Finançons ensemble des iPads éducatifs géants pour nos petits écoliers

Par Al-Kanz

Crowdfunding L’école privée Rhazès, à Vigneux-sur-Seine, a décidé de s’équiper en tableaux numériques interactifs, outils innovants que l’on trouvera bientôt dans toutes les écoles de France. Aidons-là à les financer.

ecoliers rhazes
Des écoliers impatients d’avoir un TNI dans leur classe

Crowdfunding. Savez-vous ce qu’est un TNI ? TNI pour « tableau numérique interactif ». On parle aussi de « tableau blanc interactif » (TBI). Pour faire simple, c’est notre vieux tableau noir (ou vert) d’écolier transformé en iPad géant. Un iPad géant dans une classe ? Mais une classe est un lieu d’apprentissage, pas une salle de jeux, pourrait-on se dire. Très juste ! Mais le tableau numérique interactif n’est pas un jouet. Il ne s’agit évidemment d’équiper une classe d’un TNI pour les faire jouer à Tetris, PacMan (#teamVieux) ou FIFA 2014.

Un outil innovant, bientôt dans toutes les écoles

Cet outil innovant prolonge l’expérience pédagogique et offre aux élèves une nouvelle façon d’apprendre. Les nombreux témoignages d’enseignants que l’on trouve d’ailleurs sur Youtube permettent de s’en convaincre. On apprend ainsi que contrairement avec le TNI les élèves sont plus nombreux à participer et à vouloir se rendre au tableau pour répondre aux questions posées par leur professeur. Les cours sont bien plus clairs, car interactifs et enrichis par la vidéo, les couleurs, le son, etc.

Vidéos – Le tableau numérique interactif en classe

Le TNI, recommandé par l’Education nationale

Voici ce que le portail Education.fr, site dépendant du ministère de l’Education nationale, indiquait dès décembre 2012 sur le TNI.

Le TNI permet avant tout une souplesse dans la présentation des éléments présentés aux élèves pendant le cours. Il s’agit en effet d’un support pour le multimédia (texte, image, son) permettant l’affichage de documents numériques, la modification de ces documents ou, par exemple, l’enregistrement d’une séance de cours.

Il facilite également l’activité des élèves au tableau grâce à la manipulation simple de fonctionnalités intégrées jusqu’alors externes au tableau classique : feutres multicolores, déplacement d’objets, instruments géométriques…

Le TNI est toujours associé à un logiciel qui offre la possibilité de création, de personnalisation et de modification de documents multimédia grâce aux différentes fonctionnalités proposées.

Source : Le tableau numérique interactif : un outil incontournable pour l’enseignement

Financement participatif pour des TNI à l’école Rhazès

Bref, on l’aura compris. Le TNI, c’est top ! C’est du reste pourquoi l’école privée musulmane Rhazès, située à Vigneux-sur-Seine, dans l’Essonne, a décidé d’en faire l’acquisition. Cette école qui accueille 105 élèves, de la petite section de maternelle au CE2 (une classe de CM1 devrait ouvrir in cha’a-Llah en septembre 2014 et une de CM2 en septembre 2015). Dans la vidéo suivante, l’équipe pédagogique explique les raisons qui l’ont porté à choisir des TNI.

Pour réussir à équiper ses 8 classes, Rhazès a donc décidé de passer par le crowdfunding, autrement dit le financement participatif, que l’on évoquait en début de semaine avec le prêt étudiant accordé à Mohamed Amsrie.

Lire
– Dans 2 000 euros, Mohamed part un an étudier en Irlande pour décrocher un master

– Mohamed Amsrie partira en Irlande in cha’a-Llah

Le financement sollicité concerne 4 tableaux, avec l’espoir que la générosité de chacun permettra de récolter le double, soit 32 000 euros. Pour l’heure, 6 230 euros ont déjà été récoltés en un peu plus de dix jours. Il reste dix-neuf jours pour atteindre l’objectif de 16 000 euros.

Bon, comme les dons sont déductibles des impôts à hauteur de 66 % dans la limite de 20 % du revenu imposable, et que vous lectrices et lecteurs d’Al-Kanz vous nous avez habitué à être généreux lorsqu’il s’agit de donner pour la oumma (rappelez-vous des 50 000 euros récoltés en 2011 pour les actions de l’ONG Life ou de ces quinze boeufs qu’Au coeur de la précarité a pu offrir à nos soeurs et nos frères très pauvres du Niger à l’occasion de l’aïd al-adha, l’an dernier), eh bien l’on se dit que les quelque 10 000 euros restants pour les quatre TNI vont être récoltés en quelques heures, n’est-ce pas ?

Investir dans l’éducation des générations futures, c’est peut-être l’une des missions les plus nobles qui soient et de celles qui peuvent relever de l’aumône perpetuelle (sadaqa jariya). Qui peut sincèrement lire cet article jusqu’au bout et ne pas soit faire tout de suite un don, aussi minime (et surtout énorme ^^) soit-il, soit multiplier les invocations dans le cas de personnes qui disposent de peu de moyens. Dans tous les cas, diffusez l’information, faites passer le message. Donnons envie à notre communauté de s’investir plus encore dans le soutien des écoles privées musulmanes. Il en va de l’avenir de nos enfants. Ensemble, nous sommes très forts.

Allez les amis, faisons chauffer nos cartes bancaires. 1, 2, 3, prêt… bismillah :) : je soutiens le projet d’achat de TNI pour l’école Rhazès.

Si vous êtes responsable d’une école privée musulmane déjà en fonctionnement ou en cours de lancement, n’hésitez pas à nous tenir au courant de votre actualité. Nous nous ferons un plaisir, dans le cas où il y aurait un intérêt certain, de faire connaître vos actions.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (13 commentaires)

  1. Abdallah [LG-D802]    

    Très mauvaise idée. Je vous renvoie vers l’interview de Laurent laffongue sur le désastre de l’école actuelle, où il explique très bien en quoi l’entrée du numérique en primaire alors que les bases ne sont pas acquises est une hérésie sans nom !

    Et si les enfants d’aujourd’hui peuvent y trouver une source de motivation, ça ne sera plus le cas pour les futurs générations gavées d’écran…

    un futur directeur d’école insha Allah…

    1
  2. Abdallah [LG-D802]    

    Je cite Laurent lafforgue :

     » Il suffit de voir tout le monde applaudir lorsqu’un directeur équipe son école d’ordinateurs, comme si cela allait régler quoi que ce soit. Personnellement, je freine des quatre fers à l’entrée du numérique à l’école. Je n’y suis pas absolument opposé, mais à la condition que les élèves maîtrisent déjà parfaitement l’écriture, la lecture et toutes les connaissances de base et qu’ils aient déjà acquis une maturité certaine. »

    http://www.en-aparte.com/2013/06/28/laurent-lafforgue-mathematicien-leducation-nationale-est-devenue-un-vaste-mensonge/

    2
  3. oum Mohamed    

    salam alaykoum,
    à Abdallah, je plussoie.
    J’ai l’impression que c’est une fausse bonne idée.. Les enfants seront certainement emballés dans un premier temps, mais une fois habitués, ils décrocheront surement, comme ils le font pour le reste, à fortiori, pour les générations d’après qui baigneront dans le numérique.
    Je suis surement old school , mais j’aime savoir que mes enfants apprennent sur une ardoise avec une craie ; qu’une feuille et qu’un crayon normal leurs suffisent pour laisser libre cour à leur imagination.
    Tout est une question de pédagogie, donc le vrai changement à faire est de ce coté à mon sens : étudier les pédagogies alternatives (montessori, freinet, etc..) qui sont bien plus respectueuses du rythme de l’enfant ainsi que de son épanouissement.
    Allahou a’lem

    3
  4. indi[GT-I9100P]    

    je trouve que c’est une trés mauvaise idée également; il n’est plus à démontrer l’impact négatif des ecrans (tv, ordinateur, tablette, smartphone) sur la concentration des enfants. le gout de l’effort dans la recherche, la patience sont mises à mal avec cette fausse bonne idée.

    4
  5. Lina    

    Incroyable les commentaires grincheux!

    Pour une fois qu’il y un projet d’école musulmane moderne,au lieu de soutenir ce projet,les commentateurs commencent à étaler leur état d’âme et déjà à critiquer ce choix!

    Si à chaque fois qu’un projet est mis en oeuvre pour la communauté musulmane,les seuls commentaires qu’on a sont des critiques,c’est vraiment décourageant!

    Et cela explique l’état d’esprit pourri de cette communauté qui au lieu de se retrousser les manches pour des projets collectifs(notamment des écoles musulmanes), ne trouve rien de mieux que de critiquer et de décourager toute initiative!

    Allons soutenons l’école Rhazès!
    Et j’espère qu’il y aura de plus en plus d’écoles musulmanes en France car vu l’ambiance c’est plus que nécessaire!

    5
    • oum Mohamed    

      salam alaykoum,

      Où voyez vous des commentaires grincheux?
      Il ne s’agit pas de critiquer l’école mais nous avons le droit de ne pas adhérer aux supports pédagogiques et d’émettre des réserves!
      D’expérience, croyez moi, dans ce genre de projet , les critiques constructives et argumentées sont plus que bienvenues !
      Ce que je souhaite pour mes enfants, je le souhaite pour tous les enfants, à savoir leur permettre d’apprendre dans les meilleurs conditions, limiter au maximum l’exposition aux écrans quels qu’ils soient , en ce sens, je ne pense pas être grincheuse.
      Entre d’un coté, les critiques assassines et systématiques et de l’autre, le refus catégorique de recevoir le conseil , il y a un juste milieu, à savoir accepter qu’il y a plusieurs façons de faire et que l’on peut débattre dans le respect.
      Une ex maman ief, diplômée en Education, fondue de pédagogies alternatives et responsable associative.

      5.1
  6. Rizlaine [iPhone 4]    

    @Lina je suis d’accord avec toi!
    Bientôt toutes les écoles en seront équipées que ça vous plaise ou non.

    6
    • oum Mohamed    

      L’école de mes enfants n’en sera pas équipée, pas plus que le projet auquel je participe. Ça en fait au moins deux qui refusent la « modernité »!

      6.1
  7. Aisha    

    Faut-t-il intégrer les nouvelles tech. De l’enseignement dans nos salles de cours. C’est sur que oui mais rappelons nous que L’Islam est la religion du juste milieu. Tout ce que nous faisons on doit le faire avec cette perspective : la rencontre de l’équilibre dans notre quotidien et notre vie est notre plus grand test. Moi la question que poserai est la suivante : A-t-on préparé l’équipe éducative à la bonne utilisation de ces outils ? A-t-on défini comment on va utiliser cela pour améliorer l’éducations des enfants?
    Priver nos enfants de tout, les éloignera de L’Islam et de nous, par contre savoir leur donner ce qui peu leur être utile et les éloigner de qui leur est nuisible aidera mieux à leur développements. Il ne s’agit pas de nous et notre vision des choses mais de nos enfants et de leur future dans un monde de plus en plus hostile à leur religion. Il s’agit de comprendre leur vision et perception et les accompagner avec amour et compréhension car ils ont le droit d’être comme les autres jusqu’à un certain point.

    7
    • CEM    

      Je suis entièrement d’accord avec vous, d’autant plus que les écoles musulmanes, même si elles sont en général privées hors contrat avec l’État, sont quand même tenues de respecter le socle commun des connaissances et des compétences comme toutes les écoles de France et que leurs élèves doivent passer les mêmes examens (Brevet et Baccalauréat). Les TICE prennent de plus en plus d’importance dans les programmes, il ne faudrait pas que nos enfants soient trop en décalage avec les autres écoliers pour les deux points cités plus haut.

      7.1
  8. Adam    

    as-salamou àlaykoum,

    Pour ceux que ça inquiète, le TNI est entre les mains du professeur, pas des élève. L’inconvénient du numérique, c’est lorsqu’il est entre les mains de jeunes enfants, qui entrent très vite dans une sorte de dépendance, à presser des boutons (voire maintenant à glisser le doigt sur l’écran) alors que le jeu avec des jouets concrets pour les plus petits, et l’écriture manuscrite pour les moyens, sont très formateurs pour le cerveau.

    Mais à partir d’un certain âge, il faut se familiariser avec des outils qu’ils utiliseront toute leur vie (in shaa allah).

    Donc comme tous les outils, il faut savoir les utiliser à bon escient.

    8
    • Aisha    

      C’est exactement ce que je voulais dire quand j’ai parlé de la préparation des instituteurs et professeurs. C’est eux qui doivent mener le bateau et non les petits. Moi je ne suis pas en France mais dans un autre pays d’Europe ou nous sommes moins nombreux que vous et encore plus désorganisés (excusez mon franc parler), je suis professeur d’informatique et il y a moins d’une semaine j’ai fait un cours, objectif montrer à des jeunes qui vont en Afrique (Somalie) pour aider dans une école d’été, comment avec un simple jeu éducatif de Linux (programme gratuit Qimo for Kids disponible sur le net et pas besoin d’installer) ils peuvent occuper les enfants toute la journée tout en développer leur capacité d’analyse (critical thinking), d’observation, de création etc. Je peux vous dire que leurs yeux en disaient long sur leur bonheur de découvrir cet outil. Je sais que si je propose de faire la même chose au niveau d’une association Musulmane, rien ne se passera. On a un long chemin a faire..

      8.1
  9. 9

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE