Ramadan : quand commence le mois de ramadan ?

Par Al-Kanz

Ramadan. La date du début du mois de ramadan est traditionnellement fixée après le 29e jour du mois qui précède le mois de jeûne. Lors de la nuit du doute et l’observation du croissant de lune.

moon crescent
Crédit photo – Beansoup67

Ramadan 2015. Quelle est la date du premier jour de ramadan 2015 ou plus justement de ramadan 1436 ? La question est récurrente quand approche le mois de ramadan.

En 2012, le mois de ramadan a débuté le 20 juillet. En 2011, c’est le 1er août que le mois sacré a débuté. Le le 11 août en 2010. Et cette année, le mois de ramadan 2013 – 1434 débutera soit le 9 juillet, c’est-à-dire mardi, soit le 10 juillet.

Un calendrier lunaire

Si chez les chrétiens, nous sommes en 2013, chez les juifs, en l’an 5773, nous sommes chez les musulmans en l’an 1434. En islam, le calendrier, qui est lunaire et non solaire, commence le 16 juillet 622 date de l’hégire, l’émigration du Prophète (paix et bénédiction sur lui) vers Médine. D’où le nom du reste de « calendrier hégirien ».

Ce calendrier se fonde sur les phases de la lune. Or dans une année lunaire, on compte non pas 365 jours, mais 354 jours, soit 12 mois de 29 ou 30 jours. Ceci explique le décalage entre calendrier solaire et calendrier lunaire et donc le fait que le mois de ramadan « avance » chaque année de dix jours.

Ajoutons que la détermination des mois, elle aussi fonction de la lune, se base sur l’observation et demande des ajustements selon que le mois est de 29 ou de 30 jours.

Des divergences depuis des siècles

Comme chaque année, les musulmans divergeront sur le premier jour de ramadan. Selon la tradition prophétique (sunna), on annonce le début du mois de ramadan après avoir cherché le croissant de lune 29e jour du mois précédent le mois de ramadan, le mois de chaabane. Si le croissant n’est pas visible, alors le mois de chaabane compte trente jours et le mois de ramadan débute non pas le lendemain du jour d’observation, mais le surlendemain ; ce conformément au hadith du Prophète (paix et bénédiction sur lui) qui dit : « Commencez le (mois de) jeûne en le voyant [= le croissant], et cessez le (mois de) jeûne en le voyant. Si (le croissant) demeure invisible, complétez trente jours dans le mois de cha’ban. » (traduction Maison-islam.com).

Le CFCM a (mal) tranché

Si les uns attendront la nuit du doute pour affirmer quel jour correspondra au premier jour de ramadan, d’autres, qui se basent sur le calcul astronomique ont tranché depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois. En France, en l’occurrence, le CFCM a décidé unilatéralement d’imposer la date du 9 juillet prochain.

Cette décision, qui touche directement la vie des musulmans, aurait dû être le résultat d’une large concertation et non prise dans des salons feutrés entre deux télégrammes d’ambassades étrangères. A défaut d’être admise par tous, elle aurait eu la légitimité de la consultation.

La divergence n’est pas nouvelle, elle n’est presque même pas un problème. Depuis des siècles, la détermination du début du mois de ramadan suscite des désaccords. Cette divergence ne divise pas simplement les partisans de l’observation traditionnelle du croissant de lune et les partisans du calcul astronomique. Même chez les partisans du calcul astronomique, il y a divergence.

Ramadan : entre observation et calculs

En juillet 2012, le Conseil européen de la Fatwa annonçait dans un communiqué que compte tenu d’un certain nombre de considérations astronomiques « le début du mois de ramadan de l’année 1433 de l’hégire, avec la permission de Dieu, sera le vendredi 20 juillet 2012 ». Une semaine plus tard, c’était au tour de l’Exécutif des Musulmans de Belgique (EMB) d’annoncer que « les éléments scientifiques et théologiques tendent à définir la date du 20 juillet comme premier jour de notre mois de jeûne et celle du 19 août comme le jour clôturant ce rite religieux ».

Sur son site Internet, la mosquée de Paris annonçait qu’une commission théologique se réunirait jeudi 19 juillet 2012 – qui correspondait à la date de la nuit du doute – à partir de 18h30 pour se concerter et prendre une décision « en fonction des informations relatives à la vision du croissant lunaire et aux données des observatoires astronomiques ». Quant au CFCM, il indiquait dans un communiqué début juillet que « pour l’année 1433 hégirienne en cours, le mois de ramadan débutera très probablement le 20 juillet 2012 ».

Les astronomes ne sont pas d’accord

Cette année, tout ce beau monde a tranché : le calcul astronomique a parlé, le CFCM a décidé, le premier jour de ramadan 1434 correspondra au mardi 9 juillet 2013. Problème de taille : il n’y a pas consensus entre les astronomes eux-mêmes. Comme le rapportait hier, le site d’information Ajib.fr, selon Ali Al Shukri, astrophysicien saoudien, le premier jour du mois de ramadan correspondra non pas au 9 juillet mais au 10 juillet. Même date avancée à Oman. Que faire dans ces conditions ?

Entre les farouches partisans du mode de calcul qui récusent la seule observation du croissant de lune et ceux, tout aussi intransigeants, qui ne jurent que par l’observation, quand bien même astronomiquement la lune ne peut être vue, car de l’autre côté du globe, une troisième voie se dégage et devient de plus en plus audible. Elle est celle rappelée depuis des années par Anas Lala selon qui « il s’agit donc de débuter le ramadan avec ‘le groupe et la quantité des gens' » ; position résumée par cheikh Khalid Yasin dans une intervention publique disponible en vidéo (voir Début du ramadan: à propos de la controverse récurrente). Le CFCM aurait pu jouer un rôle fédérateur et permettre précisément à chacun de suivre cette troisième voie, mais sa décision brutale et unilatérale a semé confusion et pagaille dans les mosquées et la communauté musulmane. Le CFCM voulait l’union et le consensus, il provoque la zizanie. Il fallait le faire !



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (8 commentaires)

  1. Abu Nu'men    

    As-salamù ‘alaykùm le Conseil Français du Conflit entre Musulmans a encore frappé.

    Une décision qu ne fera pas encore une fois de plus avancer la communauté musulmanne en France.

    Wa-salam.

    1
  2. Ahmed3    

    Concertation ? Je ne pense pas que c’est dans le dictionnaire du machin nommé cfcm.

    2
  3. Mohamed    

    Pourquoi vos articles sont-ils toujours pleins de sous-entendus négatifs? Pensez-vous rassembler de la sorte? Je pense que vous confortez les divisions malgré que vous apportez des informations intéressantes.

    3
    • Al-Kanz    

      « Toujours plein de sous-entendus négatifs ». Je récuse le « toujours » tout comme je récuse le « sous-entendus ».
      Il est toujours plus facile de pointer celui qui montre plutôt que le problème montré. Je ne conforte aucune division. C’est un peu facile d’affirmer cela.

      3.1
    • abdelkarim    

      Salam Mohammed,
      Je suis sur ta lignée de dire nos frères unissez vous que divisez vous mais eux ils font quoi s’il te plait si Al Kanz n’ouvre pas le débat quand est ce que la OUMMA sera une ? donc il faut les pointer du doigt et montre à la communauté que vos soit disant représentant sont en vérité car ils font plus de mal en ayant des allocutions tv ou radio « avec l’accent du bled » non pas que je critique l’accent mais pourquoi être représenté par un non français ? voilà le pourquoi car ils ont tous à part david boubakeur vécu sous d’autres cieux donc pas une connaissance du marasme que nous issue de la 6° génération on nous catalogue « de quel origine tu es » donc voilà déjà un point négatif sans compter sur leurs solidarité…. un bébé est mort et je crois une dizaine d’agression sur des femmes et où sont ses représentant de la communauté ?
      Donc Mohammed je te soutient mais il est bon d’avoir des critiques constructives qui nous unira INSCHALLAH

      3.2
  4. Oum Omar Mayssoun [iPhone 4]    

    Salam aleykoum, ceci étant dit on ne sait toujours pas quelle est la meilleure solution… Nous en france on suit quel avis ? Al-Kanz une idée ?

    4
  5. Ali    

    Assalamou alaykoum,
    « débuter le ramadan avec ‘le groupe et la quantité des gens’ » n’est pas en soi une troisième voie car c’est à peu près ce que nous faisons tout le temps (sauf quelques cas qui jeûnent avec tel pays ou tel autre). Le problème c’est de savoir comment ‘le groupe et la quantité des gens’ vont décider de déterminer le début du mois. Vu qu’à priori, on s’est tjs référé aux déclarations du cfcm, et qu’on ne se retroussait pas les manches pour aller chercher le croissant dans le ciel (ceci est probablement une généralisation abusive), on est bien (mal) parti pour commencer le jeûne le mardi. À mon avis, il incombe à la communauté musulmane (qui ne partage pas l’avis du cfcm) de s’organiser pour observer et faire passer le mot « vu/pas vu » le lundi après le coucher du soleil. Mais bon, ça risque de ne pas être facile vu qu’à la télé on dira c’est mardi, à la radio aussi, et que la pharse « En France le ramadan c’est mardi » est déjà sur la langue de plusieurs personnes musulmanes ou pas en France et ailleurs. Qu’ALLAH nous facilite.

    5

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE