- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Libération, un Figaro de gauche (bis)

L’affaire n’est pas nouvelle. Révélé début 2010 par La Montagne [1], le contentieux entre une employée musulmane et le patron d’un magasin E. Leclerc n’a pas été provoqué par le port d’une burqa – burqa est la traduction démagogique française du mot “niqab”, le niqab étant un voile qui couvre le visage sauf les yeux.

De retour d’un congé maternité, une jeune mère, Gulsen Ozturk, décide de réintégrer l’entreprise qu’elle a quitté quelques années auparavant. Son patron s’y oppose, car elle porte un voile, voile qu’elle porte comme d’autres portent la moustache. C’est dire le danger qu’elle représentait. Placardisée dans un premier temps, puis virée, Mme Ozturk décide de répliquer et de poursuivre son employeur qu’elle accuse de discrimination, indiquant qu’elle a été licenciée du fait de ses convictions religieuses.

Une musulmane qui retourne sur le marché du travail. Une musulmane qui fait valoir des droits. Une musulmane qui par sa démarche même fait un rappel à loi. Une musulmane qui nous laisserait presque penser qu’elle peut jouir des mêmes droits que tout autre citoyen français. Presque, mais pas vraiment. Grâce à la vigilance de Libération, ce Figaro de gauche [2], on se dit que sous cette banalité, le danger couve. Libération illustrait, hier, une dépêche avec la photo suivante, qui colle pile-poil avec l’affaire. Ou pas.

Libération, journal de gauche. Qui défend les pauvres, la veuve et l’orphelin contre les méchants, les riches, les patrons et la droite. De gauche. En italien, gauche se dit “sinistra”.

Signalement et adhésion au CCIF

Vous êtes témoin d’islamophobie. Qu’elle soit manifeste ou diffuse, agressive ou bienveillante. Participez à la lutte contre ce fléau qui a déjà tué et qui tous les jours abîme des jeunes femmes, détruit des familles et nuit au vivre-ensemble. Signalez au CCIF tout acte, tout propos, tout article dans la presse ou reportage dans les médias.

Dépassez l’indignation et adhérez au CCIF, dont l’engagement permettra avec votre soutien, d’éviter in cha’a-Llah des drames. Bougez-vous, adhérez ! (cliquez sur l’image)

adhésions CCIF [3]