion avec le Négus (ra), il est partit également du principe que seul la vérité devait compter. Mais pas la vérité du des chrétiens, celle d’Allâh.

    C’est comme l’islamophobie au sujet de laquelle tout le monde s’alarme comme si il s’agissait d’une nouveauté historique. Que l’on me cite un Prophète parmi tout les prophètes, un peuple croyant parmis tout les peuples croyants qu’Allâh a placé sur cette terre et qui n’ai été éprouvé pour sa foi ? Un seul ! Vous espérez qu’on échappera à la règle ? Vous espérez que l’on va sortir du lot peut-être ?
    Comment ont réagi le Prophète et les compagnons face aux attaques ( des vrais attaques pas du chichi) ? Est-ce qu’ils sont sortit pour se plaindre des attaques, des tortures, des meurtres qu’ils subissaient ? Où est-ce qu’ils se sont concentrés sur la proclamations de leur croyance n’en déplaise à qui que ce soit et sans AUCUNE concessions ni ambiguïté ?
    Bi llahi ‘alaykum ! comment a réagi le Prophète quand Khabbab ibn arath (ra) a été se plaindre à lui pour les tortures qu’ils subissaient et pour lui demander d’invoquer Allâh en leur faveur ?! Comment a t’il réagit ?! Il s’est redressait (saws) et son visage est devenu rouge de colère et il a dit :

     » Parmi ceux qui vivaient avant vous, on prenait l’un d’eux, on lui creusait un trou et on l’y mettait. On apportait ensuite une scie qu’on lui plaçait sur la tête qu’on sciait ainsi en deux morceaux. Ou bien on passait sur sa tête un peigne de fer jusqu’à lui arracher ce qu’il y avait au dessous de sa chair et de ses os. Ce n’arrivait pourtant pas à lui renier sa foi. Par Allah, Allah accomplira cette chose (l’Islam) jusqu’à ce que le voyageur aille sur sa monture de San’a à Hadramawt (deux villes du Yemen) ne craignant que Dieu ou le loup pour ses troupeaux  »

    Nous sommes là à réclamer avec ardeur leur droit d’être de bon citoyen de la république à part entière. Super et ça veut dire quoi être un bon citoyen de la république ? On sait ce que ça veut dire ?

    A la fin du texte, Mr Marwan Mohammed dit :

    « Je termine en te disant que le respect, c’est d’accepter l’autre tel qu’il est et non tel qu’on voudrait qu’il soit, avec ses différences. »

    Accepter et respecter tout le monde avec ses différences ? Ma religion m’impose de me désavouer clairement du polythéiste et du polythéisme, sous toute ses forme et de le rejeter. Doit-on, Mr Marwan Mohammed, fait abstraction de cela, sous prétexte que nous sommes dans en France ?

    Lutter pour la cause de l’Islam est un acte des plus nobles, il va sans dire. Mais il faut préalablement comprendre réellement ce qu’implique cette cause, sinon on risque de défendre autre chose que l’Islam.

    Al kanz, est-ce que tu cautionnes cette lettre ?

    11
  12. Al-Kanz    

    as-salâmu ‘alaykum

    « Ma vérité » est à comprendre ici évidemment comme « ma réalité » et non « mon credo ». Et non, le texte ne demande pas le droit d’être des bons citoyens de la République, mais il demande qu’on nous laisse tranquille.

    12
  13. MuHammad    

    as salâmu’alaykum

    Quand on met en avant la loi de la république comme seul argument de défense et de protection, ça veut dire quoi ? Mais surtout qu’est-ce que les musulmans à qui vous vous adressez comprennent de tout ça ?
    La grappe ils ne la lâcherons jamais, ça c’est une certitude. Maintenant faut voir comment l’Islam nous demande de nous positionner face à ça. C’est ça la priorité, et c’est ça qu’il faut mettre en avant dans ce contexte.

    13
  14. Al-Kanz    

    as-salâmu ‘alaykum

    S’ils ne cherchent pas à faire dire à la lettre ce qu’elle ne dit pas, ils comprendront ce qu’elle dit et ce qu’elle est. Ni plus ni moins.

    14
  15. Justine    

    Assalâmou alaykoum,

    @ Muhammad :

