- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Affaire Europe 1 : pas de quoi fouetter un chat

Les faits : mercredi 15 octobre, Michel Drucker reçoit dans son émission quotidienne sur Europe 1 deux invités pour parler des rats : le premier, Joël Dehasse, est vétérinaire ; le second, Philippe Geluck, dessinateur de bande dessinée et “papa” du célèbre Chat. On y parle donc de rats, de souris et de chats. Une émission somme toute banale, comme il en est tous les jours sur les ondes des radios FM.

Nous sommes donc en direct quand Michel Drucker se tourne vers Joël Dehasse, le vétérinaire, pour l’interroger sur les évolutions physiques du chat au cours des siècles. Le vétérinaire répond et indique que rats et souris, suivis du chat, viennent du Maghreb. Puis vient la boutade de Philippe Geluck : “A l’époque, Charles Martel a essayé d’arrêter les souris à Poitiers mais il n’y est pas arrivé.” Rires dans le studio. Stupeur et indignation chez certains auditeurs qui appellent la radio. Plus tard, Mohamed Moussaoui, le président du CFCM, se fend d’une lettre à la direction d’Europe 1. Il y déplore “qu’une grande radio comme Europe 1 laisse passer sur son antenne de tels préjugés racistes et islamophobes qui portent gravement atteinte à la dignité de tous les musulmans de France.” Même le CRIF y est allé de son communiqué.

Fallait-il s’émouvoir de la sorte ? Notons au préalable que l’émission est en direct et qu’il n’est pas très juste d’affirmer qu’Europe 1 a “laissé passer” des préjugés racistes et islamophobes. Mais là n’est pas l’essentiel. La sortie de Philippe Geluck n’est pas heureuse non pas parce qu’elle serait raciste, mais parce qu’elle est insipide. Elle est de cet humour obligé qu’il faut manifester quand on est dit “drôle”. Cette boutade aurait dû faire pschiiittt. Mais c’était sans compter cet esprit contrit tout aussi insipide qui veut que l’on soit vigilant face à l’hydre du racisme, toujours vivant, toujours prêt à surgir là où on ne l’attend pas.

Hormis la référence à Charles Martel, célébré par l’histoire comme celui qui stoppa en 732 les Arabes à Poitiers, et peut-être l’origine maghrébine des souris et des rats évoquée par Joël Dehasse, rien ne laisse penser que Philippe Geluck compare les musulmans aux souris. Bien au contraire : il affirme que Charles Martel n’a pas réussi à arrêter les souris à Poitiers, ce qui va à l’encontre de la vérité historique, telle qu’enseignée dans les ouvrages scolaires. Puisque l’histoire veut, répétons-le, que Charles Martel a arrêté les Arabes à Poitiers. Même si l’on veut faire preuve de mauvais esprit, il faut quelques efforts et nombre de contorsions pour voir dans les propos de Philippe Geluck racisme et islamophobie. Malgré tout, Michel Drucker et Philippe Geluck ont choisi de s’excuser et déploré ce mauvais jeu de mot. De même Alexandre Bompard, président-directeur général de la radio, a appelé Mohamed Moussaoui.

Ce non-événement laisse pourtant un goût amer : on s’émeut, on s’agite promptement pour quelques souris qui n’ont rien de musulmanes, mais quand il s’est agi de l’agression caractérisée et islamophobe de Nouredine Rachedi (lire notre article Agression islamophobe : “Ils m’ont tabassé parce que je suis musulman” [1]) l’indignation a pris son temps. Il est, semble-t-il, des causes qui sont moins acquises que d’autres.

Crédit image : copie d’écran du site Europe1.fr