- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Quelques mots sur la conférence AVS

Conférence AVS

Mardi 1er avril 2008, l’association AVS organisa une table ronde autour de la question de l’abattage rituel. Intitulée “Pour un meilleur dialogue sur l’abattage rituel musulman en France. Aspects religieux, juridiques, économiques et scientifiques”, cette conférence était réservée aux professionnels et aux institutionnels. Toutefois, une cinquantaine de place furent proposées aux particuliers, car “le consommateur est un acteur fondamental” (dixit AVS). Al-Kanz y a été invité en tant que média.

Les invités furent :

– Frédéric Freund, directeur de l’OABA (il remplaça son président Jean-Pierre Kieffer, excusé)
– Joe Regenstein, professeur en science de l’alimentation (Cornell University’s College, New York)
– Florence Bergeaud-Blackler, sociologue (université de la Méditerranée, Projet DIALREL)
– John Neeman, représentant en France d’Irish Country Meat, une société irlandaise contrôlée par AVS.
– Denis Simonin, de la DG SANCO (direction générale “Santé et protection des consommateurs), instance de la Commission européenne.

Le ton était cordial et les échanges sereins, ce qui n’était a priori pas gagné, tant l’opposition est sur un point particulier assez forte : mettre à la même table des pro-électronarcose et des anti-électronarcose était en effet quelque peu risqué. Toutes proportions gardées, bien entendu. Le simple fait que chacun ait bien voulu se mettre autour d’une table pour discuter de sujets qui fâchent doit être, en effet, a minima vu comme le signe d’une bonne volonté. Nous reviendrons dans un prochain billet sur le contenu même des interventions.

Deux voix ont cruellement manqué à l’appel : a) comme l’a rappelé pertinemment quelqu’un lors d’un des échanges entre intervenants et auditoire, la présence d’un représentant de la communauté juive a manqué. Alors que l’abattage rituel concerne tant les juifs que les musulmans, chaque fois – ou presque – que la question de l’électronarcose pre-mortem (avant la mort) est abordée on focalise sur l’aïd al-kebir et l’abattage des bêtes par les musulmans. b) hormis une conclusion, pertinente en ce qu’elle rappelait l’importance du bien-être animal pour un musulman et l’obligation canonique d’oeuvrer pour que l’abattage rituel se fasse dans les meilleures conditions possibles, de Fethallah Othmani, directeur administratif d’AVS, le point de vue islamique n’a pas été abordé. L’aspect religieux était pourtant au programme.

Certes, c’était une première. Certes, comme il a été précisé, l’objectif était d’amorcer un dialogue entre différentes voix autour de l’abattage rituel musulman. Pour autant, il aurait été bon d’entendre quelques mots sur l’abattage juif d’une part, sur la conception islamique du bien-être animal d’autre part. Cela étant, Rome ne s’est pas faite en jour. Gageons que les conférences à venir nous permettront d’aborder les points qui ont manqué cette fois-ci.