C'est Allah qui pourvoie

Par Al-Kanz

Façon originale de faire découvrir un hadith. Celui-ci est très émouvant. Traduction par Carolina. C’est Allah qui pourvoit Un mendiant frappa à la porte d’Aïcha (radi Allahu ‘anha) et son esclave Barira ouvrit la porte. Le mendiant dit alors : « Ô famille du prophète de Dieu, donnez-moi quelque chose à manger. » Sur quoi […]

Façon originale de faire découvrir un hadith. Celui-ci est très émouvant.

Traduction par Carolina.

C’est Allah qui pourvoit

Un mendiant frappa à la porte d’Aïcha (radi Allahu ‘anha) et son esclave Barira ouvrit la porte. Le mendiant dit alors : « Ô famille du prophète de Dieu, donnez-moi quelque chose à manger. » Sur quoi l’esclave répondit : « Nous n’avons rien à manger. » Et Aïcha (radi Allahu ‘anha) qui avait entendu la conversation dit : « Qui est-ce ? » Barira répondit : « C’est un mendiant et tout ce que nous avons c’est une poignée d’orge pour que tu puisses rompre ton jeûne. » C’était à l’heure de la prière de l’Asr. Aïcha (radi Allahu ‘anha) dit : « Donne-le-lui, Allah pourvoira. »

Barira s’exécuta et lorsque vint l’heure de la prière du maghrib il n’y avait rien à manger. Aïcha (radi Allahu ‘anha) rompit son jeûne avec de l’eau et commença sa prière. Barira qui était assise près d’elle répétait en plaisantant : « Allah pourvoira, Allah pourvoira. »

Au même moment, on frappa à la porte. C’était un homme venu leur offrir une chèvre. Aïcha (radi Allahu ‘anha) qui venait de terminer sa prière dit : « Qui est-ce, Barira ? » Celle-ci répondit : « C’est un voisin et par Dieu, il ne nous a jamais offert quoi que ce soit ! Et aujourd’hui il nous a acheté une chèvre ! »

Aïcha (radi Allahu ianha) dit alors : « Une chèvre ne vaut-elle pas mieux que la poignée d’orge que nous avions ? » Et elle poursuivit avec une phrase qui montre bien le degré de foi à l’époque du prophète (sallahu ‘alayhi wa-sallam) : « Je jure devant Dieu qu’une personne ne sera croyante jusqu’à ce que sa confiance en Dieu ne dépasse la confiance qu’elle a en ce qu’elle tient dans sa propre main. »

Ce que nous avons dans la main nous le voyons et pourtant notre confiance en Dieu est plus grande. La vie terrestre (dunia), nous la voyons. Que Dieu fasse que notre croyance dans la vie d’après (al-akhira) soit plus grande. Qu’Allah nous donne une foi qui nous permette de prendre conscience que la vie terrestre n’est qu’une illusion et qu’Il nous ouvre les yeux sur ses tromperies (de la vie d’ici-bas).

Par le cheikh Zahir Mahmood



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (5 commentaires)

  1. Carolina    

    Assalamou alaikoum,

    Voici un essai de traduction :

    C’est Allah qui pourvoit

    Un mendiant frappa à la porte d’Aïcha (radi Allahou anha) et son esclave Barira ouvrit la porte. Le mendiant dit alors : « Ô famille du prophète de Dieu, donnez-moi quelque chose à manger ». Sur quoi l’esclave répondit : « nous n’avons rien à manger ». Et Aïcha (radi Allahou anha) qui avait entendu la conversation dit : « Qui est-ce ? ». Barira répondit : « c’est un mendiant et tout ce que nous avons c’est une poignée d’orge pour que tu puisses rompre ton jeûne ». C’était à l’heure de la prière de l’Asr. Aïcha (radi Allahou anha) dit : « Donne-le-lui, Allah pourvoira ».

    Barira s’exécuta et lorsque vint l’heure de la prière du Maghreb il n’y avait rien à manger. Aïcha (radi Allahou anha) rompit son jeûne avec de l’eau et commença sa prière. Barira qui était assise près d’elle répétait en plaisantant : « Allah pourvoira, Allah pourvoira ».

    Au même moment, on frappa à la porte. C’était un homme venu leur offrir une chèvre. Aîcha (radi Allahou anhna) qui venait de terminer sa prière dit : « Qui est-ce, Barira ? » Celle-ci répondit : « c’est un voisin et par Dieu, il ne nous a jamais offert quoi que ce soit ! Et aujourd’hui il nous a acheté une chèvre ! »

    Aïcha (radi Allahou anha) dit alors : « Une chèvre ne vaut-elle pas mieux que la poignée d’orge que nous avions ? » Et elle poursuivit avec une phrase qui montre bien le degré de foi à l’époque du prophète (PBSL) : « Je jure devant Dieu qu’une personne ne sera pas croyante jusqu’à ce que sa confiance en Dieu ne dépasse la confiance qu’elle a en ce qu’elle tient dans sa propre main ».

    Ce que nous avons dans la main nous le voyons et pourtant notre confiance en Dieu est plus grande. La vie terrestre (« dounia »), nous la voyons. Que Dieu fasse que notre croyance dans la vie d’après (« akhira ») soit plus grande. Qu’Allah nous donne une foi qui nous permette de prendre conscience que la vie terrestre n’est qu’une illusion et qu’Il nous ouvre les yeux sur ses tromperies (de la vie d’ici-bas).

    Par le cheikh Zahir Mahmood

    Et Allah sait mieux.

    Wa salam

    Carolina

    1
  2. muslimgalerie    

    salam ‘aleykoum mes frères et soeurs,

    la vidéo est traduite ici: http://www.dailymotion.com/video/xkrh9y_allah-va-nous-pourvoir-hadith-aicha-et-barira-ra_webcam

    je confirme que la vidéo est mashaAllah

    2
  3. oum_maryam    

    salam alaykoum wa rahmatoullah

    SobhanAllah,très beau hadith rempli de leçon, en tout cas pour moi, sa me fait réfléchir

    MachaAllah

    Salam alaykoum wa rahmatoullah

    3
  4. Myds    

    Salam alaykoum,

    @Carolina

    Barakallah’ofiki pour la traduction.
    Salam

    4
  5. Mohamed    

    « Et ne tuez pas vos enfants par crainte de pauvreté; c’est Nous qui attribuons leur subsistance; tout comme à vous. Les tuer, c’est vraiment, un énorme pêché. » [sourate Al-Isra :31]

    5

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE