France : Et Albert Fetaya fit disparaître Israël

Par Al-Kanz

Depuis des années, des produits issus d’Israël sont vendus sous des étiquettes qui mentionnent une autre origine. Cette pratique doit cesser.

fetaya
Capture d’écran du site de la société Albert Fetaya

La datte est le produit de ramadan par excellence. Tout le monde ou presque en consomme, ne serait-ce qu’une seule au moment de la rupture du jeûne, à l’heure de l’iftar.

Les producteurs et distributeurs de dattes ont dans la communauté musulmane une niche particulièrement rentable ; si rentable qu’il y a régulièrement des pénuries, avant ramadan, et que tous les commerçants ne réussissent pas toujours à se fournir comme ils le souhaiteraient.

La photo ci-dessous nous a été envoyée pendant ramadan par par Najet, lectrice d’Al-Kanz. Il s’agit d’une boîte de dattes de type medjoul comme on en a trouvé des milliers dans toute la France, chez les épiciers, boulangeries et bouchers musulmans.

fetaya triche 8

A la vue de l’étiquette, Najet a eu un doute. Elle a donc regardé de plus près, puis a décidé de la décoller. Et là…

fetaya triche 7

Voici deux autres photos envoyées par une autre lectrice d’Al-Kanz. D’abord l’étiquette du dessus, celle que les clients voient avec pour mention de l’origine des dattes « importation ».

fetaya triche 1

Puis l’étiquette originale avec Israël, comme pays d’origine.

fetaya triche 2

Même pratique pour des dattes prétendument mexicaines, distribuées par la société Albert Fetaya.

fetaya triche 4

fetaya triche 5

Voici l’étiquette que les clients voient.

fetaya triche 6

Voici l’étiquette originale.

fetaya triche 3

La société Albert Fetaya doit certainement agir ainsi par erreur. Rappelons-lui, pour l’aider, la règle en France en matière d’étiquetages.

Les denrées alimentaires présentées à la vente doivent comporter un étiquetage pour bien informer le consommateur. Les obligations d’étiquetage sont différentes selon le mode de conditionnement des denrées alimentaires (préemballées ou non).

DGCCRF – Etiquetage des denrées alimentaires

Comme nous vous savons citoyens et au service du pays, chers lecteurs, nous vous invitons à informer la Répression des fraudes de l’erreur à l’insu de son plein gré de la société Albert Fetaya, sise dans l’Essonne. Voici les coordonnées de la DDPP (anciennement DGCCRF) :

DDPP de l’Essonne
Immeuble Europe 1
5 Rue François Truffaut
91080 COURCOURONNES
Tél. : 01 69 87 31 00
fax : 01 60 87 04 65
mél : ddpp@essonne.gouv.fr

L’accueil téléphonique étant fermé l’après-midi, n’hésitez pas à envoyer un mail et/ou un fax.

De même, voici les coordonnées de la DDPP de votre département pour signaler les nombreuses fraudes dans la grande distribution et les petits commerçants, qui s’entêtent à tricher même après que vous les ayez invités à cesser leurs pratiques frauduleuses : Liste des directions départementales de la protection des populations (DDPP) et des directions départementales de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP).

Précision importante : les agents de la DDPP n’apprécient pas du tout ce type de fraudes, mais alors pas du tout. Un seul signalement suffit à les mettre en alerte. C’est pourquoi il est important que chacun d’entre nous prenne quelques minutes pour agir et envoyer un mail, un fax ou appelle la DDPP (même celle de son propre département, vu que ces boîtes sont vendues partout en France).

Même si vous êtes sceptiques, faites-le.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (24 commentaires)

  1. mohamed[GT-I9505]    

    salam
    malheureusement cet annee entre les dattes israel et les dattes avec rajout de glucose.je n ai manger quasi aucune dattes pendant ce mois ramadan.
    tous des tricheurs….

    1
  2. muslim45[GT-I9505]    

    salamalikoum un commercant d une tres grande epicerie oriental d Orleans plus precisement du quartier de l Argonne les vends. Une palette etait entreposee pres de la caisse elles se sont vendu comme des petits pains. Il m avait ete impossible de determiner l original ,au final je n ai pas achete. Je suis persuade que le commercant est complice,Allahouahlem. Je boycott carrement l epicier maintenant je vais chez l autre commercant dit le Soussi lui ne vend pas de produit bizarre.

    2
    • Daria    

      Oui, il est complice, tout au moins par négligence… parce que même s’il achète à des grossistes, il est au courant de la provenance des produits qu’il vend.

      2.1
  3. yasmina[GT-I9506]    

    je boycotterais tout inchAllah quitte à payer plus cher des produits made in france en grandes surfaces je le ferais il faut arrêter de vouloir toujours chercher le moins cher pour quelques cents sans réfléchir faut arrêter de penser à son ptit confort si vous avez un doute il y a un numéro de service consommateurs au dos de chaque produits les numéros sont gratuits vous connaitrez la provenance exact des produits méfiez vous du terme « distribué en france » ou « transformé en france »cela ne veut pas dire « fabriqué » PRENEZ du temps pour arrêter d’engraisser des assassins SOYEZ RESPONSABLE

    3
  4. Mohamed [iPhone 4S]    

    Il y’a des dattes d’origine tunisienne je l’achète tous le temps et on c trop bon et il faut toujours vérifier avant d’acheter il n’y a pas que les dattes malheureusement

    4
  5. Sofiane    

    Salam,

    Email envoyé à l’instant même, je vous ferais part de leur retour incha’Allah.

    Sofiane.

    5
  6. Daria    

    Question : est-ce vraiment au fournisseur (Albert Fetaya) que repose l’obligation d’information concernant la provenance ?
    Moi je pense que c’est surtout au commerçant (le dernier intervenant dans la chaîne de distribution) de faire sont job d’informer correctement le consommateur final. Théoriquement, le travail d’arrachage de l’étiquette doit donc lui incomber. De toute façon, Albert Fetaya ne cache pas, sur son site Internet, l’origine israélienne des dattes Medjoul , et de même, je suis sûre que l’origine apparaît sur sa facture. On est bien d’accord que Fettaya fait preuve d’un manque de transparence mais les commerçants sont à mettre dans le même panier…

    6
    • Pierre    

      Bonjour Daria,

      Le fournisseur doit s’assurer de la légalité du produit dans le pays dans lequel il vend, le boucher ou épicier ne faisant aucune transformation sur le produit, il ne peut être poursuivi.

      Dans des cas semblables, le fournisseur doit être repris et doit payer pour ses fraudes.

      Nul n’est censé ignorer la loi.

      PS: continuez à alerter la répression des fraudes, avec les amendes qu’ils devront payer l’argent ira en France et pas en Israel !

      6.1
  7. frerelecteur    

    Salamaleukoum,
    En france c est l entreprise Delek, israelienne gérante station BP pour le petrolier BP.

    7
  8. Habib [iPhone 5]    

    Hasbina allah fi al yahoud et les dirigeants arabe

    Tous complice avec les sioniste, le président (sissi) d’Egypte qu’Allah te maudit jusqu’à la fin des jours.ou sont passer ceux avant lui( sadate, hosni moubarek etc….

    Vive Palestine vivante

    8
  9. muslim français    

    salam
    je n’achete plus les produits douteux

    9
  10. abousoulayman[SM-G900F]    

    barakAllahou fikoum pour le travail que vous faites en nous informant.
    faisons en sorte avec l’aide du Très Haut de faire couler leurs business en les boycottant.

    10
  11. azdine [iPhone 4]    

    Salam
    Al kanz Pourriez vous faire un article pour promouvoir l’application buycott qui permet de scanner les articles et identifier les produits sioniste. Déjà 160 000 abonnés en quelques jour

    11
  12. magnum [iPhone 4S]    

    Salam
    C’est un grossiste à Rungis dans le batiment A2 ,
    C’est Madame Fetaya qui gère les ventes .

    12
  13. sanahe    

    salam alaikoum
    J’ai un soucis avec Lidl de Vauvert, qui a mis en vente dans son magasin des clémentines jaffa orri d’origine Israël vendu en vrac. Les employés de Lidl inscrivent comme origine Maroc alors que les clémentines Jaffa orri proviennent de la société Mehadrin. J’ai pris des photos pour prouver de la culpabilité de l’enseigne J’ai contacté a maintes reprises la DDPP mais aucune nouvelle. Une semaine après, Lidl remet en vente des clémentines shoam orri toujours en vrac et toujours origine Maroc alors que c’est des clémentines d’Israël.

    13
  14. hanane    

    Salama alikoum, j’ai envoyer un mail à la ddpp, j’espère qu’ils vont agir. En ce qui concerne les dattes je regarde toujours les emballages mais ma mère ne fait pas attention, avant le ramadan elle en a acheté en espagne d’israel, je lui ai dit de faire attention, la fois suivante elle m’a demander d’aller lui les acheter.

    14
  15. Zess    

    Mail envoyé à l’instant!! Et j’en profite pour vous remercier pour votre travail! Qu’Allah vous récompense pour celui-ci de la Meilleure des récompenses et qu’Il vous,protège vous ainsi que votre famille! amine

    15
  16. Daria    

    Moi je vais écrire un courrier papier à Fetaya…

    16
  17. "Origine Israël" : avocat, il contacte la Répression des fraudes    

    […] Lire – France : Et Albert Fetaya fit disparaître Israël […]

    17
  18. mohamed [iPhone 4]    

    Et si ce n’était pas que dans les dattes,par ex un opérateur de telecom ou de vêtements?

    18
  19. samira[SM-G900F]    

    @muslim45
    salam ‘ aleykoum
    je suis moi même originaire d’Orléans, je me suis rendu dans la supérette en question a l Argonne et j’ai vu l’énorme palette de dattes dont vous parlez
    je trouve exagéré d’appeler au boycott de cet épicier
    je suis sympathisante d’une association pro palestinienne orleanaise
    l’épicier en question a autorisé des femmes du quartier a s’installer devant sa boutique afin de vendre des produits aux profits des gazaoui
    le mieux aurait été d’attirer l’attention du gerant sur l’origine des dattes plutôt que d’appeler à le boycotter

    19
    • Daria    

      Ce n’est pas l’esprit du boycott…
      Je trouve normal que vous lui en parliez : ce qui pose problème c’est qu’il vende une marchandise dont le client n’est pas capable d’identifier la provenance. Beaucoup de commerçants sont dans cette situation, il faut juste les sensibiliser à la question… après ils sont libres de faire ce qu’ils veulent (et le client aussi !)

      19.1

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE