- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Porc possible dans les pains du Filet-o-fish : McDonald’s France confirme

Droit de réponse de McDonald's  France

Panique chez McDonald’s France. Il faut dire que nos révélations sur la contamination – c’est le terme technique – possible entre de la viande de porc et des pains d’hamburgers ont fait du bruit. Un gros bruit. Un très gros bruit.

Lire – McDo : du porc dans les pains du Filet-o-fish ? [1]

Factuel, l’article se fonde sur la base même de l’emballage de certains pains vendus par la société East Balt France à McDonald’s : ni ce sous-traitant ni le géant de la malbouffe ne peuvent garantir que le cochon dans l’atelier de fabrication n’entre jamais en contact avec les desdits pains. Est-ce problématique ? Tout dépend si l’on considère ou non le porc impropre à la consommation.

Inondé de messages, McDonald’s, par la voix d’East Balt France, sollicite un droit de réponse que nous publions in extenso ci-dessous. Ajoutons que l’enseigne publie sur sa page Facebook [2] ledit communiqué avec un préambule croustillant.

McDo tente en effet de détourner l’attention des consommateurs en faisant référence au halal. Or du halal il n’en a jamais été question dans notre article, mais bien du droit du consommateur, ce droit qui lui permet de savoir ce qu’il mange.

Droit de réponse de McDonald's  France

McDonald’s France a pris connaissance de l’article d’Al Kanz en date du vendredi 20 janvier 2012 intitulé “McDo : Du porc dans les pains du Filet-O-Fish ?”. McDonald’s dénonce le procès intenté par ce site qui sous-entend que l’enseigne fournit des produits contenant du porc à l’insu des consommateurs musulmans.

L’enseigne McDonald’s tient à rappeler qu’elle n’a jamais déclaré commercialiser des produits halal. McDonald’s est une marque universelle qui s’adresse au plus grand nombre en offrant à ses consommateurs une gamme de produits large et accessible. Elle n’a pas pour ambition de répondre aux souhaits d’une communauté ou d’une confession en particulier.

Concernant la question spécifique de la fabrication des pains utilisés pour la composition des sandwiches au poisson, McDonald’s soutient la position de son fournisseur East Balt dont le droit de réponse, adressé ce jour au site Al Kanz, est reproduit, ci-dessous, dans son intégralité.

Droit de réponse de l’entreprise East Balt France à l’article d’Al-Kanz du 20/01/2012

East Balt France s’étonne de la teneur de l’article, la concernant, publié par le site Al-Kanz, le 20 janvier 2012. De façon assez tendancieuse Al-Kanz cherche à créer une controverse là où il n’y a pas lieu d’en trouver :
East Balt France n’a jamais allégué élaborer des petits pains halal.
De plus, s’appuyer sur la mention volontaire inscrite par l’entreprise sur ses emballages « fabriqué dans un atelier qui utilise du porc, du sésame, du lait » pour conclure que «  la probabilité de trouver un des ingrédients est grande » et « qu’il n’y ait ni garantie, ni procédure pour que cela soit évité » est mensonger, voire manipulatoire pour ses lecteurs.
Dans les faits, la très grande majorité de notre production ne contient pas d’ingrédients issus du porc. Même, l’additif alimentaire E472e est d’origine végétale (huile de tournesol). Seules quelques références spécifiques et promotionnelles peuvent contenir du porc sous forme de « topping » incluant des lardons.
C’est par esprit de responsabilité et de transparence vis-à-vis des consommateurs de McDonald’s qu’East Balt France inscrit cette mention sur les emballages de petits pains destinés aux restaurants de cette enseigne.
Reste, qu’en aucun cas, l’absence d’information sur la présence ou non de porc dans un atelier de production agro-alimentaire ne constitue une infraction à la législation française, contrairement à ce que laisse sous-entendre le site Al-Kanz.
De manière générale, et pour toutes ses références de petits pains, East Balt France procède, entre chaque production, à des opérations de nettoyage de sa chaine. Ces opérations sont réalisées par trois équipes, qui tournent en permanence au cours de la semaine, et par une équipe supplémentaire qui assure le samedi et le dimanche, le nettoyage complet de la ligne, à l’arrêt, comprenant également les zones périphériques.
East Balt France regrette qu’Al-Kanz, qui se veut une référence pour les consommateurs musulmans, interprète de façon erronée les informations qu’elle transmet.