- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Alfortville : la centaine de policiers déployée aux abords de la mosquée choque musulmans et élus

mosquee alfortville [1]
© Mosquée d’Alfortville

C’est une intervention massive de policiers que ni les musulmans d’Alfortville (Val-de-Marne), ni le maire socialiste Michel Gerchinovitz ni le député et ancien maire Luc Carvounas ne comprennent.

Une centaine de policiers pour un bout de trottoir

Vendredi 9 mars, à l’occasion de la prière collective, “un déploiement démesuré des forces de l’ordre à proximité de la mosquée”, selon les termes d’un communiqué des responsables du lieu de culte publié sur Facebook [2], a surpris.

La mosquée, modeste, ne pouvant accueillir plus de 500 fidèles, voit “certains vendredis” seulement quelques dizaines de musulmans prier “malheureusement sur le trottoir”, précise le communiqué. “C’est juste un débordement de 30, 40 personnes certains jours, mais on ne gêne pas”, a indiqué au Parisien [3] Yakoub Sakhri, président de l’association gérant le lieu de culte.

L’opération policière, qui “s’est déroulée sans heurts, ni interpellation”, visait à empêcher qu’un bout de trottoir ne soit occupé le temps de l’office.

Incompréhension des élus face au choix de la préfecture de police de Paris

Dans un communiqué de presse commun, Michel Gerninovitz et Luc Carvounas indiquent que “face à ces difficultés de stationnement et de sécurité, la municipalité a engagé avec l’association musulmane d’Alfortville et les autorités de l’Etat un travail partenarial pour trouver les solutions qui permettront de mettre un terme à toute occupation même restreinte de l’espace public, avant l’été“.

Et tous deux de s’étonner de “la décision non concertée de la préfecture de police de Paris d’un déploiement disproportionné […] aux abords immédiats de la mosquée”.

Déplorant ce “type d’intervention” ni justifié ni compréhensible et qui “dégrade le dialogue entre la ville, l’association et les autorités […] en provoquant des tensions inutiles”, les édiles demandent à rencontrer le préfet de police de Paris pour connaître ses motivations.

L’actuel préfet de police de Paris et de la région d’Île-de-France, n’est, depuis février 2017, autre que Michel Delpuech qui à peine nommé s’est illustré publiquement en accusant le collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) d’alimenter les rangs des terroristes de Daesh.


Le CCIF porta alors aussitôt plainte contre le préfet Michel Delpuech.

Lire – Le CCIF porte plainte contre le nouveau préfet d’Ile-de-France [10]

Voici pour information l’intégralité du communiqué de presse commun de Michel Gerchinovitz et de Luc Carvounas (cliquez sur l’image pour l’agrandir).

communique alfortville mosquee [11]