Henri Guaino : appliquer la loi contre le voile, sauf chez Vuitton

En France, quand la crise frappe fort, quand le peuple souffre, les politiques appellent à s’en prendre aux musulmans. Stop à l’islamophobie.

Henri Guaino : appliquer la loi contre le voile, sauf chez Vuitton

Henri Guaino, triste sire, était samedi 29 mars face à Edwy Plenel, journaliste et co-fondateur de Médiapart. Déconfit, le député des Yvelines, ancien scribe de Nicolas Sarkozy, s’enfonçait dans son fauteuil face à un Plenel vif et factuel. Edwy Plenel n’est pas une femme, Edwy Plenel n’est pas musulman.

Ne pas diviser les vrais Français

Rien à voir avec cet Henri Guaino, insolent et combattif, quand chez Jean-Jacques Bourdin il s’est agi de discuter lutte contre les femmes voilées. Là, H. Guaino a su trouver les mots pour insulter des millions de citoyens français. Lui qui, au sujet de la période trouble que nous traversons, osa dire face à Edwy Plenel, samedi soir, que « dans un contexte pareil, on ne divise pas les Français ».

Henri Guaino refuse de diviser les Français, sauf quand il s’agit de taper sur les musulmans. A sa décharge, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, la pratique intense du muslim bashing était si généralisée et si systématique qu’on peut reconnaître au juste député des Yvelines quelques circonstances atténuantes.

Edwy Plenel à Henri Guaino

« Il va falloir apprendre la République [...] ! Vous êtes un député, qui fait la loi. Il faudra que votre monde s’habitue au fait que les lois que vous votez s’appliquent aussi à vous. […] La République, c’est la séparation des pouvoirs, c’est qu’il y a une justice indépendante, que de votre temps vous avez essayé de soumettre. »

Chez Jean-Jacques Bourdin, donc, H. Guaino, plus en verve que chez Laurent Ruquier, légèrement plus, car Bourdin, comme Plenel, n’est pas un perdreau de l’année, a abordé la question des nounous voilées. Tout comme la meute particulièrement excitée depuis que la Cour de cassation a rappelé le droit, H. Guaino souffre que la loi de cette République tant convoquée puisse aussi défendre des musulmanes voilées.

L’islamophobie n’est pas une opinion

Douloureux rappel à la loi, immense camouflet contre les roquets qui se sont un peu trop habitués à bouffer du barbu et de la voilée en toute impunité. Toutes celles et ceux qui pensaient que l’islamophobie les exonérait des textes de loi qui s’imposent à chacun ont déchanté et veulent désormais changer la loi. Car la loi est mauvaise quand le musulman peut la rendre opposable aux islamophobes. Il est loin le temps où Mohamed et Fatma encaissaient sans rien dire les coups, l’humiliation et le déshonneur. Parce qu’ils n’étaient pas chez eux.

Si le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire, selon Henri Guaino, le drame de sa France et celles de ses semblables, c’est que les enfants de Mohamed et Fatma sont un peu trop entrés dans la France. Nés français, parlant français, vivant français, ils ne sont plus disposés à se faire insulter. Mieux, ils n’autorisent plus personne à pratiquer le muslim-bashing en toute impunité. L’islamophobie n’est pas une opinion, l’islamophobie est un délit. Certains ne l’ont toujours pas compris. Ils finiront pourtant bien par le comprendre un jour comme toutes celles et ceux qui ont essuyé des condamnations après que le collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) a demandé aux juges de se pencher sur leurs méfaits.

« On n’entrera plus voilée chez Vuitton ? »

Mais, revenons-en à Henri Guaino. Interrogé par Jean-Jacques Bourdin, ce dernier osa ce qu’un élève de seconde n’oserait jamais écrire dans une copie : « la laïcité doit s’étendre partout. » Au-delà du non-sens, cette phrase résume la défaite de la politique à la française. Faute d’aimer assez les Français et la France, on attise la haine contre une partie des citoyens.

La laïcité doit s’étendre partout, affirme Henri Guaino. Question du tac-au-tac de Jean-Jacques Bourdin : « Dans l’entreprise privée comme ailleurs ? Même quand on entre dans un magasin ? » Guaino exluant en une phrase plusieurs millions de Français : « C’est un problème de civilisation. Dans notre pays, il y a des choses que l’on ne fait pas. » Jean-Jacques Bourdin : « On n’entrera plus voilée chez Vuitton ? » Boum ! Guaino : « C’est une bonne idée. », puis de se reprendre, car il ne faudrait pas s’aliéner les riches touristes du Golfe : « Après il y a des étrangers. Il faut adopter appliquer la loi de façon intelligente. »

Rien de nouveau sous le soleil. Henri Guaino est cohérent. En France comme en Suisse, le voile même intégral est autorisée aux riches musulmanes. Le voile n’est ni un problème civilisationnel, ni un problème d’égalité entre les femmes et les hommes. Le voile islamique en France est une question de portefeuille : une richissime femme voilée de la tête aux pieds aura tout le loisir de se promener dans les rues de Paris, surtout du côté des Champs-Elysées ou de la place Vendôme.

