Date ramadan : la mosquée de Paris revient à la vision du croissant de lune

Par Al-Kanz

Ramadan 2014 – 1435. Cette année, les musulmans de France devraient débuter ensemble le mois béni de ramadan. In cha’a-Llah.

crescent-moon-malaisya
Recherche du croissant de lune en Malaisie le 30 avril dernier

Ramadan. La décision figure depuis mi-avril sur le site de la grande mosquée de Paris (GMP). Dans un communiqué du 16 avril dernier, la GMP s’est officiellement rangée du côté de la sunna et du bon sens.

Partout, tout le temps

Depuis 1435 ans, les musulmans déterminent le début de chaque mois lunaire par l’observation du ciel à la fin du mois qui précède. Cette pratique a une importance toute particulière à l’occasion du mois de ramadan, mois où les musulmans du monde entier observent l’un des cinq piliers de l’islam : le jeûne obligatoire lié à ce mois.

Si le long de l’année la détermination du début de chaque mois ne revête pas vraiment d’enjeu, la date de début du mois de ramadan est capitale. Partout dans le monde, le premier jour du mois béni est déterminé selon la tradition prophétique de l’observation du croissant de lune (hilal). Hormis la Turquie, autrefois la Libye, et quelques communautés isolées, tous les pays musulmans débutent le mois de ramadan selon les recommandations du Prophète (paix et bénédiction sur lui).

Unis dans la sunna, désunis faute d’autorités

Cette méthode prophétique est empirique. Autrement dit, c’est par l’expérience et non a priori que la date du début de ramadan est déterminée. Pour autant, l’écrasante majorité du milliard et demi de musulmans a choisi cet empirisme. En France, la non-représentativité des organisations musulmanes les plus en vue a rendu difficile l’unité des croyants non pas autour de la méthode prophétique, mais autour de la date à arrêter.

De fait, la veille du mois de ramadan les uns attendent la décision du Maroc, d’autres de l’Algérie, d’autres encore de l’Arabie saoudite ou de la Tunisie, etc. A défaut d’avoir une voix forte, responsable et fédératrice, les musulmans se tournent vers l’étranger. C’est ainsi depuis quarante ans, ce qui chaque année provoque une polémique liée aux divergences sur les dates.

la fitna ne vient pas de l’observation du croissant de lune, mais de l’absence d’autorités pouvant statuer et décider de la date.

Si en France il existait une autorité qui fédère véritablement l’ensemble de la communauté musulmane par-delà les divergences, l’union, tant souhaitée, serait tout à fait possible. La nuance est très importante : la fitna (division), comme celle vécue l’an dernier, ne vient pas de la tradition prophétique de l’observation du croissant de lune, mais de l’absence d’autorités pouvant statuer et décider, après observation du hilal, de la date du début du mois de ramadan.

La mosquée de Paris se range du côté de la sunna et de l’union

Voilà plus d’un mois, le 16 avril dernier, la mosquée de Paris publiait sur son site Internet un communiqué on ne peut plus clair.

Conformément aux enseignements prophétiques relatifs à la détermination du début du mois de Ramadhan et soucieuse de l’unité de la communauté musulmane de France et d’une complémentarité entre les données astronomiques et les références traditionnelles prophétiques recommandant la vision, la Grande Mosquée de Paris organisera la veillée traditionnelle de la « Nuit de Doute » en présence de représentants d’associations cultuelles, de théologiens, de muphtis et d’imams des différentes régions de France afin de déterminer la date du début du mois de Ramadan pour l’année 1435 de l’Hégire correspondant à l’année 2014. La date de cette cérémonie sera communiquée au début de mois de Chaabane 1435H, mois qui précède le mois de Ramadan.

Détermination du mois de ramadhan selon la tradition prophétique

La position de la mosquée de Paris est particulièrement sage. En 2013, la quasi-totalité des musulmans en France ont choisi de jeûner selon la méthode prophétique, laquelle n’est pas contradiction avec le calcul astronomique, mais comme l’indique le communiqué « complémentaire ».

Le calcul astronomique doit accompagner la sunna, pas la remplacer. De même, les tenants de l’avis ultraminoritaire qui veulent à tout prix oublier la méthode prophétique de l’observation doivent accepter que l’écrasante majorité des musulmans de France et du monde demeurent attachés à la tradition. Imposer son avis minoritaire tout en dénigrant l’avis ultramajoritaire participe bien plus de la fitna que le choix des musulmans de suivre la sunna.

La clarification publique de Dalil Boubakeur devrait rassurer toutes celles et tous ceux qui appréhendaient la venue du mois béni. Les musulmans de France débuteront le jeûne ensemble selon la tradition du Prophète (paix et bénédiction sur lui).

Le ramadan 2014 – 1435 devrait débuter aux alentours du 28 juin 2014 in cha’a-Llah. La date définitive sera connue la nuit du doute, soit la veille après observation du ciel, comme le veut la sunna.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (3 commentaires)

  1. tonisa[GT-I9300]    

    salam aleikoum

    elhamdoulilah ceci est une bonne chose espérant un jour quvils feront pareille pour la viande hallah inch allah

    1
  2. Hass_09[GT-I9505]    

    Salam aleykoum.

    Al hamdoulilah si cette année on peut s’ épargner la risée de l’an passé !

    2
  3. Début de ramadan : pourquoi nous devons suivre le CFCM    

    […] Cette année, Dalil Boubakeur, recteur de la mosquée de Paris et président du CFCM, s’est rangé du côté du bon sens et de la sunna, laquelle n’exclut pas le calcul astronomique, contrairement à la désinformation qui court depuis plusieurs semaines. Comme nous l’écrivions dès les premiers jours du mois de ramadan 2013 et, encore le mois dernier, le calcul astronomique doit accompagner la sunna, pas la remplacer. […]

    3
Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE