Propos douteux sur Facebook : l’IGPN enquête, le policier quitte le réseau social

Par Al-Kanz

Alors qu’une enquête a été diligentée par la police des polices, un policier incriminé a supprimé sa page Facebook.

Le 13 novembre dernier, la journaliste Camille Polloni publiait un article sur Rue89 consacré à un policier qui à l’instar de son collègue « irréprochable », mis en examen début novembre pour pour incitation à la haine raciale, s’épanchait allègrement sur Facebook.

Outre des messages à la gloire de Marine Le Pen, ce policier regrettait que le policier de Trappes ait fait l’objet d’une enquête de l’inspection générale de la police nationale (IGPN), la police des polices.

policier facebook VN

Jusque-là rien de très grave. On peut comprendre que la difficulté et l’ingratitude du métier de policier puissent rendre amer des fonctionnaires fatigués d’être à tort ou à raison malaimés.

Il est en revanche plus difficile d’accepter qu’un agent de police, armé et payé pour faire régner l’ordre, puisse tenir les propos tenus par ce dernier ; en l’espèce les suivants :

« Quand je pense qu’il suffirait de supprimer tous les Noirs et les Arabes pour qu’il n’y ait plus de racisme… »

Cette phrase, violente, est « détournée » de Coluche, selon le policier incriminé, qui a envoyé ses explications à Rue89 quelques heures après l’article de Camille Polloni.

Lire – Bonjour, je suis le policier « raciste » épinglé par Copwatch

De l’humour donc. Soit. Autre perle.

« C’est quand la fin du Moyen Age… pour les musulmans ? »

De « humour plus ou moins fin sur l’islam », devrait préciser l’avocat Thibault de Montbrial comme pour son client, le policier de Trappes, policier « irréprochable ».

Humour toujours, assez particulier toutefois, lorsqu’il commente un fait qui concerne les gens du voyage :

« Ils n’ont qu’à s’acheter des terrains comme tout le monde ces bâtards. »

Une semaine après l’article de Rue89, la page Facebook de V. N., ce policier fan de Coluche, était toujours en ligne. Nous avons pu la consulter dans la journée de mercredi 20 novembre. Aujourd’hui, cette page n’est plus en ligne. Elle a été supprimée. Est-ce sur décision l’IGPN qui pourrait avoir exigé du policier de quitter le réseau social ?

Toujours est-il que la sanction administrative à l’encontre du policier est envisageable. Une enquête est en cours. Ce dernier pourrait être suspendu, voire finir devant un juge.

Terminons en saluant le travail de la journaliste Camille Polloni, qui tranche avec l’ensemble des médias français, lesquels ont attendu que l’Agence France presse publie des dépêches pour traiter du cas de ces policiers. Une certaine façon de se couvrir. Du journalisme, disent-ils.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (3 commentaires)

  1. abdelkarim    

    Salam
    c’est trop fort demain je vais devenir policier pour éliminer tous les fachos sionistes et ce que je serai admis ? avec ce genre de commentaire …..

    1
  2. Badre[GT-N7100]    

    salam, il faut être intransigeant avec le racisme surtout pour une personne dépositaire de fonction publique , auquelle ils ont une obligation de réserve et ils ont prêter serment sur le principe de liberté, égalité , fraternité. Après nous avons toute a fait confiance en la justice , ca va de soit , il sera poursuit et condamné.

    2
  3. indi[GT-I9100P]    

    certains français ne sont plus racistes mais fascistes ! quand cela vient de la police, c’est très très inquiétant. et dire que l’Europe est sortie du fascisme il y a à peine 60 ans…une poussière dans l’espace temps et malgré tous les efforts de mémoire ! le point de non retour me semble atteints.

    3

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE