UOIF : le procès contre Marine Le Pen fixé au 9 juillet prochain

Par Al-Kanz

Comme annoncé au printemps 2012, l’UOIF a porté plainte pour diffamation contre Marine Le Pen. Le procès aura lieu au début du mois de ramadan.

RAMF 2012 - UOIF

Ahmad Jaballah, président de l’UOIF (Union des organisations islamiques de France), avait annoncé le 30 mars 2012 vouloir porter plainte contre Marine Le Pen pour diffamation, suite à un communiqué de presse publié le 30 mars 2012, en pleine campagne présidentielle, dans lequel elle demandait l’interdiction du rassemblement annuel .

Haro sur les musulmans

Alors que le muslim bashing battait son plein, la présidente du Front national n’avait pas hésité à considérer l’UOIF « comme proche des islamistes, sinon même des terroristes ».

Quelques jours à peine après les assassinats perpétrés par Mohamed Merah contre deux militaires français d’origine maghrébine, des enfants juifs et leur père, Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen comptaient bien profiter du contexte particulièrement tendu pour convaincre les électeurs que la France était en grand danger. A cause des musulmans, évidemment.

Nous étions alors en plein délire. Chacun tentait d’exploiter la moindre occasion pour s’en prendre aux musulmans. Nicolas Sarkozy voulait absolument montrer aux Français qu’il avait la situation en main et qu’il agissait pour la sécurité du pays. C’est ainsi que l’ancien président décida d’interdire le territoire à des savants musulmans invités au rassemblement annuel des musulmans de France (RAMF) que l’UOIF organisait pour la 29e année consécutive. Akrima Sabri, Ayed Ben Abdallah al-Qarni, Safwat al-Hijazi, Abdallah Basfar se sont vu refuser ou retirer la possibilité de se rendre sur l’ensemble du territoire français.

L’UOIF, une cible facile

Par ailleurs, alors ministre de l’Intérieur, Claude Guéant adressa une mise en garde outrageante à l’UOIF. Le rassemblement devait « se tenir dans le respect des lois et des principes républicains », somma-t-il. Il s’agissait moins pour Nicolas Sarkozy, qui en 2003 se rendit au RAMF, de mettre en garde l’UOIF que d’une part d’envoyer un message aux électeurs, d’autre part d’occuper le terrain face à une Marine Le Pen en embuscade.

Nicolas Sarkozy et les musulmans

« […] Je les connais, les musulmans. Et je vais vous dire : je les apprécie. Moi je suis allé au congrés de l’UOIF. Je suis intervenu devant l’UOIF. Parce que les musulmans, c’est pas que Dalil Boubakeur. » Échange de mines surprises. « Attendez ! Je l’adore, Dalil. Il est formidable ! Mais il représente les musulmans comme moi les moines trappistes, hein ? »

Propos rapportés par l’ancien ministre Bruno Le Maire dans son ouvrage Jours de pouvoir.

C’est donc dans ce contexte de surenchère que Marine Le Pen, ivre d’elle-même, s’en prit violemment à l’UOIF, dont elle réclama ni plus ni moins la dissolution, ainsi que l’interdiction du RAMF, qui put toutefois avoir lieu du 6 au 9 avril 2012. Toute honte bue, la présidente du FN alla jusqu’à affirmer qu’elle « aidera les Français musulmans à se libérer de l’emprise de ces fanatiques qui pourrissent les quartiers et oppriment les femmes, en pervertissant la religion ».

Réplique immédiate de l’UOIF qui dénonça dans un communiqué « les propos de Marine Le Pen […] une fois de plus diffamatoires. » Et son président, Ahmed Jaballah, d’ajouter que si « ces accusations n’ont pas de valeur pour [l’UOIF] », cette dernière allait « poursuivre Marine Le Pen en justice pour ces déclarations, parce que ces déclarations sèment le doute, la haine. » La date du procès a été fixée hier au 9 juillet 2013, qui, ironie du sort, correspondra peut-être au premier jour du mois de ramadan.

L’UOIF, une organisation radicale ?

Alors que l’Union des organisations islamiques de France n’a de cesse de lisser son image, le discours dominant entretenu par les expertologues en islam Fourest, Sifaoui, Meddeb ou encore Bidar veut qu’elle soit une organisation « radicale » ; ce qui doit bien faire rire dans les chaumières musulmanes.

Pas plus tard que dimanche, alors que se tenait la 30e édition du RAMF, Frédéric Martel, journaliste radio qui officie sur France culture, précisa au détour d’un message sur Twitter que l’UOIF appartient à l’islam radical. On ne rit pas.


