Ramadan est le mois du Coran aussi pour les femmes, pas celui de la cuisine

Par Al-Kanz

Ramadan, mois du Coran. Et trop souvent mois de la cuisine pour de très nombreuses femmes.


Monsieur découvre un étrange objet – ©Shutterstock

Le mois de ramadan est le mois de la réforme par excellence, le mois où chacun est appelé à parfaire son âme, à éduquer sa langue, à améliorer son comportement. Le mois de ramadan est aussi le mois de la générosité et de l’amabilité. Ramadan est le mois des pauvres, des personnes isolées, des voisins, de tous les voisins, dont c’est la fête pendant trente jours d’affilée.

Ramadan des hommes, ramadan des femmes

Curieusement pourtant, le mois de ramadan n’est tristement pas culturellement, cul-tu-rel-le-ment, merci de relire ce mot une dizaine de fois avant de passer au suivant, le mois de l’épouse, de la fille, de la soeur ; ce pour deux raisons :

1- tous les soirs, chez une écrasante majorité de musulmans, au moins en France, la table déborde de plats. Plusieurs entrées, plusieurs plats de résistance, plusieurs desserts, des sodas en veux-tu, en voilà. Du gras, beaucoup de gras, du sucre, beaucoup de sucre. Or, tous ces plats sont préparés dans la journée par la mère, la soeur, l’épouse… plusieurs heures en avance. Bienheureuses sont celles qui ne sacrifient pas leur après-midi et leur début de soirée à confectionner avec amour et courage le repas de l’iftar. Nous sommes là dans l’anti-ramadan : d’un mois de déconsommation, de frugalité, de tempérance et de modération on passe à un mois de surconsommation, d’excès, d’indécence et de gaspillage.

2- la communauté musulmane souffre d’inculture. Elle ne connaît pas assez la vie de son modèle, la vie de notre Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) qui participait aux tâches ménagères, nettoyait sa maison, prisait ses habits, assistait concrètement son épouse. Homme d’Etat, il enseignait l’islam à ses compagnons, priait de longues heures la nuit, dirigeait les batailles contre ses ennemis, administrait les contrées dont il avait la responsabilité, etc.,… et faisait le ménage. Si l’on s’en tient à cela, quel homme peut raisonnablement considérer qu’il est en droit de mettre ses jambes sous la table au moment de l’iftar sans lever le doigt avant et après le repas parce qu’il travaille pendant la journée ?

Relisons la sira, changeons dès ce ramadan

Mettons tout de suite de côté le débat, toujours vif, du partage des tâches, de “mais, je ne suis pas une boniche”, “oui mais moi je travaille toute la journée !”. Nous sommes entre bonnes gens, dotés de raison et si peu de mauvaise foi, n’est-ce pas ? Il ne s’agit ni pour les uns d’oublier que Madame est un être humain à part entière et non un aspirateur-cocotte-minute-lave-linge qui parle et fait des enfants ni que Monsieur est aussi un être humain doté d’un coeur et non un portefeuille-sur-pattes à qui l’on veut ajouter l’option aspirateur-cocotte-minute-lave-linge.

taches menageres
© Europe1

Oui, c’est vrai, comme le révélait en mars 2014 un sondage commandé par le site Sarenza, les Français ne font pas le ménage. Culturellement, les femmes en France sont préposées au ménage. Cela n’excuse rien. Nous avons tout au plus là une explication sociologique.

Malgré tout, à la différence d’un poireau, d’une tanche ou d’un pot de fleur, l’homme a un cerveau, généralement en état de marche, qui lui permet d’aller au-delà de son carcan culturel pour s’élever et devenir meilleur. Il a en outre, lorsqu’il est musulman, le modèle des modèles en la personne de notre Prophète (paix et bénédiction sur lui) qui, répétons-le, s’adonnait aux tâches ménagères. So ! En attendant de lire ou relire la sira, l’histoire de la vie du Prophète (paix et bénédiction sur lui), nous vous invitons à regarder une nouvelle fois la vidéo suivante où un mari tout en barbe donne une belle leçon qu’il serait opportun d’appliquer dès ce mois de ramadan.

Remarques :
1- De grâce, que l’on nous épargne les “que pendant ramadan ?”, “que le ménage ?”, etc. Ramadan n’est pas le mois des trolls. Merci.
2- Non, pas “que pendant ramadan”, mais ce mois étant précisément le mois du changement, du mieux, de la réforme personnelle, autant en faire un point de départ et le mois des résolutions qui deviennent concrètes.
3- Ce principe des partages des tâches est évidemment à appliquer en bonne intelligence dans chaque foyer, selon la situation des uns et des autres, afin que chacun se sente épanoui et valorisé, loin des extrémismes féministes et machistes.
4- Que la paix des coeurs soit dans chaque foyer et vive l’amour.

[Publié le 2 juillet 2014, mis à jour le 14 juin 2015]



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FERMER
CLOSE