    Je comprends tout à fait votre posture intellectuelle. J’avais même souvent eu envie d’écrire : s’impose un débat sur les effets néfastes de l’athéisme sur les sociétés. Et si on veut être positif : les effets positifs du monothéisme sur les sociétés. C’est pourquoi, dans un de mes posts, j’affirmais que le peuple français est mon peuple. Les musulmans de la Terre doivent s’adresser à leur peuple respectif sur le modèle de Mouhammad (paix et bénédiction de Dieu sur lui). Aujourd’hui, il est plus qu’évident que le polythéisme (pour ne pas dire satanisme) s’oppose ouvertement au monothéisme sous couvert d’une certaine interprétation de la laïcité, qui à ses débuts se voulait ouverte, respectueuse des différences confessionnelles, mais qui, au fur et à mesure des siècles, a vu son esprit se pervertir comme beaucoup de systèmes de pensées et de croyances. Jean-François Copé dit de la laïcité qu’elle est un art de vivre (un mode de vie) ; eh bien, c’est une des définitions de « religion ». Jean-François Copé a dogmatisé la laïcité. La question que je pose à nos concitoyens français, c’est : est-ce que cette forme de laïcité permet réellement la paix, la liberté, l’égalité et la fraternité en France ? C’est plus que discutable. Donc, si le système est perverti et a plus d’inconvénients que d’avantages, ne faudrait-il pas changer de système ? (On a bien aboli la royauté en France, non ?)
    Cela étant dit, remarquez que je n’ai pas parler de changement de système de valeurs, car la laïcité comporte des valeurs qui ne sont en rien en contradiction avec l’islam, et le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a permis la conservation de toute tradition, valeur, ne s’opposant pas à celles de l’islam. En cela, je rejoins la position de Marwan lorsqu’il fait référence à la loi 1905 et du respect dû à la différence, même si on ne cautionne pas certaines pratiques (à titre d’exemple, l’islam autorise les non-musulmans à vendre de l’alcool entre eux sur le territoire islamique).

    La laïcité en tant que concept ne me gêne aucunement, c’est ce que l’on met derrière ce vocable qui me questionne. L’art du Trompeur est de changer, d’inventer et d’utiliser les mots qui nous parlent mais de ne pas mettre les mêmes choses derrière. Ainsi, qu’est-ce que la laïcité sinon de l’islam, du judaïsme ou de la chrétienneté pervertis pour cheminer vers un monde sécularisé ?
    À la base, l’humanité a un Seul et même Dieu. Puis, sa croyance a été souillée par les suggestions sataniques, et cette humanité s’est divisée et a inventé des mots pour marquer les différences naissantes. Lentement, mais sûrement, le diable a conduit l’homme à faire preuve d’ingratitude envers son Créateur, à l’oublier, à croire qu’il peut se construire ou s’est construit seul, qu’il peut mette en place un système qui lui permettrait d’atteindre par ses propres forces intellectuelles et physiques le bonheur. Le Diable caresse l’ego et les passions de l’homme, qui ne se sait pas berné par le Tentateur, jusqu’à ce qu’il s’éloigne du Véritable Dieu en ne lui reconnaissant aucun bienfait, jusqu’à ce qu’il ait détruit tout lien avec Dieu pour finir par adorer Le Faux sciemment ou à son insu. Quelle triste issue, que Dieu nous en préserve, âmîne !

    @ Al-kanz :

    Ce n’est pas le sens de « lâcher la grappe » qui me gêne, mais son origine…
    http://www.expressio.fr/expressions/lacher-les-baskets-la-grappe.php

    Wa salâm

    15
  16. Al-Kanz    

    Justine,
    baraka-Llahu fik, je ne connaissais pas l’origine de cette expression. J’ai modifié.
    De ce que dit Marwan sur la laïcité, je ne crois pas qu’il fasse sienne son dogme . Il prend au mot JFC, lui rappelle ce qu’elle est et lui demande de s’en tenir à ce qu’elle dit. C’est une base suffisante pour le mettre face à ses contradictions.

    16
  17. MuHammad    

    as salamu’alaykum

    Donc pour toi ce genre de discours n’a aucune conséquence ? Il y aucun mal à se couvrir sous ces lois qui sont les mêmes avec lesquelles ils te tombent dessus pour attaquer ta religion ?

    17
  18. Shak    

    Assw
    muHammad
    Tu es sérieux la ?
    Ou tu fais juste celui qui ne veut pas comprendre ?
    L’auteur reprend juste les arguments de copé et y répond pour lui présenter des contradictions : on ne parle pas d’autres choses !
    Ce n’est pas parce que je dis que j’aime la salade que cela signifie pour autant que je n’aime pas la viande !

    18
  19. zaineb    

    salam alikom

    vraiment faut être fort pour rédiger une lettre comme ça,y a rien à dire mashallah

    19
  20. Abou Ibrahim    

    assalamou ‘alaykoum,

    MuHammed,

    Je rejoind Al Kanz quand il dit (grosso modo) que Marwan reprend la laïcité pour pointer Copé devant ses contradictions.
    Perso il n’y a rien dans cette lettre qui m’a fait bondir. Cette lettre est un pic pour J.F Copé car Marwan lui apporte la contradiction sur son propre terrain : la sacro sainte laïcité.

    Avec des gens comme Copé, nous ne sommes pas au stade de la da’wa pour l’appeler à embrasser l’islam, mais plutôt de lui signifier qu’il se cassera les dents à vouloir jouer du populisme sur le dos des musulmans.

    Enfin la comparaison avec Ja’far ra face au Négus et cette lettre n’est pas des plus appropriée waLahu a’lam. Copé n’a rien de Chrétiens ni un semblant de croyance en un Dieu unique qui puisse entrevoir un dialogue sur cette base.

    20

Écrivez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | ADABéo | Oumzaza | Aïd moubarak | Ramadan