- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Enchères chez Sotheby's : la clé de la Kaaba aurait-elle été volée ?

La clé de la Kaaba vendue la semaine dernière pour près de 20 millions de dollars à Londres (voir notre article : Kaaba : la clé qui valait 20 millions de dollars [1]) n’a pas fini de faire parler d’elle. Et pour cause. Saleh Al-Shaybi, gardien de la Kaaba et descendants de la famille des gardiens de la Kaaba, affirme que la clé a peut-être été volée avant de se retrouver dans les circuits du marché de l’art. Il plaide pour un retour de la clé à sa “véritable place” et en appelle à la communauté musulmane.

Kaaba Sotheby's

Gardiens de la Kaaba de génération en génération

Lorsque le Prophète (saws) conquit La Mecque [2]en l’an 8 de l’Hégire, la garde de la Kaaba revenait au clan des Banu Abdi-Dar. Cette charge hautement honorifique se transmettait – et se transmet toujours – de père en fils. Le changement d’administration de la ville, désormais sous autorité musulmane, n’affecta pourtant pas les Banu Abdi-Dar qui conservèrent cette charge. Après son discours d’entrée à La Mecque, le Prophète (saws) convoqua Uthman Ibn Talha et lui rendit la clé dont lui, le Prophète (saws), était de fait détenteur, puisque nouveau gouverneur. Et précisa que nul ne devra en destituer le clan des Banu Abdi-Dar, sauf à être parmi les injustes. Depuis lors et aujourd’hui encore, ce sont les descendants de Uthman Ibn Talha et du clan des Banu Abdi-Dar qui ont la garde des clés de la Kaaba.

Plus qu’un vol crapuleux

Saleh Al-Shaybi n’a pas apprécié cette vente aux enchères. Et il compte bien se faire entendre. Selon lui, la clé a dû être volée il y a bien longtemps, “in olden times”. Même désapprobation chez les historiens, mais surtout expectative. Le Saoudien Hani Fairouzi se demande comment la clé a bien pu être dérobée. Mais non sans pointer la responsabilité des gardiens de la Kaaba. Il ne s’agit pas, selon Fairouzi, d’un simple acte crapuleux. Le vol de cette clé est une atteinte au milliard de musulmans dans le monde. L’historien va même plus loin, puisqu’il en appelle aux autorités saoudiennes pour qu’une enquête soit diligentée. Car si la clé a bien été volée, il est probable que d’autres pièces aient connu le même sort. Et de conclure que la clé est un dépôt (amanah) du Prophète (saws) à la famille de Shayba et qu’il est du droit du monde musulman en général et du royaume saoudien en particulier de récupérer la clé.

Récupérer la clé : à quel prix ?

Selon Fairouzi, l’OCI (Organisation de la conférence islamique), la LIM (Ligue islamique mondiale) et toutes les autres organisations islamiques doivent oeuvrer ensemble pour mettre la main sur la clé de la Kaaba. Quant à l’Unesco, il est de son devoir, précise Fairouzi, de protéger le patrimoine culturel et religieux dans le monde. La solution, dans le cas présent, serait de racheter la clé à son actuel propriétaire.

Pour autant, si beaucoup s’accordent à penser que la clé doit revenir aux gardiens de la Kaaba et que les musulmans doivent effectivement se la réapproprier, certains craignent que cela ne soit possible qu’au prix fort. Il est en effet à parier que la clé chèrement acquise chez Sotheby’s ne soit cédée que contre une somme beaucoup plus importante que son prix d’acquisition. Pire, d’aucuns pourraient voir là un filon et affirmer détenir, un jour, une autre clé de la Kaaba.