- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Inchallah.com : derrière l’islam, échangisme et pornographie

Inchallah.com est un site de drague collective qui, médiatiquement, a le vent en poupe. Il faut dire que les propriétaires du site n’ont pas hésité à investir dans la communication avec une campagne d’affichage dans toute la France. On peut penser, en outre, qu’ils ont bien ficelé leur campagne de presse. Il faut dire qu’ils ont jeté leur dévolu sur une niche qui intéresse les médias, celle de l’islam et des consommateurs musulmans. Pourtant, Inchallah.com n’est pas le premier site dit de rencontres (et bien pire). Mais, c’est peut-être le premier à avoir véritablement réussi à maîtriser les canaux de communication. Ce qui n’a rien d’étonnant quand on sait qui est derrière ce site, à savoir Neteck, une société spécialisée notamment dans la pornographie, habituée des médias.

Nous ne reviendrons pas sur ce qui a été déjà dit, notamment par Ajib.fr [1] et Yabiladi.com [2], sauf peut-être sur quelques éléments qui laissent penser que tout est fait pour, sinon dissimuler, tout au moins faire disparaître les liens entre Neteck et Inchallah.com.

Avant que le site Ajib.fr, à l’origine des révélations, ne lève le lièvre, Inchallah.com était présenté comme une société à part entière sise au 25 rue Greffhule, 92300 Levallois-Perret, comme l’indiquaient fin janvier les conditions générales d’utilisation (CGU). Cette adresse est celle de la société Neteck [3]*.

Inchallah.com : derrière l'islam, la pornographie

Aujourd’hui, les CGU [4] ne mentionnent plus l’adresse du siège de la société Inchallah.com.

Inchallah.com : derrière l'islam, la pornographie

Quant aux mentions légales, obligatoires sur tout site Internet, elles ne figurent nulle part sur le site Inchallah.com. Impossible là encore de vérifier si, comme s’en défendent les fondateurs du site, Inchallah.com n’a rien à voir avec la société Neteck.

Autre élément révélé par Yabiladi.com : avant la polémique, le site Inchallah.com diffusait, sous forme de fichier PDF, les résultats d’un sondage commandé à l’institut Ifop avec en dernière page les coordonnées d’un certain Christophe Soret, dont l’adresse mail est liée à la société Neteck.

Inchallah.com : derrière l'islam, la pornographie

Après les premières révélations, le PDF a été modifié. Christophe Soret n’est plus le contact presse. Il est remplacé par Marie-Laurence de Rochefort qui n’est autre que la directrice de communication de celui que certains surnomment « le pape du X en France », à savoir Marc Dorcel (merci Menilmuche [5] pour l’information).

Inchallah.com : derrière l'islam, la pornographie

Mais, nous avons trouvé plus troublant encore. Sur le site Ruedesexperts.com [6], une vidéo revient sur l’étude Ifop-Inchallah.com. Dans cette vidéo, on voit, dès les premières secondes, l’un des fondateurs du site assis sur son bureau.

Inchallah.com : derrière l'islam, la pornographie

Réapparition quelques secondes avant la fin du chef de projet Inchallah.com, toujours derrière son bureau. En arrière-plan, une plante verte, une affiche Inchallah.com dans un joli cadre noir et une déco contre le mur, des branches, semble-t-il, de couleur blanc cassé.

Inchallah.com : derrière l'islam, la pornographie

Dans une seconde vidéo, publiée sur Youtube, on retrouve le fameux Christophe Soret, responsable communication chez Neteck et PDG de Gayplanet [7]. Le même Christophe Soret dont le nom figurait initialement dans le pdf de l’étude IFOP. Dans cette vidéo, M. Soret vante non pas les qualités du site Inchallah.com, mais d’un tout autre site, le très particulier Netechangisme.com, un site où l’on pousse la rencontre ou plutôt les rencontres à un stade avancé.

Inchallah.com : derrière l'islam, la pornographie

Que remarque-t-on dans cette vidéo ? Observons les copies d’écran ci-dessous.

Inchallah.com : derrière l'islam, la pornographie

Inchallah.com : derrière l'islam, la pornographie

Si l’on regarde de près, on se rend compte que le bureau du chef de projet Inchallah.com n’est autre que celui que l’on voit juste derrière le bureau sur lequel est assis Christophe Soret, dans la vidéo de promotion de Netechangisme.com, postée sur Youtube. On reconnaît clairement le tableau, la plante, qui apparaît dans la vidéo postée sur le site Ruedesexperts, mais encore la déco en forme de branches de couleur blanc cassé.

Pas convaincus ? Regardez la capture d’écran suivante, notamment les deux encadrés rouges, à droite du préservatif que tient M. Soret dans ses mains.

Inchallah.com : derrière l'islam, la pornographie

Toujours pas convaincus ? Observez donc les deux images suivantes. Il s’agit pour la première d’une capture d’écran d’une partie du code source du site Netechangisme.com, pour la seconde d’une capture d’écran d’une partie du code source du site Inchallah.com.

Inchallah.com : derrière l'islam, la pornographie
Code source du site Netechangisme.com

Inchallah.com : derrière l'islam, la pornographie
Code source du site Inchallah.com

Ces quelques lignes correspondent aux bouts de code de suivi fourni par Google Analytics que tout webmaster ajoute sur son site pour permettre à Google de mesurer le trafic dudit site (voir Code suivi Google Analytics [8]). Chaque compte Google Analytics est lié à un identifiant unique du type : UA-XXXXX, avec XXXX une série de chiffres. Un compte peut gérer plusieurs domaines. Dans ce cas, chaque site se verra attribuer cet identifiant unique plus un chiffre correspondant à chaque domaine. C’est ainsi que le gérant de trois sites aura les codes suivants : UA-XXXXX-1, UA-XXXX-2, UA-XXXXX-3, etc., avec XXXXX identique pour les trois sites. Dans le cas de la société Neteck, elle gère de toute évidence le compte Google Analytics du site Netechangisme.com UA-173595-1, mais encore celui du site Inchallah.com, UA-173595-17.

Que les responsables du site Inchallah.com veuillent éviter que leurs clients se rendent compte des liens avec la société Neteck, c’est de bonne guerre. Mais ils devraient prendre toutes les dispositions pour que cela ne se sache pas.

*Depuis le 13 février, sur le site Societe.com, l’adresse de Neteck n’est plus celle-là.