- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Trappes : le policier mis en examen après ses propos islamophobes sur Facebook

trappes-douceur-de-vivre-policier

Islamophobie [1]. En juillet 2013, quelques jours après les émeutes qui secouèrent Trappes, nous révélions les dérapages racistes de plusieurs fonctionnaires de police sur une page Facebook tenue par des policiers et destinée à des policiers.

Un policier pourtant “irréprochable” selon Manuel Valls

Parmi eux, J. L., qui n’était autre que le policier qui procéda au contrôle de la jeune mère de famille de Trappes qui portait un niqab. Quelques heures à peine après le contrôle musclé, Manuel Valls alors ministre de l’Intérieur claironnait que ce fonctionnaire était “irréprochable”. Le ministre ne disposait pourtant que de très peu d’informations.

Même élément de langage du côté du syndicat de police très à droite Alliance ; syndicat, dont l’un des porte-parole n’hésita pas à affirmer que l’époux de la jeune femme avait tenté de tuer son collègue, pourtant armé et accompagné d’autres fonctionnaires. On ne rit pas.

L’ensemble des médias, hormis Le Monde [2], reprirent, sans aucune précaution, la version des policiers, malgré de nombreux témoignages des habitants de Trappes, qui contredisait la version officielle.

Son client accablé par les faits, l’avocat botte en touche

“Un policier irréprochable”, ce fut aussi ce que martela l’avocat Thibault de Montbrial, chouchou des policiers et des militaires. Ce dernier espérait vraiment blanchir totalement son client en tentant une diversion “gros doigts”, comme diraient les Réunionnais. Voici ce qu’il affirma à la presse, après notamment nos révélations, reprises par la presse.

“Les salafistes qui ont instrumentalisé l’incident et Mickaël” doivent être “démasqués comme menant un combat communautaire qui n’a pas sa place dans la République”.
source AFP

Les faits accablant son client, Thibault de Montbrial décida de botter en touche pour faire diversion. Les salafistes ayant bon dos, l’avocat tenta une stratégie fourestienne. En vain.

Lire – Trappes : la grossière stratégie de l’avocat du policier “irréprochable” [3]

Il faut dire que l’avocat ne s’attendait pas à ce que J. L., le policier, soit rattrapé par ses propos sur Facebook.

Lire – Le policier de Trappes sur Facebook : “oui, je sais qu’on se régale” [4]

Le policier mis en examen, peut-être renvoyé en correctionnelle

A son grand désarroi et à celui de son client, l’avocat ne réussit pas à convaincre le procureur Vincent Lesclous, qui jugea les éléments en sa possession suffisants pour ouvrir une information judiciaire « incitation à la haine et à la discrimination raciale » contre l’agent de police. Un juge d’instruction fut alors désigné pour mener l’enquête.

Lire – Trappes : le policier “irréprochable” poursuivi pour incitation à la haine raciale [5]

Ce soir, la mise en examen du policier par le parquet de Versailles suite à ses propos islamophobes publiés sur sa page Facebook a été rendue publique. Elle date du 30 janvier dernier. Le fonctionnaire ne sera peut-être pas condamné. Mais c’est d’ores et déjà une victoire pour toutes les victimes d’islamophobie et un sérieux camouflet pour Manuel Valls et les syndicats, qui plutôt que de rechercher la justice ont préféré défendre mordicus J. L., envoyant par là-même un message particulièrement inquiétant au pays tout entier.