- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

L’Auto Wudhu Washer : la machine à faire les ablutions

Il est des inventions pour le moins improbables. Fruits d’une imagination fertile, elles répondent à un besoin – supposé ou avéré : réduction de la consommation d’énergie, gain de temps, confort, etc. L’inventeur est souvent là où on ne l’attend pas. Comme nous le rappelle la société AACE qui commercialise la machine à faire les ablutions.

En islam, il y a cinq prières obligatoires par jour, observées à heure fixe et selon un rituel défini. Ce rituel commence avant la prière, avec les petites ablutions (wudhû), qui consistent à se laver à l’eau certaines parties du corps. Cette purification par l’eau s’effectue en sept étapes. Après avoir formulé intérieurement l’intention de se purifier, on procède de la sorte.

1- On se lave les mains jusqu’aux poignets : 3 fois
2- On se rince la bouche : 3 fois
3- On se lave le nez (ce qui se pratique en inspirant et expirant de l’eau) : 3 fois
4- On se lave le visage : 3 fois
5- On se lave de nouveau les mains, jusqu’aux coudes : 3 fois
6- On passe ses mains humides sur ses cheveux, puis les oreilles, une fois.
7- On se lave les pieds jusqu’aux chevilles : 3 fois

Ainsi purifié, le fidèle peut remplir son obligation. Seul ou aidé de la machine à ablutions.

Le Auto Wudu Washer (AWW), c’est cette machine commercialisée dès 2006 par la société AACE. Selon le site du constructeur, elle n’a rien de révolutionnaire puisque déjà au 13e siècle un ingénieur turc inventait une machine à ablution. L’AWW s’inscrit dans cette tradition.

Existant en deux modèles, la machine à ablution s’adresse d’une part aux établissements publics (hôtels, mosquées, bureaux, etc.), d’autre part aux particuliers. Tout a été conçu pour économiser l’eau et les capteurs infrarouges raviront les maniaques qui ont du mal avec les salles d’eau, pas toujours reluisantes…

publicité [1]

Si l’idée semble séduisante, elle peut néanmoins gêner ceux qui y verraient une sorte de désacralisation de la pratique rituelle. Cela dit, de telles machines semblent parfaites pour un usage d’appoint (aire d’autoroute, station essence, etc.).

Crédit photo : AACE [2]