17 octobre 1961 : « Ici on noie des Algériens »

Par Al-Kanz

Il y a 54 ans, le 17 octobre 1961, 300 manifestants pacifiques furent assassinés par des fonctionnaires de police aux ordres du préfet Papon.

17 octobre 1961

Le 17 octobre 1961, le préfet en place Maurice Papon, ancien secrétaire général de la préfecture de la Gironde durant le régime de Vichy et à ce titre organisateur de la déportation de 1 690 juifs, commandite le massacre de 300 Algériens.

Obéissant à Papon, comme en 40, des policiers répriment dans le sang une manifestation pacifique. Une gigantesque rafle accompagna le massacre : « le 17 octobre 1961, en plus du massacre perpétré dans les rues de Paris, la préfecture de police a planifié l’incarcération d’au moins 11 538 personnes d’origine algérienne – et 12 520 au plus, en recoupant différentes sources documentaires de l’administration », rappelait en octobre 2010 feu Owni, site d’excellente facture, dans un dossier consacré à cette « honte française ».

Depuis 2014, à l’initiative de l’ancien maire de Paris, Bertrand Delanoë, une plaque commémorative rappelle qu’il y a cinquante ans on noya des Algériens.


Aussi infâme que cela puisse être, cette initiative nécessaire pour panser les blessures et apaiser coeurs et mémoires fut dénoncée par la droite parisienne, qui « estima, par la voix de Claude Goasguen, que ce geste est une +provocation+ », rapporta alors Le Monde.

D’aucuns continuent aujourd’hui encore de plaider pour une négation de ces tragiques événements.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (1 commentaires)

  1. Oummi    

    Page sombre de l’histoire de l’Algérie enfin reconnue à demi mot par François Hollande l’année de son élection… Le plus bizarre c’est que lorsqu’on interroge les jeunes en Algérie sur les années noires ils font tout de suite référence au terrorisme des années 90 (f.i.s) comme quoi la mémoire et l’histoire évoluent. La France a toujours du mal à se regarder en face sur ce sujet mais ce qui fait encore plus mal c’est la situation dans laquelle est l’Algerie aujourd’hui avec tout ses jeunes qui partent ou qui subissent le chômage , les problèmes de logement et la corruption. Les Algériens qui se sont battus et sont morts pour qu les algériens soient libres imaginaient autre chose je pense…
    Une vieille dame née en Algérie m’a dit un jour :ils ont voulu leur indépendance et mintnan ils sont tous là… L’Algérie a des richesses que la France n’a pas mais pourtant il reste bp à faire.
    Vive l’Algérie libre!tahia djazair.

    1

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Sites Partenaires : Fisabilik | Oumzaza | Al-Kanz Consulting | Muslimpress
FERMER
CLOSE