Dattes israéliennes : une cliente de Casino s’indigne et écrit à l’enseigne

Par Al-Kanz

Boycott Israël. Refuser d’acheter des produits issus de l’Etat criminel n’est pas suffisant.

Mehadrin namibie

Une cause triomphe lorsqu’elle est portée de façon continue, malgré les obstacles et le temps.

L’oubli est l’ami des oppresseurs. Dans le cas du boycott d’Israël, l’Etat voyou mise sur la démobilisation progressive de ceux qui aujourd’hui mènent campagne pour que les produits israéliens soient boudés par les consommateurs.

Ne pas agir, c’est aider Israël

L’expérience montre en effet qu’hors période de conflit la majorité de celles et de ceux révoltés par les massacres perpétrés en toute impunité par les tueurs d’Israël retournent à leurs préoccupations et oublient, lorsque les armes se taisent, assez rapidement les populations dont elles sont pourtant solidaires.

Il ne s’agit pas là d’un reproche, mais d’une triste constatation, que chacun d’entre nous doit réussir à dépasser autant que faire se peut. Le meilleur service que nous puissions rendre à Israël, comme du reste au tyran Bachar Al-Assad, est de retourner à notre train-train quotidien sans agir d’une manière ou d’une autre.

Ecrire aux services consommateurs

Une action des plus simples et des plus efficaces consiste à écrire à la grande distribution. Rappelons une fois encore que dans ce secteur, les enseignes se mènent une guerre acharnée pour conquérir le plus de clients possibles et pour en perdre le moins possible ; ce qui revient à les voir partir chez la concurrence.

Il n’est pas anodin que Carrefour, Auchan, Casino, Leclerc, Cora, etc. dépensent des centaines de millions d’euros en communication pour séduire toujours plus de clients. Or rien ne contraint les consommateurs à accepter de fait leurs avances. Mieux, ces derniers peuvent et doivent leur indiquer ce qu’ils veulent voir et ne pas voir dans les rayons de leur hypermarché préféré.

C’est précisément ce à quoi Mme S., lectrice d’Al-Kanz, s’est employée en écrivant au service consommateur du groupe Casino après avoir constaté que des dattes de la marque Mehadrin sont commercialisées dans ses magasins. Voici son courriel.

A l’attention du gérant de Casino

Monsieur,

Fidèle cliente de votre magasin, je me permets de vous écrire ceci :
Après les crimes perpétrés à Gaza, je m’étonne que Casino continue de servir de vitrine à un produit fabriqué dans une colonie implantée sur un territoire occupé, et donc illégal du point de vue du droit international.

Or je remarque que les dattes Mejdoul distribuées par Mehadrin ont une place de choix sur vos étals alors que leur principal site de production de la société se situe dans la zone industrielle israélienne en Cisjordanie, territoire palestinien occupé.

En effet, toutes les dattes vendues par Israël sont cultivées dans les colonies illégales de Cisjordanie occupée de la vallée du Jourdain. Israel détourne les ressources, terre et eau, au détriment de la population de la vallée, et exploite la main d’oeuvre palestinienne de manière moyenâgeuse.

Les dattes Medjoul « israéliennes » sont également vendues sous les marques Carmel (ex-Agrexco), Jordan River, King Solomon (Hadiklaïm).

Israël verse chaque année d’importantes sommes d’argent pour subventionner les résidents et l’industrie dans les colonies, colonies qui constituent un des obstacles principaux à la paix au Proche-Orient. Ces sociétés implantées dans les colonies contribuent aux violations israéliennes du droit international.

De plus, Mehadrin importe ses produits en Europe en mentionnant qu’ils sont fabriqués en Israël (et ils bénéficient à ce titre d’exonérations de droits de douane, violant ainsi les accords entre l’Union européenne et Israël).

En espérant que le magasin Casino de Vaulx-en-Velin garde une éthique humaine, je vous demande donc de cesser de faire la promotion d’une société qui contribue à la colonisation des territoires occupés palestiniens et donc de stopper toute vente pour la marque Mehadrin dans les magasins Casino.

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations les meilleures.

Mme S. aurait pu aller plus loin et inviter son magasin Casino à proposer d’autres dattes. Retirer des produits de ses rayons est pour une enseigne de la grande distribution contre-nature. Lorsque l’on appelle au boycott d’Israël, il est bon d’essayer, quand cela est possible, de proposer des produits de substitution.

S’agissant des dattes medjoul (ou medjhoul), les dattes produites dans les colonies illégales peuvent être allègrement remplacées par les dattes de Palestine, commercialisées par Solivr.

dattes palestine

Cliquez sur le lien suivant pour accéder à la boutique : Les dattes de Palestine par Solivr.

Aux suivants.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (2 commentaires)

  1. Muhammed[GT-I9505]    

    je suis tt a fait d’accord bcp d’entre nous on la mémoire courte
    on cessent d’agir lorsque les armes se taises.
    c’est un devoir de boycotter israel et d’inciter et de sensibiliser son entourage à cette cause

    1
  2. lodyce [iPhone 3GS]    

    Salam, savons-nous si cette dame a eu une réponse du gérant? Parfois, on ne fait pas les choses car on se dit que de toutes façons, ça n’aura aucun impact.

    2

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE