- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Ramadan : cette année, Carrefour assume

Ramadan [1]. Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Pendant des années, à l’occasion du mois de ramadan, Carrefour a refusé de s’adresser ouvertement à ses clients musulmans, préférant recourir à un orientalisme aussi affligeant que déplacé.

Il faut remonter à 2003 pour retrouver un prospectus Carrefour qui dit clairement son nom. C’était à Marseille, le numéro 2 mondial de la grande distribution distribuait un catalogue au titre explicite : « spécial ramadan ».

Catalogue ramadan Carrefour

Les années suivantes, bien que maintes fois interpelée par des clients mécontents, Carrefour, toute comme la quasi-totalité des enseignes de la grande distribution (Auchan [2], Leclerc [3], Cora [4], Lidl [5]), s’est toujours refusée à assumer sa clientèle musulmane.

Les musulmans descendaient d’Aladin

Entre théorie évolutionniste et credo créationniste, la grande distribution française distinguait une troisième voie : les musulmans descendaient d’Aladin [6]. C’est ainsi que, sans que cela ne gêne le moins du monde les Auchan, Leclerc, Lidl et autres, les raviolis, les lasagnes halals, le pâté de volaille révélaient leurs « saveurs orientales ». Tout comme les cannelloni, la blanquette de veau ou le riz à la paëlla, dans ce catalogue Cora datant de l’été 2011.

Ramadan : l'étonnant catalogue de Cora
Ramadan : l’étonnant catalogue de Cora [4]

Chez Carrefour, une « sélection typiquement orientale » chez Carrefour [7] comprenait des Knackis Herta (Nestlé), des pizzas à la bolognaise Maggi (Nestlé) ou encore des lasagnes Oriental Viandes.

Carrefour Market

Comme nous l’écrivions – assez sévèrement [6] — à l’époque, on s’employait à soutirer l’argent du musulman considéré foncièrement allogène et indigne de mériter un traitement banal et décomplexé, mais il était hors de question qu’on affiche son intérêt à son endroit. Prendre l’argent des barbus, mais le taire.

Un difficile coming-out

Il a fallu du temps à Carrefour pour comprendre la nécessité d’adresser de façon respectueuse un marché que l’enseigne sait pourtant incontournable. Le groupe revient de loin. Rappelons-nous le naufrage du catalogue ramadan de Carrefour Market [7] ou de l’affligeant catalogue de Carrefour en 2011 [8], sans parler des palmiers spécial « rentrée scolaire » recyclés pour orientaliser les allées pavées de couscous, de merguez et de « douceurs sucrées ».

Ramadan : Carrefour se moque vraiment des musulmans
Ramadan : Carrefour se moque vraiment des musulmans
[9]

Il a fallu du temps, mais la mini-révolution a bien eu lieu. Carrefour a mis en ligne en fin de semaine dernière son catalogue. Il est clairement écrit : « spécial ramadan ». Le slogan, un peu facile, « mille et une saveurs » n’est pas abandonné, mais, secondaire, la fadaise formule devient acceptable.

Catalogue ramadan Carrefour

Carrefour s’extirpe ainsi de cette vision étriquée qui fait du ramadan un « truc d’Arabe » ; le musulman n’est dès lors plus seulement algérien, tunisien ou marocain. Il peut être turc, sénégalais ou caucasien. Le ramadan est bien un événement religieux. Il était temps.

Catalogue ramadan Carrefour

Fini l’exclusivement bas de gamme

Mais, il y a mieux encore. Pendant des années, Carrefour a considéré que le mois de ramadan était le mois de la camelote et, s’agissant du non-alimentaire, proposait à la vente uniquement des produits de très mauvaise qualité fabriqués en Chine.

S’il y a effectivement une clientèle pour ce type de produits bas de gamme, choisir de ne vendre rien d’autres en disait long sur les représentations en vigueur chez Carrefour. Ne parlons pas du sac type Tati proposé en 2009 dans son catalogue ramadan…

Ramadan : le mépris mesuré de Carrefour

Oublions par ailleurs toutes les marmites et casseroles neuves, mais défoncées, vendues chez Carrefour Evry [9].

Ramadan : le mépris mesuré de Carrefour

Désormais, donc, Carrefour considère qu’un musulman peut se voir proposer du Kenwood ou du Tefal.

Ramadan : le mépris mesuré de Carrefour

Un robot Kenwood dans un catalogue de Carrefour. Quoi de plus banal, nous dira-t-on ? Précisément. C’est banal. Or, pendant des années, la grande distribution dans son ensemble – le groupe Casino fait exception à la règle — a considéré que la clientèle musulmane en tant que telle ne pouvait accéder à cette banalité.

Aujourd’hui, c’est chose faite. Prochaine étape, la fin du prétendu halal, vendu même pendant le mois de ramadan ? Sur ce plan-là, Carrefour a beaucoup d’efforts à faire. L’enseigne pourra choisir de faire la sourde oreille, mais sa position en la matière étant intenable, elle finira bien par rentrer dans les clous, à l’instar du groupe Quick qui longtemps nia l’évidence, jusqu’à consentir à apporter les corrections nécessaires [10], évitant ainsi de subir le même sort que la marque Herta [11].

pseudo halal chez Carrefour [12]pseudo halal chez Carrefour [13]

Pour accéder au catalogue, cliquez sur le lien suivant : Carrefour – spécial ramadan [14]