L'organisme de certification AVS explique ses process

Après l’ARGML-mosquée de Lyon il y a quelques années, c’est au tour d’un autre organisme de certification et de contrôle AVS de mettre en ligne des vidéos expliquant sa façon de travailler. Ci-dessous deux vidéos l’une sur le process en abattoir de volaille, l’autre sur le process en boucherie. Une troisième vidéo porte sur l’application […]

Après l’ARGML-mosquée de Lyon il y a quelques années, c’est au tour d’un autre organisme de certification et de contrôle AVS de mettre en ligne des vidéos expliquant sa façon de travailler. Ci-dessous deux vidéos l’une sur le process en abattoir de volaille, l’autre sur le process en boucherie.

Une troisième vidéo porte sur l’application iPhone d’AVS sortie il y a une dizaine de jours.

Pour voir ou revoir les vidéos de l’ARGML-mosquée de Paris, cliquez sur le lien suivant : Vidéos : contrôle halal et électronarcose, par l’ARGML (mosquée de Lyon)

Ce genre d’initiatives sont à encourager, car elles offrent aux consommateurs des clés pour comprendre le marché, consommateurs qui sont alors mieux armés pour exiger halal et qualité.



N'attendez-plus. Rejoignez-nous sur Twitter en cliquant sur le bouton suivant :

Téléchargez l'application Al-Kanz sur votre smartphone et votre tablette !

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (8 commentaires)

  1. Mohamed M    

    Essalamou alaykoum,

    Des vidéos intéressantes et esthétiquement soignées !

    1
  2. karim    

    Salam,
    J’attends les vidéos des mosquée de Lyon, Paris etc…

    2
  3. Kamel    

    Salem Aleykoum,
    @Karim,
    Lis le texte du frère d’Al Kanz, il te propose le lien pour répondre à ton désir de comparaison.
    Si l’on ne peut faire du bien à son frère évitons de lui faire du mal en le suspectant inutilement.

    Maa Salem
    K.

    3
  4. nexaco    

    assalamou alykoum

    C’est vrai qu’il n’y a pas d’ assomage préalable mais ce qu’ils ne disent pas dans leur vidéo c’est qu’après l’égorgement les b^tes ( seulement les volailles) sont électrocutées dans certains abattoirs , pourquoi? Je leur ai écrit il y a quelques semaines pour leur demander des informations et ils m’ont répondus que c’était autorisé par « certains savants contemporains » et qu’ils me donneraient plus d’explications . J’attends toujours mais je trouve que ça fait un peu tache .

    4
  5. azdmal    

    salam,
    je suis d’accord avec le commentaire précédent. Il est dommage que l’on ne nous montre pas tout le process c’est à dire avec l’assomage qui suit le sacrifice.

    5
  6. Al-Kanz    

    C’est amusant tous ces intervenants qui sont obnubilés par l’assommage post-abattage et qui postent nombreux ici. Quand on observe la situation globale, sur les sujets où le haram est clairement établi, où les preuves sont là, où il est urgent d’agir, pas grand-monde. Mais quand il s’agit de shuhubahatiser, d’entretenir et amalgames et doutes, l’énergie ne manque pas. Faire silence sur les graves problèmes et s’agiter sur des points sujets à manipulation, ça fait un peu tâche, quand bien même on peut être de très bonne foi.

    J’aurais aimé vous lire lors de la polémique Herta et de tous les scandales autour du faux halal. Si vous étiez aussi zélés à combattre le faux halal, les choses iraient beaucoup mieux. Sauf à considérer que vous êtes de ceux – et ils sont un certain nombre – qui ont tout intérêt à ce que les organismes de certification sérieux se fassent défoncer. Ca leur permettra de continuer à vendre de la cuisse belge en toute tranquillité.
    En tout cas, votre acharnement continuera à se heurter à ceux qui veulent le bien des musulmans.

    6
  7. azdmal    

    salam alkanz,
    je viens de prendre connaissance de votre message et je suis très surpris par le ton vindicatif utilisé.
    Pourquoi me faire le procès d’intention et penser que je suis obnubilé par l’assomage post mortem (sic).
    Je vous renvoie au titre de votre article « l’organisme avs explique ses process » et la vidéo zappe l’étape de l’assomage qui vous en conviendrez n’est pas anodin dans le débat du halal. On peut tout de même s’interroger sur le peu de communication d’AVS qui n’a pas l’air à l’aise avec ça. Si pour vous, l’assomage post mortem est un détail sans importance au vue de tout le faux halal qui circule, vous pouvez tout de même concevoir que pour certains musulmans, dont je fais partie, puissent considérer comme inacceptable l’assomage ante ou post mortem même s’il est toléré par l »un des plus sérieux voire le plus sérieux des organismes de certification français. Dénigrer comme vous le faîtes les musulmans qui n’ont pas la même conception que vous de la place de l’assomage dans le halal m’a vraiment choqué et même laissé perplexe.

    7
  8. Al-Kanz    

    as-salâmu ‘alaykum

    Je ne fais aucun procès d’intention et je ne dénigre pas ceux qui ne veulent absolument pas entendre parler de l’assommage post-abattage. Parcourez donc les commentaires postés ici-même depuis quatre-cinq ans sur cette question, écoutez donc les arguments, si on peut appeler cela « arguments », de certains de ceux qui rejettent cette méthode non pas par précaution mais « parce que », creusez donc et vous verrez que les objectifs ne sont pas ceux que l’on croit. Sinon si c’était vraiment la volonté de manger halal qui les animer, ils auraient depuis longtemps commencé par le commencement et se seraient attaqués en premier lieu au faux halal et cette question ferait partie d’un ensemble. Mais allez comprendre : certains d’entre eux sont peu regardants sur le faux halal, mais l’abattage post-mortem est un problème crucial. Allez comprendre. Enfin, on a compris.

    Il ne s’agit pas de minimiser la question, mais de la rapporter à ses plus ardents promoteurs. Je les ai assez pratiqués pour ne pas m’interroger sur ce qu’ils recherchent.

    Choqué, perplexe, dites-vous ? Merci d’éviter les effets de manche et acceptez le désaccord. Je commence sincèrement à en avoir assez de ce type de remarques : vous, vous avez le droit de dire votre désaccord, mais moi non.

    8

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés