- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

L’Aïd el-Kebir serait avancé de dix jours… selon Cora

Cora vend des moutons prétendument de l

[Edit dimanche 30 novembre : le bon de commande n’est plus disponible sur le site de Cora. L’offre a été tout bonnement retirée. Le lien que nous vous donnions en fin d’article mène désormais à une page 404, une page d’erreur.]

L’Aïd el-Kebir, comme le mois de ramadan, a ceci d’intéressant qu’il met au grand jour l’appétit intérêt grandissant de nombre d’acteurs économiques pour le consommateur musulman. Si les musulmans n’ont pas encore vraiment bien compris qu’ils représentent une gigantesque manne – et de fait un pouvoir, celui de décider qu’on respecte leurs exigences en matière de halal -, la grande distribution, elle, ne le sait que trop bien. Pourtant, malgré leurs moyens financiers colossaux, les grands groupes n’arrivent pas à convaincre et à pénétrer comme ils le voudraient le marché du halal. Et pour cause.

Sacrifier un mouton à l’occasion de l’Aïd al-Adha, autre nom de l’Aïd el-Kebir, est une pratique à la fois cultuelle et culturelle. Canoniquement, les savants de l’islam sont partagés : les uns considèrent ce sacrifice comme une obligation, les autres comme un acte fortement recommandé. Tous relèvent l’importance de cet acte. Culturellement, c’est une tradition très fortement ancrée chez les musulmans. Très peu, même parmi les moins pratiquants, y renoncent quand ils ont les moyens de s’en acquitter. Et tout le monde sait que ce sacrifice doit se faire après la prière de l’Aïd al-Kebir qui a lieu le matin du jour de fête aux alentours de 9 h. Tout le monde sauf la grande distribution qui veut bien profiter de ce rite à fort potentiel économique, mais qui n’entend pas respecter ses principes.

Mépris…

Depuis quelques années, plusieurs grands noms de la distribution se sont lancés sur ce créneau et vendent sans scrupule des moutons peut-être halal mais certainement pas de l’Aïd. Ce qui les intéresse : l’argent des musulmans. Ce dont ils se fichent : leur droit au respect. Les cas de tromperie où les moutons étaient importés d’Irlande et avaient été sacrifiés (?) bien avant le jour de l’Aïd ne sont d’ailleurs pas si lointains que cela… La combine est simple : on fait venir des moutons de l’étranger, moins chers que les moutons français. On s’acoquine, ou non, avec une association ou un organisme prétendument certificateur, et on propose à un prix imbattable des moutons livrés le matin même à l’heure de la prière ou presque – un peu plus tard pour les plus malins. Si le mouton est sacrifié de façon islamique, alors il est halal, mais il n’est pas considéré comme étant un mouton de l’Aïd. Dans le cas contraire, outre l’invalidité de son sacrifice, la viande de l’animal est impropre à la consommation.

Il est d’ailleurs fort probable, pour ne pas dire certain, que cette année encore des musulmans se feront tromper par certaines de ces enseignes. Trompés ou méprisés. Trompés dans les cas où cette tricherie est volontaire et organisée. Méprisés lorsque les marchands du temple se soucient peu des exigences de ce rite, l’occasion faisant le larron. Ainsi, après le flop que constitue Wassila.fr, le portail Internet du groupe Casino (voir notre billet : Wassila.fr, le bien mauvais calcul de Casino [1]) ou les maladresses d’Intermarché (voir Ramadan 2008 : les maladresses d’Intermarché [2]), Cora vient rejoindre la longue liste de tous ceux qui veulent l’argent des musulmans sans jouer le jeu : celui du respect du consommateur.

ou incompétence ?

Difficile de penser que le Cora Dornach de Mulhouse cherche sciemment à tromper ses clients musulmans. La boulette est tellement énorme. Cora a diffusé dans les boîtes aux lettres de la ville un prospectus en vue de l’Aïd el-Kebir. Le magasin ne propose pas moins que de livrer un mouton de l’Aïd, importé du Royaume-Uni, trois semaines avant la fête. Stupéfait, nous avons pris soin de joindre un responsable pour savoir si le mouton était vendu vivant ; auquel cas la donne aurait été différente. Cora vendrait des moutons vivants, à charge ensuite aux clients de procéder au sacrifice. Au vu de la législation en vigueur, cela semblait peu probable, il fallait les appeler. Nous avons donc appelé le Cora de Mulhouse. Notre interlocutrice nous a confirmé que c’est bien une carcasse de mouton et non un mouton vivant, sur pied, qui est proposé aux musulmans de Mulhouse.

Cora vend des moutons prétendument de l

Cora fait vraiment fort. Vendu entre 95,20 et 136 euros, le mouton de Cora Dornach sera livré, tenez-vous bien, les 29 novembre, 1er, 2, 3 ou 4 décembre. Au choix. Soit entre 4 et 10 jours avant l’Aïd el-Kebir.

Cora vend des moutons prétendument de l

Le prospectus est téléchargeable à l’adresse suivante : http://www.cora.fr/dornach/fileadmin/magasin/monmagasin/pdf/RV_34671_aidekebir.pdf.

Précipitation ? Personnel mal formé ? Comment expliquer une telle bévue qui risque de coûter cher non seulement au Cora Dornach de Mulhouse mais à l’ensemble des magasins Cora, et à toute de la grande distribution (qui ne fait rien non plus pour gagner la confiance des musulmans) ?

Incroyable, n’est-ce pas ?