- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Le Parisien oublie les bébés polygames

L’interlude Roms semble toucher à sa fin. Il suffit de lire la presse de ces derniers jours pour s’en convaincre. Le muslim-bashing est de retour. Dans son édition du 8 octobre, Le Parisien – Le Pourisien pour certains — consacre un article à un différend entre une employée et son employeur.

Voilée et déterminée

Salariée dans une crèche, Fatima a décidé de porter le voile. Refus de la direction. Licenciement pour souillure faute. Indignation de Fatima qui ne reste pas dans son rôle de Fatma et qui fait valoir des droits qu’elle entend faire siens. Mais Fatima n’est pas comme tout le monde. Elle est voilée de la tête aux pieds sauf le visage, comme l’écrit Le Parisien [1]. Elle n’est pas juste voilée, elle est voilée de la tête au pieds, sauf le visage. Elle porte une burqa, sauf sur le visage, donc.

De fait, Fatima est coupable. Coupable d’abord de prétendre aux mêmes droits que tout autre citoyen, et pire encore coupable de les faire valoir : car la séditieuse a choisi de porter l’affaire au tribunal et a saisi les Prud’hommes. Il n’en fallait pas plus à toute une presse de caniveau pour titrer sur les risques de fermeture de la crèche – sujet ultra sensible en France. Les musulmans ne se contentent plus de vouloir tout faire sauter, ils veulent aussi faire fermer les crèches.

Erreur ou manipulation ?

On aurait pu s’arrêter là, mais Le Parisien, qui veille au grain, révèle cette semaine un autre scandale, toujours lié à cette crèche. Les parents musulmans demanderaient que les enfants soient réveillés à l’heure de la prière. Premier scandale : ces parents demandent. On sait bien qu’il est strictement interdit de formuler la moindre requête auprès d’un professeur, d’un directeur d’école, d’une directrice de crèche. Jamais aucun parent ne fait en France la moindre demande. Ça n’est pas républicain, comme dirait l’autre. Second scandale, plus grave encore : ces demandes portent sur l’obligation de leurs enfants âgés entre quelques mois et trois ans, âge limite pour être accepté dans une crèche, d’observer les cinq prières par jour.

Le Parisien
Source : Le Parisien [2]

Gros scoop de Véronique Beaugrand et Yves Fossey, les deux auteurs de cet article, qui évidemment disent la vérité, toute la vérité, rien que la vérité, ils le jurent. Si gros scoop que les musulmans eux-mêmes découvrent que la prière ne doit être observée que bien plus tard, mais dès la crèche. Personne ne remettra en cause le sérieux des journalistes du Parisien, si ce n’est sur un point : leur article comporte une énorme lacune, puisque rien n’a été dit sur la prolifération des cas de polygamie dans les crèches de France.

Si quelqu’un connaît Beaugrand et Fossey, qu’il leur conseille vivement de creuser leurs enquêtes. Soit on les a pris pour des quiches, soit… Dans ce second cas, qu’ils ne s’étonnent pas que l’on méprise leur travail, qui salit toute la profession. Car même s’ils ne font que rapporter ce qu’on leur a dit, c’est tellement énorme qu’ils auraient mieux faire de procéder à quelques vérifications. La presse va mal ? Qu’elle s’en prenne à ses pitoyables scribouillards.

Crédit photo Une : Charlotte Morrall [3]