Mosquées : beaucoup de sous, pas assez de dons

Par Al-Kanz

Les musulmans ont de l’argent. Ils ont même collectivement beaucoup d’argent. Pourtant, les mosquées peinent à trouver le financement nécessaire à leur édification. Le problème ne vient pas du fait que les poches des musulmans sont vides, mais de l’incapacité à aller chercher cet argent. L’émergence de nouveaux projets (projet 99 de Life, projet Waqf […]

Les musulmans ont de l’argent. Ils ont même collectivement beaucoup d’argent. Pourtant, les mosquées peinent à trouver le financement nécessaire à leur édification. Le problème ne vient pas du fait que les poches des musulmans sont vides, mais de l’incapacité à aller chercher cet argent. L’émergence de nouveaux projets (projet 99 de Life, projet Waqf de la mosquée de Vigneux) ou la forte implication des fidèles, de tous les idèles, dans un projet de construction par exemple (future mosquée d’Aulnay-sous-Bois) démontrent qu’en adoptant une démarche proactive, on peut récolter rapidement des centaines de milliers d’euros.

Le blog Muslim Strategic Initiative revient sur le fundraising, la levée de fonds, pratique extrêmement répandue dans la communauté musulmane, mais paradoxalement dans l’ensemble peu fructueuse.

In both cases though, the same problem holds true. Most of the time people are simply pitching a project to raise funds for with the same song and dance. The same texts about charity. The same appeal to help. A brochure. A request for various amounts, and then they’re gone. Usually they have even done the math knowing how much they need to raise after Friday to have even made that trip worthwhile.

The problem with this approach is that the community has become apathetic to it. Not only do people not care about the project, but they’re fairly put off by the fundraising as well.

It’s easy to stand up and ask for money. It takes a lot more work to make the people you are asking feel like they gain so much value from their community that they can’t afford to not donate.

Pour lire l’intégralité de l’article, cliquez sur : Fundraising: Product Pitch or Vested Interest?

Si une bonne âme autrement plus compétente en anglais que nous pouvait traduire les extraits précédents, ce devrait faire plaisir à nombre de nos lecteurs.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (5 commentaires)

  1. Technics    

    Salam ‘aleykoum,

    Les gens sont méfiants par rapport aux mosquées et des abus qui ont eu lieu dans le passé. Il y a aussi souvent un manque de transparence.

    1
  2. Adnan    

    as-salâmu ‘alaykum,

    Je me méfie des collectes d’argent pour les mosquées. Bien souvent on ne sait pas quelle est l’idéologie qui va être instillée dans cet endroit. Si c’est pour donner de l’argent à des individus qui vont falsifier l’Islam authentique autant ne rien donner.

    2
  3. Al-Kanz    

    as-salâmu ‘alaykum

    Technics,
    D’où l’intérêt de faire preuve de transparence

    Adnan,
    Bien souvent ? Ah.

    3
  4. Abou Sene    

    Assalam aleykom wa rahmatullah wa barakatuh !

    Rappelons (« le Rappel est bénéfique aux croyants »..) quand même aux donateurs (qu’Allah les récompense) de bien s’assurer que l’argent donné soit bien exempt de toute forme de « Riba », soit Intérêts, argent issu de crédit… Malheureusement, on invite encore trop souvent les gens à donner de l’argent pour ces projets sans appuyer sur l’importance de l’origine des fonds… Allah hdina ! amine

    4
  5. Abdelmajid    

    Salam,
    une traduction (perfectible) des 2 extraits repris dans cet article:

    1er extrait
    Dans les deux cas, le problème reste entier.
    La plupart du temps les gens se contente de parler de leur projet
    de manière plutot générique en répétant toujours la même chanson.
    Les mêmes textes sur la charité et la génrosité sont repris en boucles.
    Un appel au don, un tract, un demande avec différents montants et c’est parti.
    Habituellement, ils font simplement le calcul de savoir combien
    doivent-ils lever de fonds pour rendre leur voyage du Vendredi
    non déficitaire, compte tenu des frais de voyages.

    Le problème avec cette approche, est qu’elle rend la communauté
    apathique. Non seulement les gens ne se soucient
    plus du projet en lui même, mais en plus ils sont agacés par
    l’incessante collecte de fonds.

    2nd extrait
    Il est facile de se lever et demander de l’argent.
    Il est moins évident, de présenter les choses d’une telle manière que
    le publique sollicité pour les dons, ai l’impression de tirer
    un réel bénéfice de la communauté et ne puisse par conséquent
    même pas s’imaginer ne rien donner.

    5

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE