- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Ramadan 2008, la grande distribution et vous

Ce mois de ramadan [1] s’annonce pour la grande distribution meilleur que celui de l’an dernier. Les moyens mis en oeuvre et la communication autour de ce mois sacré que nous devrions voir dans les prochains jours devraient nous en convaincre. Investir dans le halal n’est plus réservé à une poignée de commerçants. La manne de ce marché à la progression insolente ne laisse pas indifférents les poids lourds de la grande distribution qui entendent se partager le marché. Mais attention à ne pas aller trop vite et surtout à ne pas faire fi des attentes et des exigences des consommateurs.

La pêche aux clients va commencer

Dans les prochains jours, les premiers prospectus d’un genre particulier envahiront les boîtes aux lettres. Comme l’année dernière, un mois avant le début de ramadan, la grande distribution va tenter d’attirer le chaland en lui offrant les meilleurs produits au meilleur prix. Et chacun de vouloir se démarquer, au risque d’en faire trop. A la manière de Carrefour ou encore d’Auchan et de leur stand kitsch d’il y a quelques années, façon Mille et une nuits, chameaux en papier mâché et simili-sable. Il faut dire que le jeu en vaut la chandelle. Paradoxalement, alors que le mois de ramadan est un mois de jeûne, d’abstinence et d’invitation à la tempérance, les tables sont très souvent indécemment garnies. On s’abstient la journée et on se goinfre à qui mieux mieux la nuit tombée. Et qui dit table garnie dit panier garni.

Un marché juteux, des craintes justifiées

On le sait. Que Carrefour, Leclerc et compagnie investissent le très lucratif marché du halal gênent certains musulmans qui voient d’un très mauvais oeil l’arrivée de ces mastodontes. Les marchands du temple feraient craindre le pire, tant leurs objectifs semblent loin des préoccupations premières de qui consomme halal. D’autres, comme nous, pensent que c’est là un moindre mal et que ça peut même être un bien. Sans être de farouches partisans de la grande distribution, nous pensons que la venue de ces acteurs majeurs peut être le moyen qui manquait jusque-là d’assainir le marché du halal. Certes, ça ne se fera pas en un jour. Mais en mettant sur la place publique la question de la traçabilité et celle de la certification par un organisme tiers – et non par la société elle-même -, la grande distribution met au jour toute la problématique autour de la garantie halal. Mieux, les crispations des consommateurs face à ces nouveaux venus obligeront ces derniers à marcher dans les clous et à ne jamais se départir d’une déontologie et d’un respect du consommateur que d’aucuns ont jusque-là oublié de considérer.

En clair, si Carrefour, Leclerc, Casino, Auchan, etc. veulent profiter du halal, il va falloir qu’ils agissent dans les règles et qu’ils ne se comportent pas comme nombre d’opportunistes qui, profitant d’un vide juridique et d’une complaisance pour le moins généralisée, ont berné et continuent à berner les consommateurs musulmans en leur vendant des produits qui n’ont de halal que l’étiquette collée sur l’emballage.