Des musulmans belges au secours des sans-abri

Par Al-Kanz

La Belgique est aussi victime du froid qui du reste frappe l’ensemble de l’Europe. A Liège, des fidèles musulmans de la mosquée Almowahidine ont effectué une maraude pour porter assistance à des sans-abri. Mosquée Almowahidine Liège (Belgique) sur Facebook Pour en savoir plus, rendez-vous sur le blog Islamic Events : Des mosquées de Liège ouvrent […]

La Belgique est aussi victime du froid qui du reste frappe l’ensemble de l’Europe. A Liège, des fidèles musulmans de la mosquée Almowahidine ont effectué une maraude pour porter assistance à des sans-abri.

Mosquée de AlMowahidine - Page Facebook
Mosquée Almowahidine Liège (Belgique) sur Facebook

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le blog Islamic Events : Des mosquées de Liège ouvrent leurs portes aux sans abris

Et en France ? Pendant le mois de ramadan, les mosquées sont très nombreuses à ouvrir leurs portes le soir pour le repas de l’iftar, permettant à des sans-abri de pouvoir profiter d’un repas suffisant tous les soirs pendant trente jours. Pourquoi ne pas faire pareil pendant l’hiver ? Il est urgent que les mosquées reprennent leur rôle social et qu’elles deviennent ce qu’elles doivent être, à savoir une source de bienfaits pour les villes dans lesquelles elles se trouvent.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (6 commentaires)

  1. abdo    

    Assalamo aleykoum.

    Baraka l’ALLAHO fiq de rappelé le role sociale des mosquées.

    1
  2. Saïd Elftou7    

    Assalamou 3alaykoum,

    Malheureusement, le rôle social des mosquées se heurte aux rochers qui servent de coeurs et de cervelles de certains « musulmans » analphabètes de la première génération d’immigrés. Plus ils sont nombreux dans une mosquée et moins d’activités il y aura. J’ai assisté il y a quelques semaines à une grosse dispute à l’intérieur d’une mosquée parce qu’une caméra était installé pour filmer une conférence après une prière. Il a fallu 10 minutes à l’imam pour recadrer ces spécimens avant de pouvoir commencer la prière et le conférencier voyant ce spectacle a préféré aller voir ailleurs. Masha Allah, Allahoumma sta3ane.
    Il y a une vingtaine d’années, ces mêmes spécimens avaient fini par faire partir un imam qui invitait les jeunes (qui tenaient les murs (les 7itistes)) à venir fréquenter la mosquée. Ces fameux spécimens (Allah y hdina ou hdihoum) lui avait clairement fait comprendre que comme ils ne payaient pas le chauffage, l’eau et l’électricité, ils n’avaient rien à faire là parce que leur présence constituait une charge financière.
    C’est triste à dire mais je suis convaincu que c’est seulement quand cette génération là nous aura quitté que la communauté commencera enfin à évoluer et à se structurer efficacement pour affronter les nombreux défis et combats qui nous attendent.

    2
  3. AbouAdem    

    Salam,

    @Saïd Elftou7 ,

    Je ne partage pas ton avis mon frère et je suis même un peu choqué. Bien que je comprend ton sentiment, je te trouve bien sevère.
    Oui, notre Oumma est malade. Pas seulement à cause de nos anciens. Nous mêmes et nos plus jeunes ont également leurs parts de responsabilité.

    Il faut être pédagogue, même avec les anciens. Et la pédagogie, c’est avant tout la répetition.
    Si leurs arguments est financier, quel est donc la contribution des anciens et celles des jeunes dans la mosquée ?
    Il ne faut pas aller au clash avec les anciens mais au contraire travailler avec eux. Participer à la vie de la mosquée et progressivement, les jeunes prendront les commandes de la mosquée, de part leurs compétences :
    – Meiilleur gestion et transparence
    – Politique d’achat plus ouverte et plus concurrentiel (L’entretien et la rénovation peuvent coûter très cher )
    – Meilleur utilisation des ressources de la mosquée (Combien de fidèles sont prêts à travailler bénévolement pour la mosquée ? Encore faut il savoir les solliciter quand on en a besoin).
    – Mise en place d’un réglement interieur (ça peut choquer, mais au moins on évite ainsi certains non-dit).

    En travaillant avec eux dès le départ, ils vont vite s’aperçevoir qu’ils peuvent vous faire confiance et DIALOGUER !
    Il restera toujours quelques mécontents mais ils seront moins nombreux et ne peseront plus sur les décisions comme c’est le cas dans de nombreuses mosquées.
    On peut tous contribuer et s’inspirer de ce qui se passe dans les autres mosquées. Pourquoi cela se passe très bien dans tel mosquée ou pas dans une autre ? Quelles enseignements faut il en tirer ?

    Pour en revenir au sujet principal, oui Al-Kanz, il existe des mosquées en France qui agissent en hiver

    L’exmple de la mosquée de St Genviève des bois
    http://www.trouvetamosquee.fr/9une-mosquee-en-france-ouvre-ses-portes-aux-sans-abris21/

    Et de façons plus large, de nombreuses mosquées continuent à offrir des repas le soir. Mais il est vrai que l’action sociale des mosquées devrait et doit être encore plus forte et plus présente dans les villes.
    N’oublions pas également les associations dont le secours islamique
    http://www.secours-islamique.org/lesmaraudes.html

    « une source de bienfaits pour les villes dans lesquelles elles se trouvent. »
    200% d’accord

    Wa salam

    3
  4. Oummsheyma    

    As salâm ‘aleykoum,

    Je pense tout à fait le contraire. Certains de la nouvelle génération ne sont pas très ouverts non plus, voyant le monde avec un prisme déformant.
    Ces anciens, qu’avon-nous fait pour les faire évoluer? C’est comme toute chose: prenons-nous en main au lieu de critiquer à tout-va. Il est normal qu’après avoir vécu 60 ans de la même manière, il est un peu plus dur de changer. Mais rien n’est irrécupérable.

    4
  5. minouche    

    Salama alikoum

    Moi je pense que quand nos anciens vont nous quittté, on les regretera certainement beaucoup. La jeunesse musulmane est plus que malade enfin bref pas le temps de développer.

    salam !

    5
  6. Saïd Elftou7    

    AbouAdem,

    Je ne parle pas de théorie mais de pratique. Le nombre d’imams qui sont passés chez nous parle de lui même. Certains se sont sentis violemment heurtés à des murs (et ont baissé les bras) et d’autres ont été chassés. Ce n’est pas une généralité et bien sûr que cela ne se passe pas ainsi dans toutes les mosquées. Les anciens ne sont pas également à mettre dans le même panier.
    Il y a seulement des endroits, où chaytan à plus d’emprise que sur d’autres. La printemps arabe ne s’est pas déroulé partout de la même manière. La division est quasi génétique chez nous, elle est présente dans nos textes depuis le début. Il y a des bâtisseurs et il y a des semeurs de troubles dans des proportions différentes selon l’endroit où l’on se trouve. Al jahl est la même source de problèmes que du temps des nobles compagnons (radiya Allahou 3anhoum) du Prophète Mohammed (3alayhi salaatou wa salaam).

    6

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE