Isla Délice vendue, Perwyn joue gros avec la nomination du prochain dirigeant

Par Al-Kanz

L’avenir de la marque dépend désormais du choix – risqué – du remplaçant de l’actuel patron d’Isla Délice.

isla delice
© Isla Délice

Le deal devait être signé avant fin juillet. C’est chose faite depuis le début de semaine dernière. La holding Ambre Délice, et avec la société historique Zaphir, plus connue du grand public pour sa marque phare Isla Délice, ont été vendues au fonds d’investissement Perwyn.

Lire – Halal : vente d’Isla Délice, c’est plié, mais pas (encore) signé !

Si l’opération est une réussite pour Jean-Daniel Hertzog, patron et fondateur historique d’Isla Délice, qui cède sa société pour la coquette somme de 82 millions d’euros, empochant au passage quelques dizaines de millions d’euros, rien n’est gagné pour Perwyn. Tout au contraire.

Qui pour remplacer l’actuel patron ?

Sur papier, le fonds britannique, propriété de la famille française Perrodo, dixième fortune de France selon le classement de l’hebdomadaire Challenges, réalise une très belle acquisition. Avec 70 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017, Isla Délice est en effet de très loin leader sur le marché de la charcuterie halal, puisque son immédiat challenger serait désormais Oriental Viandes avec “seulement” 30 millions de chiffre d’affaires.

Bien que de piètre qualité (comme dans toute la filière et toutes les marques), les produits Isla Délice se vendent très bien et la marque a une très large avance sur la concurrence. En quoi donc Perwyn aurait d’ores et déjà des problèmes ?

Lire – La charcuterie (même halal), c’est surtout de la cochonnerie

S’il y a bien une information que la concurrence souhaitait découvrir avec l’annonce officielle de cette vente, c’est le nom du successeur de Jean-Daniel Hertzog. Reghalal, Fleury Michon, Zakia halal, Oriental Viandes, Isla mondial, Carrefour halal pour les plus connues et l’ensemble des acteurs du marché de la viande halal en France attendaient – et attendent toujours – comme le Messie le nom du remplaçant, du nouveau patron.

L’enjeu est de taille : remplacer Jean-Daniel Hertzog va être très difficile. Si le fonds Perwynn a gagné son duel face à un autre fonds d’investissement, trouver le bon poulain, perle rare si l’en est, est une autre paire de manches.

Le marché des consommateurs musulmans, un marché méconnu

Débaucher un capitaine d’industrie à succès pour le mettre à la tête d’Isla Délice ne sera pas suffisant. Un profil école de commerce type HEC et autre major de l’ESSEC ayant fait ses preuves à la tête d’une PME agroalimentaire ou dans sa direction devra en outre avoir une autre corde à son arc et non des moindres : connaître la cible d’Isla Délice, les consommateurs musulmans.

Il suffit de constater que malgré l’ampleur de leurs moyens (financiers, humains, logistiques, etc.), des grands entreprises qui ont pignon sur rue, alléchés par le magot que représentent ces consommateurs, mais qui ne comprennent toujours pas à qu’ils s’adressent, n’ont jamais réussi à décrocher le jackpot. De boulettes en difficultés à percer, ces entreprises ont péché, pèchent et continuer de pécher par leur méconnaissance du marché qu’elles visent.

Si Perwynn trouve le bon cavalier, Isla Delice pourra encore longtemps et paisiblement se promener à la première place très loin devant la concurrence. Dans le cas contraire, la marque sera inéluctablement rattrapée, voire périclitera si la nouvelle direction – le nouveau patron et ses collaborateurs immédiats – ni ne comprend ni ne cherche à connaître et comprendre les consommateurs musulmans. La période d’accompagnement du futur dirigeant par l’actuel patron d’Isla Délice, condition très importante du deal, revêt à cet effet une importante capitale.

La concurrence espère évidemment que la perle rare que doit trouver rapidement Perwynn n’existe pas. Ou n’envisage-t-elle pas une seule seconde que les quelques professionnels du halal – que Jean-Daniel Hertzog lui-même connaît — qui feraient pleinement l’affaire ne seront pas débauchés. Car la perle rare ou plus justement les perles rares existent. Mais elles sont déjà à la tête de leur propre entreprise et il faudrait une offre abracadabrantesque du fonds britannique pour réussir à leur faire prendre la tête d’IslaDelice.

Permettez-nous de douter très fort que Perwynn puisse débaucher ces Neymar du halal.



Soutenez Al-Kanz, téléchargez l'application sur votre smartphone.

Téléchargez l'application Al-Kanz dans l'Apple store Téléchargez l'application Al-Kanz pour Android

Écrivez votre commentaire

Indiquez une adresse de messagerie existante. Elle ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères sur les 1 000 autorisés

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FERMER
CLOSE