C’est à ce type de déclaration que l’on peut mesurer la qualité d’un journaliste, qui comme dans le cas présent peut en une phrase ruiner sa crédibilité : comment donner du crédit à son propos, sur quel que sujet que ce soit, quand de telles énormités sont proférées publiquement ? #Fail.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (3 commentaires)

  1. Smile    

    Salam,
    Le rascisme, l’intolérance est devenu dans la bouche des politiciens une valeur nationale et tout à fait normale…
    Non! ce n’est pas normal
    Les discours de haine par ces politiciens et la fameuse politique d’intégration qui se solde par la désintégration se fait aider par une législation taillée sur mesure.
    Et voilà comment on fabrique un climat de rascisme, d’ islamophobie et discriminatoire…
    Cette reçette n’est plus réservé à l’extrême droite, les autres partis politiques cuisinent la même recette.
    La commission européenne contre le rascisme et l’intolérance:

    http://www.coe.int/t/dghl/monitoring/ecri/Country-by-country/France/FRA-CbC-IV-2010-016-FRE.pdf

    « L’ECRI note avec inquiétude la persistance dans le paysage politique français de partis d’extrême droite depuis le dernier rapport de l’ECRI. Dans plusieurs sections de ce rapport, l’ECRI note que les dirigeants politiques à tous les niveaux prennent généralement une position ferme en condamnant le racisme sous plusieurs formes, y compris l’islamophobie et l’antisémitisme. C’est également le cas de la très grande majorité des membres des principaux partis politiques. Dans un cas au moins, un membre d’un parti politique qui avait tenu des propos racistes a été exclu par la direction du parti pour ses propos. Dans un autre cas, un chef de file d’un parti politique a été sanctionné par la justice pour des propos racistes. L’ECRI se réjouit de voir que les propos ouvertement racistes sont généralement condamnés en politique et font l’objet de vives réactions quand ils sont prononcés.

    75. Toutefois, il faut souligner que plusieurs propos tenus notamment sur les questions d’immigration et d’intégration par des responsables politiques, y compris par des élus et des membres du gouvernement, ont été ressentis comme encourageant l’expression du racisme et particulièrement de la xénophobie. Il a été rapporté à l’ECRI des cas de dérapages verbaux de la part de responsables politiques. Il convient donc de rester vigilant à l’égard du danger de véhiculer et d’exploiter en politique les stéréotypes racistes notamment à l’encontre de groupes tels que les immigrés, les Noirs, les musulmans, les Gens du voyage ou les Roms.44 C’est pourquoi l’ECRI souligne que les leaders politiques doivent prendre des précautions particulières lorsqu’ils élaborent et expliquent leurs politiques, pour veiller à ce que le message transmis à la société dans son ensemble ne soit pas de nature à fomenter ou à encourager l’intolérance. »

    1
  2. mohamed 91000    

    Assalamou ‘alaykoum,

    Il ne faut pas oublier de rappeler que cette affaire a été déclenchée simultanément par l’extrême droite et un certain Manuel Valls (pas encore ministre à l’époque)…

    Tout le monde sait que l’UOIF n’a rien de radical (ni de rigoriste d’ailleurs), la seule différence avec les autres organisations, c’est qu’eux veulent être indépendants et ont tendance à s’affranchir des politiques, et çà, les politiques n’aiment pas, c’est l’esprit coloniale.
    Aussi, il serait grand temps de remanier l’exécutif de l’UOIF, comme toutes les organisations musulmanes, c’est toujours les mêmes ; il ferait mieux de mettre des gens capables de communiquer et de se défendre facilement.

    WaAllahou a3lem,

    Wassalam

    2
  3. Rania59    

    Salam aleykoum

    Espérons que contrairement au CFCM, qui s’est rabaissé davnt COPE, l’UOIF aura le cran d’aller au bout de leur plainte. Quant aux médias on sait bien que ce sont eux ainsi que des politiques de tout bord politique qui créent le climat islamophobe dans lequel on vit. Ce qui est le plus lamentable, ce’st que les gens de nos jours sont des moutons qui n’ont aucun esprit critique et qui se font dicter leur conduite par les médias. C’est vrai pour le mariage homosexuel où on nous dit si tu es contre, c’est que tu es un vieux réac incapable de vivre avec son temps. C’est vrai avec l’élection de Hollande. Les mêmes qui le critiquent aujourd’hui sont ceux qui l’ont porté au pouvoir…

    3

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE