- Economie islamique - https://www.al-kanz.org -

Crise financière : le pape souhaite que l’on applique la shari’a

pape benoit xvi
haak78 [1] / Shutterstock.com [2]

Finance islamique. [3] En septembre 2008, Vincent Beaufils, rédacteur en chef de Challenges, titrait son édito : “Le pape ou le Coran”. Congédiant le pape et les textes pontificaux, qu’il considérait out, il invitait ses lecteurs à lire le Coran.

“C’est plutôt le Coran qu’il faut relire”, écrivait-il. Et d’ajouter : “Car si nos banquiers, avides de rentabilité sur fonds propres, avaient respecté un tant soit peu la charia, nous n’en serions pas là.”

Lire – Crise financière et récession : “C’est plutôt le Coran qu’il faut relire” [4]

V. Beaufils peut désormais écrire un nouvel édito dont le titre serait : “Le pape et le Coran”.

La finance islamique pour refonder l’économie mondiale

Bloomberg [5] nous apprenait en effet il y a une dizaine de jours que le quotidien officiel du Vatican, l’Osservatore Romano, venait de publier un article vantant les mérites de la finance islamique “pour l’Occident en Crise”.

Trois ans après Ratisbonne, et le discours polémique du pape, voir le Vatican faire l’apologie de l’islam, qui plus est dans le propre organe de presse vaticane, a de quoi surprendre. Le titre de l’article est à cet égard plein de sens “Dalla finanza islamica proposte e idee per l’Occidente in crisi” (Idées et propositions de la finance islamique pour l’Occident en crise).

Il ne s’agit pas simplement pour le Vatican de voir en la finance islamique, cette finance qui refuse de faire de l’argent avec de l’argent, une conception parmi d’autres de l’économie financière.

Le Vatican en prosélyte de la finance islamique

Non, le Vatican va jusqu’à suggérer que l’on se fonde sur les règles de la shari’a pour repenser l’économie mondiale : “Pensiamo che la finanza islamica potrà contribuire alla rifondazione di nuove regole per la finanza occidentale, visto che stiamo affrontando una crisi che, superati gli iniziali problemi sulla liquidità, ora è diventata eminentemente una crisi di fiducia verso il sistema” (Nous pensons que la finance islamique peut contribuer à la refondation de nouvelles règles pour la finance occidentale, vu que nous sommes confrontés à une crise qui est essentiellement une crise de confiance dans le système).

Et les auteurs de l’article de finir en proposant de financer l’industrie automobile ou les jeux Olympiques de Londres (sic) au moyen des sukuks (voir la définition sur le site de l’Aidimm : sukuk [6]).

Toute cette agitation autour de la finance islamique nous rappelle le slogan un brin provocateur d’un modeste site consacré à la finance islamique [7] qui est le suivant : “Depuis 14 siècles, nous avons raison.” Et si le pape veut aller plus loin dans sa prise de conscience, la shahada c’est : “Ashhadu an la ilaha illa-Llâh wa achhadu anna Muhammadan rassulu-Llâh” :+)

Pour lire l’article original (en italien et en PDF), cliquez sur le lien suivant : Dalla finanza islamica proposte e idee per l’Occidente in crisi [8].