Quand l’armée française s’entraîne contre… les musulmans

Par Al-Kanz

En mars dernier, le quotidien L’Alsace publiait en une la photo d’un exercice militaire pendant lequel les soldats se sont entraînés contre des cibles… particulières.

L'Alsace

Jeudi 21 mars 2013, le quotidien régional L’Alsace publie en une la photo d’une brigade de combat franco-allemande en plein exercice militaire.

Un exercice militaire franco-allemand

Voici le texte qui accompagnait la photo et annonçait l’article à découvrir à l’intérieur du journal.

La Brigade franco-allemande (BFA) termine ces jours-ci l’exercice « Feldberg 13 », dans le Land de Saxe, à deux pas de la frontière polonaise. Cet entraînement opérationnel a mobilisé environ 2 100 soldats français et allemands (sur les quelque 6 000 de la brigade) et plus de 400 véhicules.

Il a culminé avec une manœuvre d’envergure, avant-hier, devant des officiels et des journalistes, dans un camp autrefois utilisé par l’armée soviétique. La BFA y a fait la démonstration de ses capacités en tant que « force d’entrée en premier», en pointe des combats : elle a montré comment attaquer des bâtiments ou un village dans lequel des forces ennemies seraient retranchées. Et elle n’a pas hésité, pour l’occasion, à utiliser de vrais projectiles…

Ce type de manœuvre est censé se répéter chaque année, mais cette édition avait un éclat particulier en cette année du cinquantenaire du traité de l’Élysée. C’était aussi, pour la BFA, une façon de rappeler sa disponibilité pour d’éventuels engagements sous mandat binational.

Résumons : 2 500 soldats, dont 2 100 Français, se sont entraînés dans des conditions réelles avec des « vrais projectiles ». Par conditions réelles, il faut donc entendre des attaques contre « des bâtiments ou un village ». Information banale qui n’a pas de quoi défriser un caniche.

Une mosquée comme objectif miltaire

Des soldats qui s’entraînent à prendre le contrôle d’un objectif précis, en l’occurrence un village, les citoyens n’attendent pas moins de leur armée. Sauf que… Regardez donc de près la photographie qui figurait en une de L’Alsace, ce jeudi 21 mars.

Quand l'armée française s'entraîne contre... des musulmans

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître l’un des faux bâtiments attaqués par les soldats lors de cet entraînement militaire a, on le voit bien, un dôme, un minaret et sur la façade des dessins représentants des portes voûtées. Vous l’avez dans le mille, si l’on nous passe l’expression, le bâtiment « dans lequel des forces ennemies seraient retranchées » est une mosquée.

« Tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens, les histoires de chasse continueront de glorifier le chasseur. »
Proverbe africain

Il n’est là que pragmatisme pour la presse, moribonde, qui a fait de l’islamophobie un relai de croissance. Nous pensons évidemment aux lubies de Franz-Olivier Giesbert, directeur de publication du Point, aux aigreurs de Christophe Barbier, directeur de la rédaction de L’Express, ou encore au Figaro – divan médiatique pour Ivan Rioufol dont les outrances ont l’intelligence de ne pas se tromper de communauté religieuse – qui a trouvé dans les sondages sur l’islam un double avantage :
– le quotidien de droite mesure l’impact de ses articles peu ou prou islamophobes
– il trouve matière à publier de nouveaux articles sur le thème du « on vous l’avait bien dit »

Mais le plus invraisemblable n’est peut-être pas tant dans le choix décomplexé d’une mosquée comme cible, mais le fait que des « officiels et des journalistes » aient pu assister à un tel exercice sans que cela ne fasse de vagues par la suite.

Une fois encore, cela nous amène à une réalité : tant que les musulmans n’auront pas leurs propres organes de presse pour occuper l’espace médiatique et, le cas échéant, contrecarrer cette islamophobie de bon aloi, cette islamophobie citoyenne, indispensable vigilance, n’est-ce pas, qui sent bon les années 1930, il ne faudra pas s’attendre à ce que les rédactions fassent leur travail. Surtout en ces temps où la presse n’a jamais été aussi mal en point.

Terminons avec cette infographie qui rappelle des chiffres que chaque musulmane, chaque musulman, doit faire siens et diffuser massivement, constamment. Dites la vérité au monde, sinon d’autres propageront le mensonge !

Les musulmans sont-ils les ennemis de la paix
Crédit AimRashid

Pour télécharger la une du quotidien L’Alsace du jeudi 21 mars 2013, cliquez sur le lien suivant : L’Alsace – jeudi 21 mars 2013.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (3 commentaires)

  1. saïda 78    

    as Salem aleikoum ils perdent leurs temps Allah ta’ala sera toujours avec ses fidèles qui se soumet à lui seul sans l’associer tout l’univers appartient à Allah mm shetan.
    Allah à besoin de personne

    1
  2. zarathos    

    que dire , a apart que c’est de notre faute , on aurait besoin aussi d’une force de frappe musulmanes
    qui gere les conflits comme en birmanie , en afrique et le reste du monde , mais bon on prefaire claquer dans le psg et autre hotel de luxe , qu’allah est pitié de nous

    2
  3. salam    

    tout sa nous a été prédit la seule chose qui me réconforte ces qu’ils ne toucheront en rien au message de dieu et que tout ce qui se passe de bien ou de mauvais pour les musulmans fait partie du plan de dieu dieu a crée le paradis et l’enfer faut biens les remplirs

    3

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE