- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Kenza "Halal" : du porc dans un saucisson dit "halal"

Kenza halal va faire l’objet d’une plainte auprès de la justice française : Porc dans du halal : plainte déposée contre Kenza Halal [1]

Après les bonbons Fini [2], après Sébiane, après Tahira [3], après Herta [4], après El Saada [5] (même société que Sébiane), c’est au tour de la marque Kenza Halal de faire l’objet d’un rapport d’analyses indiquant qu’il y a du porc dans des produits commercialisés en France. Suite la publication de l’information hier ici-même [6], un internaute, semble-t-il très proche de la marque, a pris, cet après-midi, faits et cause pour la marque, non sans crier au complot (sic). Les marques citées précédemment ont réagi exactement de la même manière : silence sur le rapport d’analyses, dénonciation d’un complot, affirmation d’une contre-analyses (toujours problématique, car soit ne portant pas sur le lot incriminé, soit jamais présentée), puis silence radio (on laisse le temps faire son travail et l’oubli prendre le dessus, en misant sur l’inaction des consommateurs).

Des faits têtus et accablants

Dans le cas de l’affaire Herta, quelques esprits chagrins et/ou malintentionnés tentèrent de noyer le poisson en tirant à vue sur la société Baker. Il leur paraissait beaucoup plus important de cracher sur le commanditaire supposé du rapport d’analyses, rapport authentique et incontesté car incontestable, que de prendre en considération le vrai problème, en l’occurrence la présence de porc dans un produit estampillé halal. Comme dans l’affaire Herta, ce qui importe ce sont les faits, rien que les faits. Dans ce genre de situation, il faut laisser vociférer les manipulateurs et autres malfaisants, dont l’unique objectif est de détourner les consommateurs des faits, qui eux sont têtus et ne mentent pas. Il faut les laisser crier au complot et leur opposer les faits.

Dans le cas présent, les faits sont simples : une fois n’est pas coutume, du porc a été détecté dans un produit réputé halal, un produit de la marque Kenza Halal.

porc Kenza halal

Les analyses ont été réalisées par le laboratoire d’analyses Histalim, sous le contrôle d’un huissier de justice, comme on peut le constater ci-dessous.

Kenza halal porc [7]

mais encore :

Kenza halal porc [8]

Ajoutons le ticket de caisse tamponné par le cachet de l’huissier.

Kenza halal porc [9]

Les analyses ont donc été réalisées sous le contrôle d’un huissier de justice, ce qui ne fera pas les affaires des partisans du complot et du faux halal, toujours prompts à vouloir détourner l’attention des consommateurs sur des présumés intérêts cachés et malins. Voici maintenant le rapport du laboratoire Histalim (cliquez pour agrandir).

Kenza halal porc [10]

La nébuleuse du halal

Antoine Bonnel, patron du mal-nommé “salon du halal”, a réussi à répandre l’idée qu’il existe une nébuleuse de définition du halal. Cette contre-vérité est même devenue un alibi chez les industriels : il existe une nébuleuse de définition du halal, les religieux ne sont pas d’accord entre eux, on fait au mieux. C’est-à-dire au pire. On choisit alors une définition a minima du halal, une définition qui sent plutôt la merguez et on y va gaiement. L’arrivée d’experts du halal, dont on s’attirera les faveurs, finira de convaincre ces demeurés de musulmans qu’on a choisi de plumer, coûte que coûte. D’où tout un discours qui a permis l’installation sur le marché de nouveaux acteurs qui ne trouvent leur légitimité au regard des principes du halal que dans ledit discours. D’où par ailleurs cette floraison de marques citées régulièrement par une presse peu au fait des arcanes du halal.

De quel halal s’agit-il ?

Kenza Halal fait partie de ces acteurs économiques qui servent ceux qui ont décidé de faire leur beurre en investissant le marché du halal avec une définition du halal la plus élastique possible : c’est ainsi que Kenza Halal est un bon client de Paris Halal Expo (voir le communiqué de presse de l’édition 2011 [11] ou encore sur le site Web de Paris Halal Expo [12]) ; de même la marque est citée dans l’étude sur le marché du halal du cabinet Xerfi, étude dont l’édition 2010 est symptomatique de la déconsidération très répandue à l’égard des consommateurs musulmans. On se fiche des règles et principes qui régissent le halal. On prend en compte tout ce qui se dit “halal” et on brode autour. C’est ainsi que le directeur du cabinet Solis nous disait, en juillet 2009, qu’il fallait être plus souple concernant les produits halal des Fleury Michon, Nestlé, Zakia halal et autres Socopa. De même nombre de journalistes qui viennent au halal comme on manque une sortie d’autoroute piochent le premier expert venu, compilent deux trois articles parus dans la presse et commettent un article avec un aplomb confondant. C’est ainsi que l’on a pu lire dans le dernier numéro du magazine Ça m’intéresse un papier de deux pages perclus de bêtises et de contre-vérités. A qui la faute ?

Des consommateurs laxistes

Aux consommateurs musulmans. Ces derniers acceptent encore trop souvent sans rechigner que, non seulement, on leur confisque la parole, mais, pire encore, que l’on décide pour eux ce qui relève du halal. Tant qu’ils se tairont, tant qu’ils laisseront ceux qui ne voient dans le halal qu’espèces sonnantes et trébuchantes, ceux qui rejettent les exigences du halal, car autant de contraintes qui s’accommodent mal avec leurs désirs mercantiles, tant qu’ils ne se prendront pas véritablement en main, les consommateurs musulmans continueront à être les dindons d’une farce, dont ils seront plus que jamais victimes. Un “expert”, un journaliste, un industriel dit une bêtise ? On prend son téléphone, on ouvre sa boîte mail, on allume son fax. On agit, on ne laisse pas passer. C’est notre laxisme qui nourrit le faux halal. Quand est-ce qu’on le comprendra vraiment ?

Pour finir toutefois sur une note d’espoir, selon nos informations, les semaines à venir devraient être riches en rebondissements. Pour le plus grand bien des consommateurs, qui, rendons-leur justice, sont de plus en mobilisés, ce qui donnent de terribles sueurs froides à bien des industriels et autres margoulins du faux halal.

Site de la marque Kenza “Halal” : http://www.kenza-halal.fr [13]