Contre l’islamophobie de droite, contre l’islamophobie de gauche

Dieu merci, si les musulmans de France n’ont pas de pétrole, ils ont de plus en plus une conscience collective. Tous les coups bas de l’islamophobie d’Etat, laquelle encourage l’islamophobie ordinaire, aiguise leur conscience citoyenne les amenant à un éveil politique après un long, trop long sommeil dogmatique. Ni l’islamophobie de droite, brutale comme un poivreau en cellule de dégrisement, méchante comme un dogue de ferme, ni celle de gauche, qui a si longtemps considéré d’abord l’Arabe, ensuite le musulman, cet indigène, comme une ressource à épandre sur le chemin de la droite pour mieux la contenir, aucune de ces deux expressions islamophobes ne nous empêchera de combattre l’injustice. Pas même lorsqu’elles habillent leur haine viscérale du manteau de la laïcité.

L’islamophobie n’a jusque-là pas coûté cher. Les temps changent. Paraphrasons Edwy Plenel, pour dire à Henri Guaino : « A votre clan, à votre monde, à votre ancien président, tout comme à l’actuel, nous opposerons notre liberté fondamentale de croire et de pratiquer librement comme nous le garantit la Constitution. Souffrez que nous puissons être nous aussi protégé par la loi. »

Terminons en relayant un appel à la mise en place d’une commission parlementaire sur l’islamophobie. A défaut d’obtenir gain de cause, celles et ceux qui refusent que les musulmans soient malmenés en France du fait de leur croyance, ils permettront de faire savoir aux élus qu’il n’est plus possible non seulement de faire sans les musulmans, mais encore contre les musulmans : Contre une loi stigmatisante / Pour une commission sur l’islamophobie.



N'attendez-plus. Rejoignez-nous sur Twitter en cliquant sur le bouton suivant :

Téléchargez l'application Al-Kanz sur votre smartphone et votre tablette !

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (8 commentaires)

  1. MOHAMED    

    Il serait bon de rappeler qu’il existe en France le concordat d’Alsace Lorraine. Des prêtres, pasteurs et rabbins sont salariés de l’Etat. Et les lieux de culte y sont subventionnés. Cerise sur le gâteau, les évêques de Metz et Strasbourg sont nommés par le président de la République!!
    Comme quoi la fameuse laïcité n’est pas complète!

    1
  2. Jahvik    

    Salamu ‘alaykum akhi Al-Kanz,

    Il semblerait que le lien du bas n’est pas le bon. Il y a une partie de l’adresse en trop qui empêche son accès :-)

    2
  3. Jahvik    

    Oops, manifestement le lien était bon. Désolé pour cette petite remarque !

    3
  4. Myshkine    

    « Moi, je ne veux pas savoir ce que le Front National raconte sur le chômage, l’immigration, ça ne m’intéresse pas ! Ma conviction profonde, c’est que c’est l’assurance de l’échec ! explique-t-il. Si on fait une campagne sur la division des Français, les uns contre les autres, si on fait la guerre aux pauvres, aux musulmans, on perdra. Le candidat qui fera ça perdra, voilà ma conviction profonde ! Un président de la République, cela ne peut pas être ça. Le rôle d’un président, c’est de réunir les Français, pas de les diviser, pas de les appeler à se battre les uns contre les autres. Au fond, la défaite morale précède toujours la défaite politique. Et elle l’entraîne ».
    Propos tenu en novembre 2011(!)par Guaino dans le doc « Les stratèges » de T. Legrand, ayant l’assurance, il est vrai, qu’ils ne seraient diffusés qu’aprés le 6 mai 2012.
    Comme quoi les amalgames et simplifications ne sont pas l’apanage que d’un seul camp.

    4
  5. issam    

    Mohamed, merci pour ce petit reminder sur le cas singulier, mais néanmoins français, de l’Alsace Lorraine.
    Le savoir est l’arme des musulmans de France aujourd’hui, pas étonnant de voir l’Élysée bafouiller … tellement prévisible !

    5
  6. ben    

    Salam
    Les politiciens de nos jours ont trouvé dans l’islam un sujet d’excitation extrême, qui déchaine la haine des enragés islamophobes et les jusqu’au-boutistes. Politiciens, journalistes se donnent sans limite à un exercice de dénigrement nauséabond envers les français de confession musulmane. et tout cela avec de l’argent du contribuable. A bon entendeur Salam

    6
  7. Ibn Adam    

    Salam ‘alaykoum.

    Comment faites vous ? Comment faites vous pour ne pas baisser les bras ? Allahu akbar !

    Les attaques sont nombreuses, elles viennent de partout, c’est tiré à la mitraillette ! Mais malgré tout vous êtes toujours là à répondre en détails à chaque attaque pour sauver notre honneur. Allahu akbar !

    Quand je lis les journaux français j’ai envie de pleurer (d’impuissance)… juste hier on pouvait lire sur liberation.fr :

    « L’obsession de cette religion pour le corps de la femme et son insistance pour que les femmes soient voilées, baillonées et liées montrent bien que la nudité brise les tabous et est une importante forme de résistance. C’est l’antithèse du voile. »

    Savent ils de quoi ils parlent ? Les femmes musulmanes bâillonnées (oui car en plus ils ne savent pas écrire) ? Liées ?! Leur ignorance est totale…

    Aristote leur a déjà répondu : « L’ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit. »

    Qu’Allah vous donne la force de continuer et vous facilite.

    Votre frère qui vous aime en Allah. Was salam ‘alaykoum.

    7
  8. Moho    

    Souffrez que nous puissons être nous aussi protégéS par la loi.

    8

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés