- Al-Kanz – Economie islamique en France et dans le monde - https://www.al-kanz.org -

Autoentrepreneurs : 43 000 inscriptions depuis le 1er janvier

Autoentrepreneur. [1] Nous étions hier au Salon des entrepreneurs, qui aurait pu être renommé “Salon des autoentrepreneurs“, tant ce nouveau régime était à l’honneur. Si le stand dédié à l’autoentrepreneuriat ne désemplissait pas, c’est bien la conférence dédiée au régime de l’autoentrepreneur qui a retenu l’attention. La salle était au comble, au point de ne pouvoir accueillir tous ceux qui voulaient écouter Hervé Novelli, le secrétaire d’Etat qui a porté – et continue de porter – ce projet. Soit plus de 5 000 personnes intéressées par “la révolution de l’auto-entrepreneur”.

Le propos de Novelli, ainsi que ceux des autres intervenants – hormis Alain Griset, représentant des artisans, très préoccupés par la concurrence que représenteraient les autoentrepreneurs – étaient à l’optimisme. Et au pragmatisme : le régime de l’autoentrepreneur ne va pas résoudre tous les problèmes socio-économiques que connaît aujourd’hui la France. Il donne en revanche une bouffée d’oxygène que beaucoup attendait.

Voici ce que nous avons retenu de concret (et que nous avons twitté [2]en direct). En vrac :
– Toute microentreprise peut basculer vers le régime d’autoentrepreneur. Une lettre, signée par Hervé Novelli et Christine Lagarde, va être envoyée à tous ceux qui ont une microentreprise pour les inviter, s’ils le souhaitent, à devenir autoentrepreneur, avant le 1er avril.
– Hervé Novelli confirme que les professions libérales pourront désormais être sous le régime d’autoentrepreneur (ce n’était pas possible jusque-là, notamment à cause du refus de la CIPAV de prendre en charge les dossiers).
– La loi concernant les fonctionnaires va être assouplie afin de leur permettre de devenir s’ils le souhaitent auotentrepreneurs.
– Hervé Novelli devait signer à la fin de la conférence une convention avec la Banque postale : les autoentrepreneurs trouveront dans chaque bureau de poste un accueil dédié. Ils pourront ouvrir un compte et bénéficieront de services spécifiques, services qui ne nous intéressent pas s’ils sont assortis de pratiques ribawi (c’est-à-dire fondées sur le principe de l’intérêt, d’où la nécessité de soutenir et d’adhérer à l’Aidimm [3]qui travaille à ce que des produits sharia compatibles – finance islamique [4] – voient le jour en France)

Des autoentrepreneurs, nous en avons parmi les lecteurs d’Al-Kanz, dont Nathalie qui vend des pâtisseries (voir Témoignages d’autoentrepreneur : Nathalie et ses pâtisseries [5])

Pour finir, si vous n’avez pu vous rendre au Salon mais que vous voulez profiter des conférences, nous vous invitons à télécharger les podcasts audio (ou directement via le dossier dont l’accès n’a pas été interdit : http://www.salondesentrepreneurs.com/IMG/mp3/)