- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Viande de porc halal Shems halal : une “erreur d’étiquetage”…. certes

shems halal porc

Viande de porc origine Union européenne. 5 tranches de foie de boeuf halal”

Vous lisez bien. Cette photo a été diffusée mardi 2 juin par une internaute qui l’a prise dans un magasin de l’enseigne Carrefour [1] – une photo a prise dans un autre magasin Carrefour a aussi circulé sur le Web.”

Mis au courant par un autre internaute, sur Twitter, le community manager de Carrefour a très rapidement donné l’alerte, ce qui a permis à Carrefour de retirer tout aussi vite l’ensemble des barquettes dans les rayons de ses magasins. La marque Shems [2], incriminée, et Carrefour s’en tirent ainsi particulièrement bien, puisqu’elles évitent que le débat de la fraude au halal et de l’absence de contrôle ne se pose.

Carrefour comme Shems redoutent que les consommateurs musulmans apprennent combien leur définition du halal est très éloignée de l’islam. Or, c’est précisément parce que ces mêmes consommateurs avalent, dans tous les sens du terme, ce que les industriels leur donnent à manger sans exiger un minimum de transparence que le marché du halal est infesté de faux halal.

Précision d’importance : le ramadan approche, les industriels comptent sur les millions d’euros que les musulmans vont leur offrir à cette occasion.

Lire – Ramadan : un jackpot de 25 millions d’euros pour la grande distribution [10]

Les poids lourds de l’industrie agro-alimentaire et de la grande distribution craignent plus que tout que les consommateurs musulmans se réveillent maintenant, juste avant ramadan, et se décident enfin à ne pas acheter les produits prétendument halal qui n’apportent aucune garantie sérieuse. D’où le communiqué express que nous a envoyé hier midi la société Elivia, dont le site produit le boeuf “halal” étiqueté viande de porc.

shems halal porc elivia

Il s’agirait donc d’une “erreur d’étiquetage”. 549 barquettes ont donc été retirées dans 52 points de vente. Dont acte. Mais lisons le communiqué de plus près.

“Il s’agit d’une erreur d’étiquetage ponctuelle due à une manipulation humaine de paramétrage informatique de l’étiquette. Afin d’éviter le renouvellement d’un tel défaut et conscients de l’importance que représentent les mentions figurant sur l’étiquette, cette erreur nous conduit à renforcer nos procédures par la mise en place d’un double contrôle à cette étape.

La satisfaction de nos clients et la sécurité de nos produits sont pour nous des priorités absolues.”

Quelques remarques :
1- L’erreur est liée à la mauvaise manipulation d’une ou plusieurs personnes employées par Elivia (Shems). C’est là une faille très grave de la certification de la SFCVH-mosquée de Paris : cette dernière envoie son logo à l’industriel qui lui paie une redevance (forfait ou au kilo si la production est importante). Certificat contre argent. Mais aucun contrôle de la SFCVH-mosquée de Paris sur site présent systématiquement, de façon permanente et indépendante. Cette “manipulation humaine” a échappé à un contrôleur indépendant et extérieur… inexistant.

C’est là une faille très grave de la certification de la SFCVH-mosquée de Paris.

2- Elivia indique qu’elle va désormais recourir à un double contrôle. Double contrôle ? Quel intérêt pour le musulman, puisque c’est un auto-contrôle qui tient plus du profit à tout crin que du respect du halal ? Elivia doit choisir le contrôle indépendant par les employés d’un organisme qui veilleraient sur site au respect du halal de l’abattage à l’emballage.

3- Elivia se moque de la sécurité de ces produits halal. Comme Carrefour, Fleury Michon [11] le roi du cochon, Reghalal [12] et toutes ces autres marques sans certification, Elivia Shems ne tient pas à ce que les consommateurs musulmans achètent sa viande le coeur apaisé. Sinon, l’entreprise aurait exigé de son partenaire d’employer des contrôleurs et de les envoyer sur site. Elivia peut évidemment continuer de travailler avec la SFCVH-mosquée de Paris à condition de cesser d’enfumer les consommateurs avec une certification de papier. Même Dalil Boubakeur, recteur de la mosquée de Paris, avoue que cette certification ne garantit pas le halal.

Lire – L’aveu de Boubakeur : la mosquée de Paris ne peut garantir le halal [13]

Dernier point et non des moindres : La marque Shems appartient à Elivia qui est la filière viande de la coopérative agricole Terrena.

ELIVIA SHEMS

Or, mi-mai on apprenait que la coopérative Terrena a fait l’acquisition du… volailler et non moins fraudeur Doux.

doux terrena [14]

Shems certifié sans contrôleur indépendant sur place, de façon systématique. Doux, fraudeur au halal depuis quarante ans qui inonde les lieux saints de l’islam de ses poulets frauduleux.

Lire – Tromperie Doux : combien de temps encore mangerons-nous non halal à La Mecque ? [15]

poulet haram doux.jpg

Chacun d’entre nous peut agir. Envoyez un mail à Elivia : [email protected] pour exiger un contrôle extérieur et indépendant. En attendant, informez votre entourage, vos amis, votre famille, faites vivre le téléphone arabe, qui a eu raison des saucisses halal au porc [16] de la marque Herta [17].

Lire – Herta halal n’existe plus [18]

Que nul n’oublie que nous donnons des milliards d’euros à cette industrie agro-alimentaire qui en retour nous méprisent. Cessons de les engraisser tant que ce type de pratiques se poursuit. Ensemble, nous sommes forts.