Assez ! le temps du boycott est arrivé

Par Al-Kanz

Boycott. Naomi Klein, journaliste canadienne et auteure du fameux No Logo, s’engage, dans un article paru dans The Guardian, pour un boycott d’Israël et à des mesures punitives de toute la communauté internationale pour lutter contre sa totale impunité.

Rediffusion du 16 janvier 2009. Boycotter n’est pas suffisant, il faut en même temps soutenir l’économie palestinienne. Achetons palestinien : Soliv’r : je soutiens l’économie palestinienne, j’achète palestinien. Si vous n’êtes pas convaincus, regardez des vieillards à genoux, comme des bêtes, à gratter le sol : « Ils ont abattu notre âne »

La meilleure façon d’en finir avec l’occupation sanglante est de viser Israël avec le même type d’action qui a mis fin à l’apartheid en Afrique du Sud.

Boycott IsraëlIl est temps. Il est même largement temps. La meilleure stratégie pour mettre fin à l’occupation toujours plus sanglante perpétrée par Israël est de l’attaquer avec le même type de mouvement international qui a mis fin à l’apartheid en Afrique du Sud. En juillet 2005, une énorme coalition de groupes palestiniens avait établi des plans pour faire cela. Ils avaient fait appel aux « gens de conscience dans le monde entier, pour imposer de larges boycotts et mettre en place des initiatives de désinvestissement contre Israël, similaires à celles appliquées à l’Afrique du Sud durant la période de l’apartheid ». La campagne Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) était née.
Chaque nouveau jour de pilonnage d’Israël sur Gaza amène plus de convertis à la cause du BDS, même parmi les juifs israéliens. Au beau milieu des assauts, environ 500 Israéliens, avec parmi eux des douzaines d’artistes et d’universitaires réputés, envoyèrent une lettre aux ambassadeurs étrangers en Israël. Ils appelaient à « l’adoption de mesures immédiates de restriction et de sanctions» et établissaient une claire comparaison avec la lutte contre l’apartheid. « Le boycott de l’Afrique du Sud a été efficace mais on prend des gants pour traiter avec Israël… Ce soutien international doit cesser. »

Cependant, même face à ces appels clairs, beaucoup d’entre nous ne peuvent pas s’y résoudre. Les raisons sont complexes, émotionnelles et compréhensibles. Seulement, elles ne suffisent pas. Des sanctions économiques sont l’outil le plus efficace dans l’arsenal de la non-violence. Voici les quatre objections principales à la stratégie de la campagne BDS, suivies de leurs contre-arguments.

Des mesures punitives vont aliéner les Israéliens plutôt que les convaincre.

Le monde a essayé ce qu’on a appelé un « engagement constructif ». Il a échoué complètement. Depuis 2006, Israël a progressivement intensifié son action criminelle : élargissant ses territoires, lançant une guerre scandaleuse contre le Liban, et imposant une punition collective à Gaza à travers des blocus brutaux. Malgré cette escalade, Israël n’a pas eu à faire face à des mesures punitives, bien au contraire.

Les armes et les 3 milliards $ d’aide annuelle envoyés par les USA à Israël ne sont qu’un début. Durant cette période capitale, Israël a bénéficié d’une amélioration spectaculaire dans ses relations diplomatiques, culturelles et commerciales avec une variété d’autres alliés. Par exemple, Israël est devenu le premier pays en dehors d’Amérique Latine à signer un accord de libre-échange avec le bloc du Mercosur. Dans les neuf premiers mois de 2008, les exportations d’Israël au Canada ont augmenté de 45 %. Un nouvel accord a été signé avec l’Union européenne afin de doubler les exportations d’aliments industriels venus d’Israël. Et en décembre, les ministres européens ont « revalorisé » l’association contractuelle entre l’UE et Israël, une récompense convoitée depuis longtemps par Jérusalem [elle voulait dire : Tel Aviv, NDR].

C’est dans ce contexte, assurés de ne payer aucun coût significatif, que les dirigeants israéliens ont commencé leur dernière guerre. D’ailleurs, il est assez remarquable de voir que pendant les sept premiers jours de commerce en temps de guerre, l’index phare du marché boursier de Tel Aviv a grimpé de 10,7 %. Quand la carotte ne marche pas, il faut utiliser le bâton.

Israël n’est pas l’Afrique du Sud

Bien sûr que non. La pertinence du modèle sud-africain relève en ce qu’il démontre que les tactiques du BDS peuvent être efficaces lorsque des mesures moins fortes (manifestations, pétitions, lobbying en coulisses) ont échoué. Et, ce qui se passe dans les territoires occupés, fait écho de façon profondément consternante, à l’apartheid : cartes d’identité et laissez-passer avec des codes couleur, maisons détruites au bulldozer et déplacements forcés, routes réservées aux colons… Ronnie Kasrils, un éminent politicien sud-africain a déclaré que l’architecture de la ségrégation qu’il avait vue en Cisjordanie et à Gaza était « infiniment pire que l’apartheid ». C’était en 2007, avant qu’Israël ne commence sa guerre à grande échelle contre la prison à ciel ouvert qu’est Gaza.

Pourquoi cibler particulièrement Israël quand les USA, la Grande-Bretagne et les autres pays occidentaux font la même chose en Irak et en Afghanistan ?

Le boycottage n’est pas un dogme, c’est une tactique. Cette stratégie doit être essayée pour une raison pratique : dans un pays si petit et si dépendant de son commerce extérieur, cette solution pourrait vraiment marcher.

Le boycott rompt la communication ; nous avons besoin de plus de dialogue, pas de moins

A ceci, je répondrais avec une histoire personnelle. Pendant huit ans, mes livres ont été publiés en Israël par un éditeur commercial appelé Babel. Mais quand j’ai publié « La stratégie du choc », je voulais respecter le boycott. Sur le conseil des activistes du BDS, y compris le merveilleux écrivain John Berger, j’ai contacté un petit éditeur appelé Andalus. Andalus est un média activiste, profondément engagé dans le mouvement anti-occupation et c’est la seule maison d’édition israélienne dédiée exclusivement à la traduction de textes arabes en hébreu. Nous avons rédigé un contrat qui garantit que toutes les recettes vont au travail d’Andalus et rien pour moi. Je boycotte l’économie israélienne mais pas les Israéliens.

Notre modeste projet d’édition a nécessité des douzaines de coups de téléphone, d’emails, de messages instantanés, entre Tel Aviv, Ramallah, Paris, Toronto et la ville de Gaza. Le but de ce que je vous raconte est le suivant : lorsque vous vos engagez dans une stratégie de boycottage, le dialogue se développe de façon significative. L’argument comme quoi les boycotts vont nous isoler les uns des autres est particulièrement spécieux étant donné la gamme des technologies d’information bon marché que nous avons au bout des doigts. Nous nous noyons dans les canaux à notre disposition pour nous engueuler les uns les autres au-delà des frontières nationales. Aucun boycott ne peut nous arrêter.

Et c’est là que plus d’un de ces fiers sionistes se préparent à marquer un point important en me répliquant : est-ce que je ne sais pas que la plupart de ces mêmes jouets hig-tech viennent des centres de recherches israéliens, les leaders mondiaux en technologies de l’information ? C’est vrai mais pas tous. Plusieurs jours après le début de l’assaut israélien contre Gaza, Richard Ramsey, le gérant d’une entreprise de télécommunication britannique, spécialisée dans les services vocaux par Internet, a envoyé un email à l MobileMax, une entreprise technologique israélienne : « en conséquence de l’action du gouvernement israélien de ces derniers jours, nous ne serons plus en mesure d’envisager de travailler avec vous ni avec aucune autre société israélienne. »

Ramsey a indiqué que sa décision n’était pas politique ; simplement il ne voulait pas perdre de clients. « Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre un seul de nos clients. » Il a expliqué que « c’était une mesure purement commerciale ».

C’est ce genre d’action froidement calculatrice qui a conduit de nombreuses sociétés à se retirer d’Afrique du Sud, il y a deux décennies. Et c’est précisément ce genre de calcul qui est notre espoir le plus réaliste de rétablir la justice en Palestine, justice qu’on lui refuse depuis si longtemps.

Naomi Klein
Article initialement publié sur le site du Guardian, sous le titre Enough. It’s time for a boycott.
Traduit par Isabelle Rousselot, révisé par Fausto Giudice, source Tlaxcala



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Vos réactions (15 commentaires)

  1. Nordine    

    Salam ‘alaykoum,

    Bla bla bla bla… Assez! Le temps est arrivé avant de boycotter d’apprendre sa religion! L’alliance et le désaveu en Islam ne sont pas là pour faire jolie.

    1
  2. Al-Kanz    

    as-salâmu ‘alaykum

    Comme si ce n’était pas compatible. Le blabla, il est dans la bouche de certains qui ne jurent que par Nike et Coca.
    Juste pour info : ça fait 10 ans que je lis les mêmes sornettes de la part de personnes comme vous. Pas de place ici pour cela. Donc inutile de perdre votre temps.

    2
  3. sidi    

    As-salâmu ‘alaykum

    Merci pour vos excellents articles et votre engagement Al-Kanz. Continuez.

    3
  4. Fathi    

    assalamou aleikoum

    @Nordine

    Un imam, homme de science, très respecté dans la communauté pour son savoir, nous a pris à parti, en dehors d’un cours, lorsque l’un d’entre nous à poser la question du boycott. Sa réponse ne s’est pas faite attendre: C’est une obligation, c’est le minimum pour tout musulman car Dieu nous demandera des comptes sur notre passivité face aux assassinats de nos frères en Islam!

    Pire encore quand des industriels que l’on nourrit généreusement de notre argent ne se cachent pas de verser des sommes faramineuses pour le soutien à israel…

    4
  5. Nordine    

    Wa ‘alayka salam wa rahmatallahu,

    On a mal du comprendre mon intervention, justement apprendre sa religion et les règles de l’alliance et du désaveu cela permet d’avoir la meilleure réponse envers ceux qui combattent nos frères en Palestine ou autre.

    Le blabla des personnes qui portent du “nike”?! Qu’Allah me guide et les guide, c’est sur que de considérer ces frères ainsi ça aide beaucoup (perso je porte du ikaf ^^)
    10ans que vous lisez des sornettes de “personnes comme moi”? C’est à dire, qui pense qu’il faut que les musulmans apprennent comment Allah et Son Prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) nous demandent d’agir avec les mécréants équitables ou non?

    Allah dit : « Quand leur parvient une nouvelle rassurante ou alarmante, ils la propagent. Et s’ils la rapportaient au Messager et aux détenteurs du commandement, ceux d’entre eux qui en cherchent le sens, l’auraient su (de la bouche du Prophète et des détenteurs du commandement). Et sans la grâce d’Allah sur vous et Sa miséricorde, vous auriez suivi le Diable, à part quelques-uns. » (An-Nisâ, v.83)… Où sont les paroles des savants en Islam, une épreuve touche cette communauté, les jeunes n’ont sans doute pas besoin de paroles du député untel etc…

    Faites, blâmer ceux qui boivent du Coca, boycottez-le si besoin, si vous pensez que cela passe par là. Je maintiens simplement ma “sornette”, apprendre avant d’agir! “le Chapitre de la science avant la parole et les actes” écrivait Al Bokhari (rahimahullah) il n’y a pas 10ans mais 12siècles avant ce site… Wallahu ‘alam.

    5
  6. Nordine    

    @Fathi: mon frère je n’ai pas dis de ne pas boycotter… J’ai simplement rappeler qu’avant d’agir toujours de la même manière: ça cri (pleurs?), râle, manifeste, boycotte… et bis repetita!
    Une fois peut être, retourner vers nos savants connus et reconnus (rapporter leurs paroles), comme Allah nous le demande. Quand tu es malade mon frère, vas tu te soigner seul? Chez un politicien? Ou vas tu en panique chez le médecin en te remettant à Allah? Il faut agir avec science, mais agir! Wallahu ‘alam… mais pas de place pour ce genre de sornettes d’après Al Kanz (hadanaAllahu wa iyahu)…

    6
  7. Ahmed3    

    Je me rappelle de cette parole de ‘Umar Ibn ul Khattâb:

    عليكم بالتجارة لاتفتنكم هذه الحمراء على دنياكم

    7
  8. Sonia    

    As salam aleykum

    Ahmed3 tu voudrais bien traduire stp? BarakAllah ou fik d’avance.

    Nordine, si tu as les avis de certains savants à ce sujet tfaddal on est preneure biensure…

    Aussi, par rapport au boycott que les palestiniens nous demandent de faire depuis 2005, il y a énormément d’infos et d’arguments sur le site http://www.bdsfrance.org La campgagne BDS (Boycot, Désinvestissement, Sanction) prend de plus en plus de poid et commence véritablement à faire peur à Israel. D’ou le fait que certains (comme Michelle Alliot Marie) essaye de l’a saboter en prétendant que nous appelons à boycotter les produits cachers… N’importe quoi… Formons nous et boycottons efficacement, kheir inchaAllah

    Wa salam

    8
  9. Al-Kanz    

    as-salâmu ‘alaykum

    Nordine,

    Votre sornette n’est pas le “apprendre avant d’agir”, mais le “prétendre apprendre et ne jamais agir”. Les sornettes, c’est celle que l’on entend depuis tant d’années qui consistent à disqualifier pour disqualifier. Le problème n’est pas dans le fait que vous ayez un avis différent. Moi-même, je ne suis pas convaincu que le boycott soit la solution miracle et l’unique solution, comme quelques doux naïfs veulent le laisser croire. Le problème est dans le fait que vous êtes des saboteurs qui sous couvert de deen détruisent la moindre velléité d’action.

    9
  10. Nordine    

    Wa ‘alayka salam wa rahmatallah…

    Tout d’abord… à ma sœur Sonia voilà un début de réponse pour toi (attention cas spécifique réponse spécifique) afin d’avoir quelques paroles sur ce sujet et d’agir en vertu de notre religion: http://www.fatwa1.com/anti-erhab/Kofar/moqatah.html

    …à mon frère Kanz: ya akhy laisses toi te dire que je te plains! Tu viens tout simplement d’affirmer pour défendre ton mauvais comportement une chose que je n’ai pas dite et encore moins pensée. Mon frère tu me qualifies de “saboteur” qui utilise la religion de Mohammed salallahu ‘alayhi wa salam pour faire passer mes sornettes. Tu aurai pu te contenter tout simplement une fois que j’ai expliqué ma phrase de présenter tes excuses comme un Rajel et de méditer la Parole d’Allah: “Ô vous qui croyez ! Ne vous moquez pas les uns des autres, car parfois ceux qui sont tournés en dérision valent mieux que ceux qui les raillent….” jusqu’à: “Ô croyants ! Évitez de trop conjecturer sur les autres, car il est des conjectures qui sont de vrais péchés.”… Je ne savais pas que depuis 10ans tu lisais dans les cœurs et pensées de tes frères? Je dis: “Il faut agir avec science, mais agir!” et toi tu prétends que moi je dis l’inverse. Dur dur le comportement en France, et revenir sur son erreur est encore plus dur!

    Je maintiens ma phrase que j’ai moi-même expliqué: apprendre avant d’agir, mais agir!

    Enfin je me permet un conseil, une fois de plus je m’excuse, il ne date pas de 10ans mais de plus de 12siècles… En revanche Allah est Témoin qu’elle m’a toujours servi et évité de juger qui que ce soit parmi mes frères et sœurs (même ceux qui portent du Nike!), il s’agit de la phrase de Bakr ibn ‘Abdallah rahimahullah, ce grand savant qui nous donne ce conseil à écrire en or (dans ce site?): “Accrochez-vous à une chose qui si vous voyez juste vous serez récompensé pour cela et si vous vous trompez vous ne commettrez aucun péché , c’est la bonne opinion qu’il faut avoir du musulman. Et éloignez-vous d’une chose qui si vous voyez juste vous ne serez pas récompensé et si vous voyez faux vous aurez commis un péché pour cela, c’est la mauvaise opinion du musulman”…. A toi de voir dans quelle catégorie tu entres mon frère.

    Qu’Allah secours l’Islam et les musulmans partout dans le monde et nous accorde un bon comportement.

    GhafaraAllahu lak, wa slam ‘alayka!

    10
  11. Al-Kanz    

    as-salâmu ‘alaykum

    je vous présente mes excuses.

    11
  12. Nordine    

    Wa ‘alayka salam wa rahmatallahu…

    Vraiment on ne sait pas compris mon frère bénit. Notre religion dit : « Allah ne charge pas une âme plus qu’elle ne peur porter », notre religion base les actes qui ont lien avec la législation sur deux règles : la science et la capacité. Donc si tu as la science et la capacité, avec les conditions authentiques qui feront que cet acte apportera un bienfait et non un méfait et que cet acte soit construit sur les fondements de base authentiques du commandement du bien et de la réprobation du mal, et que tu n’accomplis pas cet acte, tu es pécheur. Et si la communauté en est capable avec les mêmes conditions (et ne le fait pas), elle est pécheresse. Mais il faut que nous soyons honnêtes avec nous-mêmes et ne pas tromper nos cœurs en prenant en considération la réalité à laquelle nous assistons et pas les utopies. Et ce n’est pas vouloir détruire la moindre velléité d’action. Crois-moi mon frère, voir mes frères et sœurs manifester mélangés dans les rues et louper “salat al ‘asr” c’est vraiment malheureux. S’il s’agit uniquement de parler, tout le monde peut le faire, et l’injuste et l’égaré peut en être plus capable que celui qui est guidé et juste, et aujourd’hui on voit à la télé : les acteurs parlent de la Palestine, les jeunes parlent de la Palestine, les politiques (et eux par contre je doute de leurs intentions!) parlent de la Palestine et les musulmans parlent de la Palestine. Mais nous ce que nous voulons c’est la réalité de la situation sur laquelle nous ne nous mentirons pas à nous-mêmes! Revenir aux savants en cas de problème est obéir à Allah comme j’ai pu citer le verset est une solution…

    Nos frères nous font mal au cœur par Allah, « l’amour et la miséricorde qu’ont les croyants entre eux est comparable à un seul corps, lorsqu’un membre se plaint d’une douleur, l’ensemble du corps est atteint de fièvre et d’insomnie » dit le hadith… Mais ce n’est pas pour autant que tous ceux qui sortent, cri, appellent au boycotte à tout va ont raison. Et comme dit la sagesse: “la bonne intention ne rend pas la chose licite”. Pour le moment modestement je me contente d’invoquer, donner ce que l’on peut comme argent et vêtements à des organisations “sûrs”…

    Et Allah est plus savant…

    “…Qu’ils pardonnent et absolvent. N’aimez-vous pas qu’Allah vous pardonne? Et Allah est Pardonneur et Miséricordieux!”(sourate an Nûr)

    Nb: désolé d’avoir “polluer” ce site et d’avoir été à contre-courant, j’en tire les conséquences… ^^ Qu’Allah te facilite ton travail, c’est une grande responsabilité que de parler du Dîn, des musulmans et de ce qui s’y rapporte, tu as beaucoup de courage sincèrement…. Wa salam ‘alaykoum

    12
  13. Al-Kanz    

    as-salâmu ‘alaykum

    Le problème n’est pas d’être à contre-courant. Vous n’avez pas non plus pollué (les messages qui polluent ne passent pas). Pensez juste à connecter votre théorie à la réalité.

    13
  14. Abunaim    

    As Salamû ‘Alaykûm

    Akhy Nordine, vous discréditez des actions comme le boycott, en y mélangeant des actes comme le fait de manquer as-Salat lors de manifestation…

    Seulement, lorsque l’on pose une question à un savant et qu’on lui demande :

    ” Ya sheikh en Europe, ils disent que le Coca c’est Haram, c’est vrai ou pas”
    ou alors ” Sheikh, est-il autorisé de manifester dans la rue, en sachant que les hommes et les femmes sont mélangé, et que cela nous empêche de pratique as-Salat à son heure ?”

    Mais que pensez vous que va répondre ce noble savant ?

    Qu’Allah ta’ala nous pardonne, je ne dit pas cautionner tel ou tel acte mais il faut arrêter de répandre des bribes de “fatawa”, et de poser des “demi-questions” pour les utiliser ensuite de façon absurde et absolue !

    Qu’Allah ta’ala nous guide et libère le peuple et la terre de Palestine du joug de l’ennemi Sioniste.

    14
  15. Nordine    

    Wa ‘alayka salam wa rahmatallah…

    Mon frère AbuNuaim, barakalalhu fika pour ta remarque et amine à cette invocation (je dirai: qu’Il l’a libère des mécréants avant sionistes, communistes, capitalistes etc… car c’est ainsi qu’Allah les a nommé dans le Coran)

    Ensuite je ne discrédite rien du tout, j’ai rapporté un fait que j’ai observé uniquement. J’ai transmis un lien (si tu as lu) concernant le boycotte (j’ai volontairement mis ce lien car il est cité shaykh Ibn ‘Otheymin rahimahullah que Kanz considère comme une sommité dans la jurisprudence au passage).

    Dans ce lien, tu verra que les questions que tu posent n’ont rien à voir avec ce qui a été posé aux mashaykh. J’ai encore précisé que cas spécifique, réponse spécifique.

    Le lien est clair, il y a un audio sont entiers (je ne vois aucune bribes!) , les mashaykh concernés possèdent des sites, pour celui qui veut retourner à ces nobles savants (mais le voulons nous?) et avoir plus d’informations.

    Je répète agir en retournant aux savants, dans ce cas spécifique, invoquer Allah, aider financièrement. Kanz me donne ce conseil en or: penser à réunir théorie vs réalité! Chose à laquelle je répond: si invoquer et aider financièrement relève de la théorie alors je réponds: si la personne peut faire plus, que faite t-elle ici en France alors?

    Wa salam ‘alayka wa rahmatallahu…

    15

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FERMER
CLOSE